Logo Clio
Pourquoi voyager avec Clio dans la vallée de Kathmandou ?
Située sur les contreforts de l’Himalaya à seulement 1 350 mètres d'altitude, la vallée de Kathmandou recèle des trésors artistiques et architecturaux qui lui valent d’être inscrite comme un bien unique au patrimoine mondial de l'humanité. Sept zones de monuments ont été recensées sur un espace réduit ne dépassant pas les 600 km2. Il s'agit d'une part des centres historiques des anciennes capitales royales, Kathmandou, Patan et Bhaktapur, avec leurs palais, leurs espaces publics et leurs temples, et, d'autre part, des sanctuaires bouddhistes de Swayambunath et Bodnath, et hindouistes de Pashupatinath et Changu Narayan.
La brillante civilisation des Newars

Le terme « Népalais » recouvre une grande diversité d'ethnies parmi lesquelles les Newars, véritables fondateurs de la civilisation du bassin de Katmandou. L'époque des royaumes Malla, souverains newars qui régnèrent sur la vallée du XIIIe au XVIIIe siècle alors qu'elle était divisée en trois royaumes, en constitue l'apogée. Grâce aux revenus du commerce transhimalayen – entre l'Inde, le Tibet et la Chine –, ils financent un gigantesque programme de constructions. Une brillante civilisation urbaine s'épanouit, caractérisée par un usage sophistiqué de la brique, du bois de teck, du bronze et du laiton doré, support ou matière d’une ornementation subtile unique en Asie. Les menuisiers newars ornent les boiseries des bâtiments de motifs richement sculptés tandis que sur les durbar – places royales au cœur des trois capitales –, les façades des palais se couvrent de motifs de bronze et d'or, chefs-d'œuvre d'orfèvrerie, telle la Porte qui relie les deux ailes du palais princier de Bhaktapur.

Syncrétismes religieux et artistiques

Cette vallée reculée de l'Himalaya apparaît comme un lieu de syncrétisme religieux unique en Asie par son importance. L’hindouisme – majoritaire – puis le bouddhisme y prospèrent, croisant leurs influences tout en fusionnant avec les rituels animistes et tantriques. Ce syncrétisme omniprésent génère une architecture originale. Les stupas bouddhiques de Swayambunath et Bodnath, dômes massifs blanchis à la chaux, sont coiffés de cubes dorés où s'ouvrent les yeux immenses du Bouddha éternel qui voit tout. Leur répondent à Pashupatinath ou Changu Narayan, les grands temples hindous dont les toits de tuiles à plusieurs étages abritent des myriades de sculptures. Souvent, hindouisme et bouddhisme coexistent sur le même site, ainsi à Swayambunath, le plus ancien stupa du Népal se dresse, colossal, à quelques pas de gracieux temples hindous.
Les légendes, les rituels et les fêtes constituent l'inépuisable source d'inspiration de l'ornementation de tous les édifices tant civils que religieux. Ils demeurent également au cœur de la vie et de la spiritualité des habitants de la vallée.

Les festivités de Dashain

Dashain constitue indiscutablement la fête la plus longue et la plus riche en heureux auspices de l'année népalaise. Alors que la mousson vient de se terminer, le Népal – comme l'ensemble du sous-continent indien – célèbre la victoire du Bien sur le Mal au cours d'une fête vibrante, toutes castes et croyances confondues. Les neuf premières journées de la fête témoignent du combat de Durga contre les forces démoniaques avant la victoire du dernier jour. On prie, on s'incline devant Durga, symbole de la force et de l'énergie, représentée comme une belle femme à la peau blanche armée d'une lance qu'elle utilise contre le démon Mahisshasuramardini à l'apparence d'un buffle d'eau. Dans chaque foyer un Dashain Ghar, pièce au sol recouvert de terre et de sable : on y fait germer dans un vase des grains de blé dont les pousses serviront à bénir les enfants qui les porteront dans leurs cheveux. Nous assisterons plus particulièrement au septième jour de la fête – Fulpati – lorsque les habitants achètent pour leurs offrandes cannes à sucre, volailles et cabris. Le point d'orgue est la procession conduite par les brahmanes, mais la fête de Dashain est aussi un moment de fête familiale et d'échanges et de cadeaux.

Les conditions du voyage

On sait que la vallée de Katmandou subit en 2015 un important séisme. Si Patan ou Bhaktapur ont été largement épargnées, le périmètre de la place royale de Kathmandou, plus touché, achève sa reconstruction. Effectuer une visite complète de la vallée ne pose aujourd'hui plus de problème comme en témoigne d'ailleurs le renouveau de la fréquentation touristique. Les édifices historiques sont en bon état et ont conservé leur authenticité grâce à la remarquable maîtrise des savoir-faire traditionnels des Népalais. Outre, bien sûr, la visite des sites majeurs recensés par l'Unesco, une matinée sera consacrée à la découverte de villages à l'atmosphère paisible qui ont su préserver les traditions newars. Vous pourrez aussi assister à la prière des moines bouddhistes du monastère de Namkha Khyung Dzong, situé dans un décor champêtre et ouvert aux visiteurs. Sans oublier la possibilité – en option – d'effectuer, tôt le matin, un survol d'une heure pour découvrir le panorama des sommets de l'Himalaya.
 
Partir en voyage avec Clio
NEP 91 - 8 jours

Lorsqu’au XIIe siècle le roi Kama Deva fonda Kathmandou, le Népal avait déjà connu plusieurs dynasties régnantes, dont les puissants Licchavi, toutes issues du fonds de la population tibéto-birmane que ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions de vente Comment s'inscrire Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter ou nous visiter