Logo Clio
Service voyages
Service voyages


La découverte par les Européens et la conquête

Il faut attendre le XIXe siècle pour que débute la pénétration méthodique de l’intérieur de l’Afrique occidentale par les Européens qui se sont contentés jusque-là de fréquenter ses côtes et d’y établir des comptoirs. En 1413, le noble toulousain Anselme d’Isalguier rejoint les rives de la Garonne après avoir séjourné à Gao, un séjour dont la réalité demeure discutée. La même année, le géographe juif majorquin Mecia de Villadestes dessine une carte de l’Afrique occidentale sur laquelle il mentionne la capitale de l’empire songhaï. En 1470, le Florentin Beneditto Dei se rend à Tombouctou qu’atteint également en 1618 Paul Imbert, originaire des Sables-d’Olonne, à l’occasion d’une expédition militaire marocaine poussée jusqu’aux rives du Niger. En 1690, Jajolet de la Courbe, directeur à Saint-Louis de la Compagnie du Sénégal, de la côte de Guinée et d’Afrique, atteint les chutes du Félou, aux portes du Soudan. En 1719, le minéralogiste Compagnon reconnaît la région aurifère du Bambouk et le commis Tinstall de la Tour atteint Khasso, sans pouvoir pousser jusqu’à Tombouctou. Le Bambouk et les régions voisines sont ensuite explorées par Estoupan de la Brue en 1746, par Duliron l’année suivante, par Aussenac et Doit en 1756. L’époque de la Révolution française et de l’Empire – qui voit les Anglais profiter de la guerre pour s’installer au Sénégal – marque le début des entreprises d’exploration de l’intérieur encouragées par l’African Society londonienne.


1791 : Le major anglais Houghton meurt à Nioro après avoir visité la vallée de la Falémé et les régions aurifères de l’ancien royaume du Bambouk.


1795 : L’Écossais Mungo Park atteint le royaume bambara de Kaarta. Il ne peut entrer à Ségou mais va jusqu’à Bamako avant de revenir en Gambie par le pays mandingue et la vallée de la Falémé.


1805 : Au cours d’un deuxième voyage, Mungo Park se rend de nouveau à Bamako, puis atteint Sansanding avant de mourir noyé dans les eaux du Niger, à hauteur des rapides de Boussa.


1818 : Le docteur Dossard arrive à Bamako. Gaspard Mollien, parvenu au Soudan en remontant la vallée du Sénégal jusqu’au Fouta Djalon, explore le Galam et le Bambouk.


1826 : Le major Gordon Laing, qui vient de Tripoli, atteint Tombouctou avant d’être assassiné par ses guides arabes sur le chemin du retour.


1828 : Le Français René Caillié, parti de la côte guinéenne le 19 avril 1827, se rend à Djenné, puis à Tombouctou où il arrive le 20 avril 1828 avant de regagner la France par le Maroc.


1843-1847 : L’explorateur français Anne Raffenel séjourne au Kaarta.


1850-1855 : Voyage de l’Allemand Heinrich Barth qui décrit le premier le delta central du Niger et les falaises du pays dogon. Parvenu à Tombouctou en septembre 1853, il y séjourne huit mois. Un autre Allemand, Oscar Lenz, est le premier Européen à le suivre à Tombouctou en 1880.


16 décembre 1854 : Le chef de bataillon Faidherbe est nommé gouverneur du Sénégal, fonction qu’il exerce jusqu’en décembre 1861 et qu’il reprend de juillet 1863 à juillet 1865. C’est au cours de son deuxième gouvernement qu’il s’attache à réaliser la liaison du Sénégal au Niger.


1854 : Le marabout et chef de guerre El Hadj Omar bat les Bambara et s’empare de Nioro.


13 septembre 1855 : Faidherbe, qui entend conjurer la menace que fait peser sur le Sénégal l’empire toucouleur d’El Hadj Omar, établit à Médine un fort dont la construction est terminée au début de 1856. Il s’agit de contrôler le petit royaume du Khasso, au terminus de la navigation sur le Sénégal coupé plus en amont par des chutes.


Avril-juillet 1857 : Les troupes d’El Hadj Omar assiègent sans succès Médine que viennent secourir à temps les renforts conduits par Faidherbe. Deux ans plus tard, la colonie du Sénégal est complètement à l’abri de la menace d’El Hadj Omar qui disparaît en 1864, après avoir dû faire face aux Peuls du Macina et aux Bambara de Ségou.


21 juillet 1857 : Décret organisant, dans la colonie du Sénégal, un corps d’infanterie indigène dit « bataillon de tirailleurs sénégalais » qui sera fort de six compagnies en 1861. Ultérieurement, ces troupes « sénégalaises » seront en fait majoritairement recrutées chez les Bambara et chez les populations voltaïques.


Février 1864-mai 1866 : Le lieutenant Mage et le docteur Quintin séjournent à Ségou avant de regagner Saint-Louis par Médine et Nioro. Ils tentent en vain de conclure un traité avec Ahmadou, le fils d’El Hadj Omar qui est mort en février 1864 près de Bandiagara.


1868 : Création de la province apostolique du Sahara et du Soudan où les missionnaires catholiques vont se montrer très actifs à partir de la fin du siècle.


1868 : Publication du Voyage au Soudan occidental du lieutenant Mage. L’ouvrage permet aux Européens de découvrir l’empire toucouleur de Ségou.


1865-1869 : Gouvernement de Pinet-Laprade au Sénégal, à qui succède le colonel Valière de 1869 à 1876, puis le colonel Brière de l’Isle de 1876 à 1881.


Décembre 1875 : Trois Pères blancs, les pères Paulmier, Bouchaud et Ménoret, partis d’Algérie pour gagner Tombouctou, sont assassinés par leurs guides. En 1878, les pères Richard, Morat et Pouplard, partis de Ghadamès pour gagner la grande cité soudanaise sont massacrés à leur tour.


22 septembre 1878 : Prise de Sabouciré par les Français ; la route du Niger leur est désormais ouverte.


1878-1879 : L’explorateur Soleillet se rend de Saint-Louis du Sénégal à Ségou pour y conclure un traité de commerce et d’amitié avec Ahmadou, le fils d’El Hadj Omar.


1879 : Création par le capitaine Gallieni du poste de Bafoulabé, au confluent du Bakoye et du Bafing, une étape de la liaison à venir entre le cours supérieur du Sénégal et le delta central du Niger. L’année suivante, le gouverneur du Sénégal, Brière de l’Isle, envoie Gallieni à Ségou. Parti de Saint-Louis le 8 février 1880, il signe le traité plaçant Kita sous le protectorat français mais les Bambara l’attaquent et Ahmadou lui demande de s’arrêter avant Ségou. Il reste ainsi immobilisé à Nango de juin 1880 à mars 1881.


1880 : Voyage de l’explorateur autrichien Oskar Lenz du Maroc à Tombouctou et de Tombouctou à Médine et Saint-Louis.


6 septembre 1880 : Création du commandement supérieur du Haut-Fleuve qui a son siège à Médine. Il est transféré à Kayes dès l’année suivante. Le futur Soudan dépend encore du Sénégal, son territoire se séparant cependant de la colonie du Sénégal au confluent de la Falémé avec le grand fleuve et n’ayant pas de limites fixées vers l’est. C’est le lieutenant colonel Borgnis-Desbordes qui reçoit le commandement du territoire le 1er janvier 1881. Le 17, il arrive à Bafoulabé, puis le 7 février à Kita où il a décidé la création d’un poste.


16 février 1881 : Le massacre par les Touareg de la mission Flatters condamne pour longtemps les projets de chemin de fer transsaharien, ce qui favorise indirectement les projets de liaison entre Sénégal et Niger.


Février-mars 1881 : Premiers combats entre les troupes françaises et celles de l’almamy Samory Touré, dans la partie orientale du pays mandingue. C’est le début d’une lutte qui s’étend sur les dix-sept années suivantes. Les troupes de Samory sont dispersées en avril 1883 par Borgnis-Desbordes le long de l’Oyako, à quelques kilomètres au sud de Bamako.


26 février 1881 : Une loi accorde les crédits permettant d’entamer la construction de la ligne devant relier le Sénégal au Niger.


21 mars 1881 : Gallieni, qui a reçu à Nango le traité signé le 10 mars par Ahmadou, retrouve Borgnis-Desbordes à Kita. Il apparaît alors que, en jouant de la traduction en arabe, le traité consenti par Ahmadou est très en deçà des exigences françaises.


20 juillet 1881 : La région située entre Sénégambie et Niger devient la région du Haut-Fleuve ; son chef-lieu est Kayes.


1881-1904 : Réalisation du chemin de fer Kayes-Niger, qui permet de désenclaver les régions du cours supérieur du fleuve, progressivement soumises à la France durant cette même période.


1882 : Ouverture à Kita, à l’initiative du capitaine Piétri, de la première école française au Soudan. Une « école des otages » est organisée à Kayes en 1886, elle devient « école des fils de chefs » en 1895 puis, transférée à Bamako, « école professionnelle » en 1915, puis « école primaire supérieure » en 1923, « collège classique et moderne » en 1947 et enfin lycée Terrasson-de-Fougères en 1950.


1er février 1883 : Le Niger est atteint par les Français et, peu après, Borgnis-Desbordes établit un poste à Bamako.


1883-1884 : Le commandant Boylève succède pour un an à Borgnis-Desbordes. Il sera remplacé par le commandant Combes en 1884-1885, puis par le lieutenant-colonel Frey en 1885-1886.


19 avril 1883 : Le télégraphe atteint Bamako. Il atteint Bandiagara et Tombouctou en 1899, puis Sikasso en 1903.


Décembre 1883 : Le Parlement français refuse de voter les crédits permettant la poursuite de la construction du chemin de fer parvenu seulement à 17 km de Kayes, dans l’est du Sénégal.


1884 : L’enseigne de vaisseau Froger amène à Bamako la canonnière le Niger, un bâtiment démontable que l’on peut transporter pour éviter les rapides.


26 février 1885 : L’acte final de la conférence coloniale de Berlin reconnaît implicitement la souveraineté de la France sur le Haut et Moyen Niger.


1885 : Le lieutenant de vaisseau Davoust, qui commande le Niger, atteint Diafarabé, entre Ségou et Mopti.


juin 1885 : Les Français du commandant Combes doivent se replier à l’issue du combat livré à Niagassola, dans le nord-ouest du pays mandingue, aux troupes de Samory. Ils prennent leur revanche en janvier 1886, ce qui débouche sur la signature du traité de Kéniéba-Koura, non ratifié par Paris en raison de ses imprécisions.


1886 : Le lieutenant-colonel Gallieni prend le commandement du Haut-Fleuve qu’il exerce jusqu’en 1888. Il va profiter de la division des quatre royaumes issus de l’empire d’El Hadj Omar sur chacun desquels régnait l’un des descendants du conquérant, Aguibou à Dinguiraye, Madani, fils d’Ahmadou, à Ségou, Tidiani, neveu d’El Hadj Omar dans le Macina, enfin Ahmadou à Nioro, la capitale du Kaarta.


25 mars 1887 : Le traité de Bissandougou est signé par Samory et le capitaine Péroz. Il reconnaît à la France les droits qu’elle revendique sur la rive gauche du Niger et de son affluent, le Tinkisso, en même temps que l’almamy accepte de placer ses États sous le protectorat français. Pour concrétiser cet accord, un poste est créé à Siguiri, sur la rive gauche du Niger. Le traité est confirmé par la convention de Niako conclue en 1890.


1887-1889 : Voyage d’exploration du lieutenant Binger, de Bamako au golfe de Guinée par Sikasso, Kong et Ouagadougou jusqu’à Assinie.


12 mai 1887 : Après Aguibou, qui a accepté le protectorat français l’année précédente, Ahmadou signe le traité de Gouri qui établit une trêve avec les Français.


15 juillet 1887 : Le lieutenant de vaisseau Caron atteint Mopti à bord de la canonnière Mage et s’avance en août tout près de Tombouctou où il ne peut entrer du fait de l’hostilité manifestée par les Touareg.


1888 : Gallieni quitte le Soudan où le colonel Archinard lui succède avec le titre de commandant supérieur du Soudan français. La même année le chemin de fer atteint Bafoulabé.


1888-1893 : Le commandant, promu ensuite lieutenant-colonel, colonel puis général Archinard exerce le commandement supérieur du Haut-Fleuve qui devient commandement supérieur du Soudan français. Il est le véritable conquérant du Soudan.


Février 1889 : Aguibou évacue Dinguiraye pour se replier sur la place de Koundian qui est prise par les Français. Il se soumet alors de manière définitive.


6 avril 1889 : Prise de Ségou par les Français, suivie de celle de Nioro le 1er janvier 1891 puis de celles de Djenné et de Bandiagara en 1893. À Ségou, Madani est remplacé par un héritier légitime de la dynastie bambara auprès duquel est établi un résident français, le capitaine Underberg.


24 mai 1890 : Archinard et Samroy signent la convention de Niako, qui fixe les frontières séparant le Soudan français des territoires de l’almamy


29 mai 1890 : Mari Diara, le roi mis en place par les Français à Ségou, complote contre eux et le capitaine Underberg le fait fusiller. On installe sur le trône un chef bambara du Kaarta, Bodian Koulibali, qui fait l’unanimité des populations indigènes contre lui, ce qui entraîne une révolte générale contre l’autorité française.


18 août 1890 : Dénommée désormais Soudan français, la région du Haut-Fleuve gagne son autonomie par rapport au Sénégal voisin.


1890 : Ouverture à Kayes du premier poste de santé (dit aussi « ambulance »). Les premiers pavillons de l’hôpital de Bamako commencent à fonctionner en 1913.


28 mars 1891 : Samory ayant dénoncé le traité de Bissandougou et la convention de Niako, Archinard franchit le Niger le 30 à Niantokoro pour atteindre Bissandougou en avril, contraignant l’almamy à la fuite.


1890-1892 : La mission du commandant Monteil relie Saint-Louis à Tripoli par le lac Tchad. Monteil quitte Ségou le 23 décembre 1890 et passe par Sikasso pour atteindre Say.


9 janvier 1892 : Le colonel Humbert, nouveau commandant supérieur du Soudan français, engage une nouvelle campagne contre Samory. La citadelle de Toukoro est enlevée le 13 février 1892 alors que Samory est obligé de se replier vers l’est et le sud-est sur les territoires correspondant au nord de l’actuelle Côte-d’Ivoire.


28 février 1892 : Les Minianka entrés en rébellion emportent le poste de Bla tenu par des auxiliaires bambara.


22 avril 1892 : Le capitaine Briquetot met en déroute les rebelles Peuls qui ont tué, le 19 avril, le lieutenant Huillard près de Soba, entre Niger et Bani. Le commandant Bonnier les bat de nouveau en juin mais ils ont rallié les Minianka insurgés. Bonnier bat ensuite des groupes bambara gagnés eux aussi à l’insurrection.


27 août 1892 : Création de la colonie du Soudan. Détachée du Sénégal, elle est désormais complètement autonome et relève directement du gouvernement métropolitain.


Décembre 1892 : Échec du lieutenant Cailleau contre les Minianka insurgés. Archinard met fin à la révolte en mars 1893 et place Ségou sous administration directe.


Février-mars 1893 : Nouvelle campagne du lieutenant-colonel Combes contre Samory, qui réussit à s’échapper en dispersant ses troupes.


12 avril 1893 : Prise de Djenné par Archinard. Il gagne ensuite Mopti et y proclame roi du Macina Aguibou, le propre frère d’Ahmadou. Bandiagara est occupé le 28 avril.


19 mai 1893 : Le capitaine Blachère inflige une ultime défaite aux partisans d’Ahmadou. Leur chef doit s’enfuir vers l’est, vers les monts de Hombori, puis au-delà du Niger avant d’aller se fixer dans la région de Sokoto, hors des territoires sous contrôle des Français.


21 novembre 1893 : Un civil, Albert Grodet, est nommé gouverneur du Soudan. Dès le 26 décembre, il ordonne au lieutenant-colonel Bonnier de suspendre les opérations militaires.


16 décembre 1893 : Le lieutenant de vaisseau Boiteux occupe Tombouctou mais l’enseigne de vaisseau Aube est assassiné le 25 décembre à Kabara, l’avant-port de la ville.


6 janvier 1894 : La colonne du lieutenant-colonel Bonnier arrive devant Tombouctou qu’elle dégage sans difficultés mais elle est anéantie le 16 à Takoubao par les Touareg. C’est le commandant Joffre qui rétablit la situation en infligeant une défaite complète aux Touareg le 24 à Niafounké. Il poursuit les bandes rebelles au cours des mois suivants.


10 juillet 1894 : Joffre quitte Tombouctou après y avoir solidement établi l’autorité française mais son successeur, le colonel Ebener, reçoit en août du gouverneur Grodet l’ordre de rester sur la défensive, ce qui ne peut qu’encourager la poursuite de la dissidence.


16 juin 1895 : Décret de création du gouvernement général de l’Afrique-Occidentale française dont fait partie le Soudan français jusqu’alors administré par le lieutenant-gouverneur résidant à Kayes, d’abord capitale du Haut-Sénégal-Niger avant de devenir celle du Soudan jusqu’en 1907, date à laquelle elle est abandonnée au profit de Bamako.


1895-1899 : Le colonel de Trentinian exerce les fonctions de gouverneur du Soudan. Il crée de nouveaux postes, divise la colonie en cercles bien délimités et donne des instructions précises quant à la conduite à tenir avec les indigènes et en vue de la mise en valeur économique du pays.


1895 : Venus du Sénégal, les Pères blancs fondent à Ségou la première mission catholique du pays avant de s’installer à Kati. Les Sœurs blanches s’établissent à leur tour au Soudan à partir de 1897.


1er mars 1896 : Le colonel de Trentinian reçoit à Goundam la soumission des Touareg Tenguéréguif.


1896 : Mission de reconnaissance du Niger moyen et inférieur du lieutenant de vaisseau Hourst, qui prend contact avec les Touareg Oulliminden.


Juin 1897 : Massacre par les Touareg, à proximité de Tombouctou, d’un peloton de spahis commandé par les lieutenants de Chevigné et de La Tour de Saint-Ygest. L’expédition punitive conduite par le commandant Klobb permet de dégager les abords du fleuve jusqu’à Bourem, en aval de Tombouctou.


1897 : Le capitaine Betbeder occupe Say où le lieutenant Pelletier établit un poste.


20 août 1897 : Massacre de la mission du capitaine Braulot venu négocier un traité de protectorat avec Samory par les troupes de l’almamy.


29 septembre 1897 : Échec des négociations conduites avec Samory à Dabakala (dans la région voltaïque) par les envoyés français Nebout et Le Fillâtre.


1897 : Fondation d’un poste à San, près de Ségou, sur la rive droite du Bani.


1er mai 1898 : Prise de Sikasso par les Français. Le roi Ba Bemba, qui avait refusé quelques mois plus tôt au capitaine Morisson l’installation auprès de lui d’un résident français, se fait sauter dans son magasin à poudre plutôt que de se rendre.


29 septembre 1898 : Capture de Samory à Gueloumou par le capitaine Gouraud.


1898 : Création par le lieutenant de Gail d’un premier peloton de méharistes dans la région de Tombouctou.


1er janvier 1899 : Le lieutenant-colonel Klobb établit un fort à Gao puis un autre peu après à Ansongo, en aval sur le Niger. Deux autres sont établis ensuite, toujours plus en aval, à Dounzou et à Tillabéry.


12 mars 1899 : La voie ferrée atteint Toukoto, à mi-chemin entre Kayes et Bamako.


14 juillet 1899 : Mort du colonel Klobb, tué à Dankori alors qu’il était à la poursuite de la mission Afrique centrale des capitaines Voulet et Chanoine qui semait la dévastation sur son passage. Venue du Soudan, la mission devait rejoindre sur les rives du lac Tchad la mission Foureau-Lamy venue d’Algérie à travers le Sahara et la mission Gentil venue du Congo par l’Oubangui et le Chari ; après la mort de Voulet et de Chanoine, tués par leurs tirailleurs, les lieutenants Joalland et Meynier prennent le commandement de la mission Afrique centrale et s’emparent d’Agadès avant de rejoindre les deux autres missions au bord du Tchad en février 1900 pour en finir avec Rabah, le marchand d’esclaves qui dominait alors toute cette région d’Afrique centrale.


17 octobre 1899 : Un décret partage les régions les plus occidentales et les plus méridionales du Soudan entre Sénégal, Guinée, Côte-d’Ivoire et Dahomey et crée deux territoires militaires englobant les régions de Tombouctou, de la Volta (qui a alors son centre à Bobo Dioulasso) et de Zinder. Les « territoires du Haut-Sénégal et du Moyen-Niger » sont rattachés au Sénégal et administrés par un délégué du gouverneur de cette colonie dont la résidence est établie à Kayes. Cette fonction est confiée à William Merlaud-Ponty qui l’exerce jusqu’en 1908 pendant que le colonel Vimard succédait au général de Trentinian.


2 juin 1900 : Mort de Samory en exil au Gabon, sur l’île de Missanga, sur l’Ogooué.


1er octobre 1902 : L’ancien Soudan français reçoit le nom, à l’issue d’une nouvelle transformation administrative, de « territoire de la Sénégambie et du Niger ». Le délégué de Kayes dépend désormais du gouverneur de l’Afrique-Occidentale, distinct du gouverneur du Sénégal.

26 décembre 1902 : Le Macina est soumis au régime de l’administration directe. Écarté du pouvoir, Aguibou – qui avait vu se concentrer sur sa personne l’hostilité que les Peuls vouaient aux Toucouleurs et la haine de ces derniers qui lui reprochaient d’avoir trahi Ahmadou – se voit offrir par les Français une retraite dorée ; il meurt en 1908.
Page précédente Page suivante
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter