Clio
Des voyages dans le monde entier en compagnie de conférenciers passionnés
  Trouver votre voyage
Lettres et brochures
S'abonner aux lettres électroniques de Clio

Pour vous abonner à nos lettres électroniques, merci de nous indiquer votre adresse mél.

Votre mél


Abonnez-vous à nos
    lettres électroniques

Nous suivre
  Haut de page
  01 53 68 82 82
  S'inscrire en ligne
  Imprimer
Inde, l'État du Gujarat
Vie tribale et expressions artistiques Convergences religieuses : hindouisme, islam et jaïnisme  |  IN 112
Du 14 au 30 octobre 2024    Places disponibles

Ample contrée aux rivages ourlés, léchée par la mer d’Arabie, le Gujarat est... Une Inde où la nature s’exprime encore : ânes sauvages, loups, antilopes et les derniers lions d’Asie, Une Inde romanesque et féérique au fil des palais royaux et des extravagances des maharajas, Une Inde secrète des marchands de Patan où l’on tisse les patolas, fabuleuses soieries d’Asie, Une Inde fervente, fréquentée par des générations de pèlerins, derrière les écrans de pierre ajourés ... lire plus
Votre conférencière
avec Anne-Marie Wirja
Diplômée de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO)
  17 jours
  Grands voyageurs
  Grands voyageurs
Pour ceux qui ne craignent ni le décalage horaire, ni les longues routes en autocars, ni l'altitude, ni les contraintes locales (comme le port du foulard en Iran) et qui sont prêts à s'accommoder de tous ces inconvénients pour aller plus loin...
  12 voyageurs max.
Les points forts
  • Une découverte complète du Gujarat
  • 3 sites UNESCO : La ville fortifiée d’Ahmedabad, le site de Champaner Pavagadh, le puits à gradins Rani-ki-Vav
  • Le Grand Rann et le Petit Rann de Kutch ou des déserts de sel
  • La culture tribale des Ratwa, des Meghwal et des Rabari
  • La ville musulmane de Junagadh
  • Les temples hindous de Somnath et Modhera
  • Les sanctuaires jaïns de Kumbharia
  • La principauté de Vadodara et le faste des maharajas
  • Le Chronoguide Inde
Votre itinéraire
  Agrandir

 
    J 1 - Lundi 14 octobre 2024 Paris - Ahmedabad
Vol non direct pour Ahmedabad.
 
 
    J 2 - Mardi 15 octobre 2024 Ahmedabad
Arrivée dans le cours de l’après-midi, transfert à l’hôtel et temps libre.

Nuit à Ahmedabad.

 
 
    J 3 - Mercredi 16 octobre 2024 Ahmedabad
Avec près de huit millions d’habitants, Ahmedabad est la sixième agglomération de l'Inde et la plus importante du Gujarat. Située sur les rives du fleuve Sabarmati, elle fut une étape des pistes caravanières, plus tard la ville du textile indien et le point de rencontres des cultures religieuses. Gandhi y résida et la rendit célèbre.

Ce riche passé l'a dotée d'un patrimoine culturel et architectural unique, véritable trésor classé sur la liste de l'(Unesco) en 2017. Si elle remonte au IXe siècle, sa ville fortifiée fut fondée par le sultan Ahmad Shah en 1411. Elle séduit par sa belle architecture en bois, son caractère éclectique et, pour la découvrir, rien de mieux qu’une « promenade du patrimoine ». Au rendez-vous, le temple Swaminarayan, connu pour ses sculptures et travail du bois, le Kavi Dalpatram Chowk, demeure du grand poète gujarati du XIXe siècle. Nous pénètrerons ensuite dans les « Pol », quartiers où vivait chaque communauté religieuse, claquemurée et circulant par des passages secrets. Les Jaïns priaient dans de nombreux temples, notamment au Jagvallabh, merveille de marbre dédiée à Adinath, alors que les hindous vénéraient Rama dans le temple de Kala Ramji où le dieu est original, en position assise, rappelant son exode dans la forêt lors du Ramayana. De ci de là, le regard s’égare avec bonheur vers des quartiers fortifiés, des échoppes d’artisans et divers marchés.
Nous continuerons en tuk-tuk pour atteindre la mosquée Siddhi Sayed de 1573, célèbre pour ses « jalis » ou parois ajourées. Quant au temple Hutheesing, il est le lieu de vénération du 15e Tirthankara, Dharmanath, et fut édifié par un riche commerçant en 1850. Très ornementé, il abrite 238 statues et multiples autels.
Viendra ensuite le moment de se familiariser avec l’une des merveilles architecturales du Gujarat, les puits à degrés (dits « vav » ou « baori » ailleurs en Inde) qui répondaient à plusieurs objectifs : entreposer la pluie de mousson si importante dans ces régions arides, lever des taxes exigées aux caravanes de commerçants qui s’y arrêtaient, procurer une halte de fraicheur pour les pèlerins en route vers les lieux de culte. Construit en 1499 dans le village d’Adalaj, le « vav » monumental de forme octogonale s’enfonce dans les entrailles de la terre. Tout aussi impressionnant, avec sa cascade d’escaliers plongeant sur six niveaux, est le « vav » de Dada Hari, situé dans le village d’Aswara, maintenant un quartier d’Ahmedabad.

Pour terminer paisiblement la journée, visite de l’Ashram de Gandhi, le long de la rivière Sabarmati. Ce fut le centre névralgique du mouvement de libération de l’Inde et son point de départ de la Marche du sel.

Nuit à Ahmedabad.

 
 
    J 4 - Jeudi 17 octobre 2024 Ahmedabad - Kumbharia – Poshina (210km - 5 heures)
La dernière découverte d’Ahmedabad sera consacrée à l’étonnante mosquée Jumma, véritable icône de la ville. Réalisée en grès jaune, soutenue par 260 piliers, elle marie styles hindou et musulman.

En direction de Poshina, un arrêt s’impose à Kumbharia, un groupe de cinq temples jaïns construits de 1062 à 1231 sous le règne de la dynastie Chalukya. Ils se distinguent par leur architecture élaborée et les sanctuaires dédiés à Mahavira, Shantinatha et Parshvanatha font partie des lieux de culte jaïns les plus renommés pour leurs détails architecturaux, en particulier pour leurs voussures d’une finesse incomparable.

Un autre monde nous attend à Poshina, territoire de tribus Bhil. La vénération des fantômes, les esprits des morts et la magie noire façonnent leur quotidien alors que de petits chevaux en terre cuite sont placés près des rocs sacrés ou sources d’eau pour en assurer la protection.

Nuit à Poshina.

 
 
    J 5 - Vendredi 18 octobre 2024 Poshina – Ambaji – Sidhpur – Patan (170km - 4 heures)
Début de matinée à Ambaji, grand centre de pèlerinage dédié au shaktisme et pour nous l’occasion d’une promenade au sein d’un marché coloré où les tribus Garasia viennent écouler les produits de leur potager.

Sidhpur, un heureux étonnement. Dans le quartier de la communauté musulmane bohra, des maisons de toutes les couleurs s’égrènent, chacune plus élégante et originale. Elles sont de style néoclassique européen, ornées de décorations d’inspiration musulmane. Elles sont le reflet de la réussite financière de cette communauté chiite qui sillonna le monde au XIXe siècle et fut sensible à sa diversité architecturale dont elle sut s’inspirer avec bonheur. La plupart de ces demeures ne sont plus habitées aujourd’hui mais reprennent vie lors des réunions familiales.

A Patan, le Rani-ki-vav est l’un des nombreux sites gujaratis appartenant au patrimoine mondial de l’(Unesco), bâti par la Rani Udayamati en hommage à son mari, le roi Bhima I de la dynastie Chalukya (950-1300). Il fut originellement conçu comme un temple inversé, divisé en sept niveaux interconnectés par des escaliers qui affichent des panneaux sculptés d’une précision inégalée. Sur les sept niveaux, le quatrième est le plus profond puisqu'il mène à un réservoir de forme rectangulaire mesurant 9,5 m de longueur sur 9,4 m de largeur et profond de 23 m. La structure héberge un total de 500 sculptures majeures et plus d’un millier de sculptures secondaires représentant des motifs aux symboliques religieuse, mythologique et séculaire.

Mais Patan, c’est aussi le royaume des tissus patola. C’est un sari tissé en double ikat, généralement en soie, et autrefois porté uniquement par les familles royales et aristocratiques. Une caractéristique unique du métier à tisser est qu'il est incliné d'un côté et nécessite que deux personnes travaillent en tandem. Les dessins sont généralement abstraits et géométriques. Mais les éléphants, les figures humaines, les fleurs, les paons et les perroquets sont populaires. Seules quelques familles perpétuent aujourd’hui la tradition.

Nuit à Patan.
 
 
    J 6 - Samedi 19 octobre 2024 Patan – Modhera - Bajana (110km – 3h)
Notre première étape sera pour le Temple du soleil de Modhera. Il fut édifié en 1026 par la dynastie des Chalukya se disant descendante de Surya. Son emplacement fut calculé pour que les premiers rayons solaires illuminent le visage de la statue à l’aube des équinoxes. Comme tout grand lieu de prières hindou, l’axe divin s’aligne sur le sanctuaire, abritant jadis la statue d’or incrustée de pierres précieuses, la salle de prières et un bassin en forme de puits appelé “Surya Kund”. 108 templions dédiés aux dieux mineurs ornent ses marches.

Continuation vers le Wild Ass Sanctuary pour un safari. Cette réserve de 4 953 km2 couvre une bonne partie des terres arides du Rann (désert en gujarati) de Kutch, le « petit » ici. Alors que le Grand Rann de Kutch s'étend sur 7 500 km2 et est réputé pour ses paysages argentés, le Petit Rann, s'étire sur 5 000 m², regorgeant d'animaux sauvages et de marais salants. La limite septentrionale du Rann délimite la frontière entre l'Inde et le Pakistan. Il constitue un ancien golfe de la mer d'Arabie et, lors de la mousson, l'eau envahit le marais, formant alors une île temporairement séparée du reste de l'Inde.

Le Wild Ass Sanctuary abrite la dernière population de loups, d’antilopes ainsi que des chinkara (gazelles indiennes). C’est aussi le seul endroit au monde où vit encore l'hémione indien, âne sauvage très agile et endurant, capable de courir à 50 km/h sur de longues distances. Une importante population d’oiseaux investit la réserve d’octobre à mars ; c’est l’une des rares régions d’Inde où des flamants roses viennent nicher.

Nuit à Bajana.
 
 
    J 7 - Dimanche 20 octobre 2024 Bajana – Dhmadka – Bhujodi – Bhuj (270km - 6h)
Une journée consacrée à l’artisanat des textiles qui rend si célèbre le Gujarat. L’Inde est devenue le premier producteur mondial de coton et, au niveau national, le Gujarat occupe la tête de liste en assurant 30% de la production tissée du pays.

2001 : De magnitude 7.7 sur l’échelle d’intensité de Mercalli, un terrible tremblement de terre frappe le Gujarat. Il provoque entre 13 000 et 20 000 morts, 167 000 blessés et détruit près de 400 000 foyers. Il faut reconstruire sa vie autour de Dhamadka, en maintenant la tradition d’impression des textiles selon le procédé de l’Ajrakh, par application d’estampes de bois. De riches tons naturels rehaussent ces tissus – henné, indigo, curcuma, grenade, argile – dont l’origine se perd dans la nuit des temps, de la civilisation de l’Indus aux terres du Sindh d’où la communauté migra il y a 400 ans.

Bhujodi, à 8km de Bhuj, est aussi un centre textile majeur où plus de 1 200 habitants se consacrent au tissage dans toute sa diversité. La plupart des femmes sont des Rabari et portent des vêtements noirs brodés de somptueux motifs colorés. Ce sont des tribus nomades originaires d'Afghanistan qui vivent ici en parfaite harmonie avec les Vankar ayant émigré du Rajasthan.

Nuit à Bhuj.
 
 
    J 8 - Lundi 21 octobre 2024 Bhuj – Kutch (85km /2h)
Bhuj est la capitale du Kutch. Fondée en 1604, un effroyable tremblement de terre la frappa en 1819 et changea complètement sa topographie. Le Grand Rann et le Petit Rann virent le jour, laissant apparaitre un désert de sel.

En 1815, l'État de Kutch était déjà un protectorat britannique et la région bénéficia de plusieurs innovations et constructions tout au long du XIXe siècle : hôpitaux, écoles, routes et palais où se rencontrèrent l’Orient et l’Occident du fait des princes.
L’un d’entre eux est le Prag Mahal, à l'architecture surprenante, commandité par le maharaja Pragmalji en 1860. Son architecte britannique, le Colonel Henry Saint Wilkins, s'est probablement souvenu de ses voyages en Italie et des campaniles des églises au moment de dessiner les plans.

Tout près est l’Aina Mahal, surplombant le pittoresque lac Hamirsar, qui fut construit au XVIIIe siècle par la dynastie des Rajputs Jadeja. Le palais est un édifice flamboyant, de style indo-européen, réputé pour son Hall des Miroirs. Son créateur, Ramsinh Malam, a personnellement réalisé les magnifiques fontaines, la verrerie, les portes incrustées d'or et d'ivoire ainsi qu'une horloge à balancier qui suit le calendrier hindou.

Notre dernier regard sur Bhuj sera son musée Kutch, anciennement musée Fergusson érigé en 1877, le plus ancien musée du Gujarat. Il présente quelques exemples de l’écriture Khojki éteinte aujourd’hui, une intéressante collection de monnaies et une aile de traditions autochtones (peintures, broderies, instruments de musique etc.).

Continuation au cœur du Kutch et nuit en petit lodge traditionnel et simple.
 
 
    J 9 - Mardi 22 octobre 2024 Région de Banni
Les habitations tribales de Banni sont constituées de huttes rondes en terre battue appelées « bhungas », entourant une grande cour communautaire. Les femmes peignent les murs et les décorent avec de petits morceaux de miroir pour favoriser la lumière dans la maison. Les couleurs vives sont utilisées pour faire ressortir des éléments tels que les portes et les fenêtres. Des ustensiles de cuisine brillants sont exposés sur des étagères et un sol en boue compactée est maintenu propre grâce au lavage et au brossage quotidiens. Beaucoup de ces maisons circulaires traditionnelles ont résisté au tremblement de terre de 2001.

La région d’Hodko est le domicile des Meghwal, venus du nord, qui sont spécialisés dans l'artisanat traditionnel et la broderie. Ils fabriquent aussi des articles en cuir, ornés de motifs géométriques aux couleurs vives. Le nom « Hodko » vient du mot gujarati « hodi », qui signifie bateau et est probablement en rapport avec la migration de sa population aux temps ancestraux. Les sols déposés et le vent ont rendu la terre de Banni suffisamment riche pour qu'elle puisse générer diverses prairies où paissent le buffle de Banni, le mouton, la chèvre, le dromadaire et le cheval.

Coucher de soleil sur le Désert blanc, le plus grand désert de sel au monde après celui de Bolivie.

Nuit au cœur du Kutch en petit lodge traditionnel et simple.
 
 
    J 10 - Mercredi 23 octobre 2024 Kutch – Rajkot (300km - 6h)
Journée de transition permettant d’atteindre la cité de Rajkot.
Temps libre de détente à destination.

Nuit à Rajkot.
 
 
    J 11 - Jeudi 24 octobre 2024 Rajkot – Junagadh – Somnath (200km – 4h)
Route vers Junagadh, capitale du Gujarat du IIe au IVe siècle, surplombée par le point culminant de l’État, le mont Girnar. Ici se trouvent les Édits d’Ashoka, gravés dans un bloc de granit et datant de 250 av. J.-C. L’empereur définit les grands principes du dhamma comme la non-violence, la tolérance envers toutes les sectes, l'obéissance aux parents, le respect des brahmanes et des autres religieux, la libéralité envers les amis, le traitement humain des serviteurs et la générosité envers tous.
D’ailleurs, la citadelle supérieure d’Uparkot fut érigée par Chandragupta Maurya vers 320 avant J.-C. C’est la plus ancienne partie de la cité qui présente un vaste ensemble de constructions. Entourée de douves de 91 m de profondeur, elle a été modifiée à maintes reprises mais abandonnée entre les VIIe et Xe siècles. À l’intérieur se dressent la Jami Masjid et des grottes bouddhiques présentant des quartiers monastiques creusés dans la roche aux IIIe et IVe siècles de notre ère.
Deux puits à gradins furent aménagés, l’Adi Chadi Vav, le moins profond, datant du XVe siècle, et le Navghan Kuvo qui aurait au moins mille ans et s’enfonce à 52 mètres.

Si la région fut dirigée par le puissant empire des Maurya, elle passa par la suite sous l'égide des moghols jusqu'à la moitié du XVIIIe siècle, avant de tomber entre les mains du souverain afghan, Sher Khan, qui lui conféra le statut d’état princier. Junagadh est devenue une région de l'Inde indépendante le 9 novembre 1947.

D’autres monuments originaux sont les témoins de ces temps glorieux. Les mausolées Mahabat Maqbara et Bahauddin Maqbara ont été achevés en 1892 et 1896 et sont respectivement dédiés à Mahabat Khan II, le Nawab de l'État de Junagadh, et à son ministre Bahauddin Hussain Bhar. Ils sont connus pour un certain syncrétisme entre des éléments indo-mauresques et un gothique occidental : sculptures élaborées sur les façades, belles arches, fenêtres à la française et portes argentées.

Continuation vers Somnath, célèbre pour son temple dédié à Shiva. Nous y assisterons à la puja nocturne.

Nuit à Somnath.
 
 
    J 12 - Vendredi 25 octobre 2024 Somnath – Diu – Bhavnagar (350km - 8h)
Selon la jolie légende, le temple de Somnath – que nous visiterons en détails ce matin - aurait été construit avec de l'or par la déesse de la lune, puis rasé et reconstruit par Ravana avec de l'argent, remodelé dans le bois par Krishna avant que Bhima ne le fasse en pierre ! Considéré comme le premier des 12 Jyoti lingas (lieux où le linga de Shiva apparut naturellement) du pays, il est de style chalukya, dominé par sa flèche de 50 m.

Très différente sera notre prochaine étape, l’île de Diu. En 1535, Bahadur Shah, sultan du Gujarat, conclut une alliance défensive avec les Portugais contre l'empereur moghol Humayun et leur accorda le droit de s’installer sur l'île. Étonnamment, elle resta portugaise jusqu’en 1961 ; il s’en échappe une ambiance d’un autre temps à l’église Saint-Paul, petite réplique de la basilique du Bon Jésus de Goa. Son fort portugais est une ruine romantique alors que le reste de l’île est occupé par des landes, des plantations de cocotiers ou des villages de pêcheurs.

Continuation vers Bhavnagar ; arrivée tardive.

Nuit à Bhavnagar
 
 
    J 13 - Samedi 26 octobre 2024 Bhavnagar – Lothal – Khambhat – Vadodara (270km - 5h)
Départ pour Lothal, site archéologique découvert en 1954 et port important de la civilisation de l'Indus, probablement le plus au sud de ses avant-postes. La ville était un centre prospère de 2 440 à 1 900 av. J.-C. et, comme pour les autres villes de l’époque, révèle une architecture et un urbanisme réfléchis. Les fouilles ont montré que la cité était organisée en deux parties : la partie haute où résidaient les dirigeants et notables et la partie basse où vivait le petit peuple.
L’agglomération entière profitait d'un réseau d'évacuation des eaux usées, de puits et d'une salle de bain pour chaque maison. La partie la plus remarquable de Lothal était son bassin de 215 m sur 35 m et 4 m de profondeur, qui offrait un accostage pour les bateaux marchands. Près du quai se trouvaient des entrepôts pour les cargaisons apportées par bateaux.
Lothal était un centre actif d'échanges avec la Mésopotamie, l'Égypte et la Perse. Un atelier de perles de diverses matières a été mis à jour et elles devaient jouir d'une certaine notoriété. La poterie était une autre industrie prospère. Les ruines d'un autel suggèrent que les habitants adoraient les dieux du feu et de la mer.

En route vers Vadodara, nous ferons un arrêt à Khambhat, également connue sous le nom de Cambay. Ce fut un centre commercial important mais son port s'est progressivement ensablé et le commerce maritime l’a abandonnée. Cependant, c’est peut-être le seul endroit en Inde où l’artisanat harappéen – la fabrication de perles d’agate – reste une tradition vivante attribuée à Baba Ghor, un saint éthiopien du XVIe siècle. L’islam s’était implanté dans la cité dès 1324, lorsque Allauddin Khalji la conquit et éleva la Mosquée du Vendredi, prémices d’un style qui deviendra celui du Gujarat musulman.

Nuit à Vadodara.
 
 
    J 14 - Dimanche 27 octobre 2024 Vadodara - Jambughoda (80km – 2h)
Connue auparavant sous le nom de Baroda, Vadodara est l’ancienne capitale des Marathes Gaekwad qui arrachèrent la ville aux Moghols au XVIIIe siècle. Pour les récompenser, le Peshwa - chef absolu de tout l’empire marathe - leur attribua la ville en guise de fief. Après la défaite des Marathes contre les Afghans en 1761, le contrôle de la région revint naturellement aux maharajas Gaekwad qui en disposeront jusqu’à l’indépendance. En 1802, les Britanniques garantirent l’autonomie locale à la famille princière en échange d’une reconnaissance de la souveraineté britannique.
Le maharaja Sayajî Râo III, qui régna de 1875 à 1939, contribua à la modernisation de la ville par un réseau d'écoles primaires obligatoires, d’une bibliothèque publique et d’une université. La cité reste connue comme la capitale culturelle du Gujarat et, grâce à un taux d’illettrisme largement inférieur à la moyenne nationale, elle est parvenue à développer un tissu économique fort dans les domaines pétrochimique, pharmaceutique et industriel.

Nous débuterons par un endroit peu connu, l’ancienne résidence du Diwan de Vadodara, portant le nom de Haveli Tambekar Wada. À l'intérieur, de belles fresques mettent en scène des déités du panthéon hindou et notamment Krishna, particulièrement vénéré.

Témoignant de l’opulence du royaume, le palais de Lakshmi Vilas est une structure époustouflante construite en 1890. Orné de vitraux belges, d'un sol en mosaïque vénitienne et de murs aux décorations complexes, le majestueux Durbar est le plus attrayant. Le palais abrite également de remarquables collections d'armes anciennes et de sculptures en bronze, en marbre et en terre cuite.

Epris de culture, le Maharaja Sayajirao Gaekwad III fonda le Baroda Museum & Picture Gallery en 1887 pour abriter le nombre considérable d’œuvres qu'il avait rassemblées ou commandées au cours de ses voyages. La collection éclectique comprend des miniatures mogholes, une statuaire indo-bouddhique remarquable, des instruments de musique indiens, des céramiques émaillées... une momie égyptienne et de nombreuses peintures de maîtres européens classiques et modernes.

Continuation vers Jambughoda, terre de populations tribales Rathwa.

Nuit à Jambughoda.
 
 
    J 15 - Lundi 28 octobre 2024 Jambughoda – Unduan – Kawant – Chhota Udaipur – Pavagadh (150km, 4h)
Cette journée guidera nos pas vers Chhota Udaipur, ancien État princier du Gujarat au cœur d'une zone tribale riche de sa culture indigène. En cours de route, nous approcherons le quotidien villageois d’Unduan où un sadhu vient d’établir son ashram en l’honneur d’Hanuman alors qu’à Kawant le marché hebdomadaire est le point de rencontre des tribus Rathwa richement parées. Elles habitent dans les hameaux avoisinants reconnaissables à leurs peintures murales ornant les murs intérieurs de maisons. À l’origine, ce sont des offrandes pour Pithora, le dieu des céréales. Exécutées exclusivement par des hommes, elles sont aussi une recherche de bénédiction lors d’un mariage, de la naissance d'un enfant ou d’un festival.
Par ailleurs, les tribus Bhil, Rathwa et Koli offrent des centaines de chevaux en terre cuite au sanctuaire de Gamdev, animal que la divinité chevaucherait pour protéger villages et champs.
Le musée tribal présente ici une belle collection de peintures et objets traditionnels, un bon récapitulatif de nos découvertes.

Retour à Jambughoda et nuit.
 
 
    J 16 - Mardi 29 octobre 2024 JamBughoda – Champaner – Pavagdah – Ahmedabad (200km, 4h)
Sur notre chemin de retour vers Ahmedabad, nous ne manquerons pas de nous attarder au Parc archéologique de Champaner-Pavagadh, classé sur la liste de l’(Unesco) depuis 2004 et l’un des moins connus du patrimoine indien.
Ce territoire fut conquis au XIIIe siècle par les Rajputs Khichi Chauhan qui érigèrent leur premier établissement au sommet de la colline de Pavagadh avec des murs d’enceinte le long du plateau en contrebas

Les premiers vestiges bâtis datant de cette époque sont des temples et des dispositifs de retenue d’eau. La citadelle érigée sur la colline au XIVe siècle fut conquise par les souverains turcs du Gujarat en 1484. C’est sur la décision du sultan Mahmud Begda d’en faire sa capitale que débuta la phase la plus marquante de l’histoire de ce site. Reconstruit au pied de la colline, Champaner demeura la capitale du Gujarat jusqu’en 1536 avant d’être abandonnée.
Douze zones distinctes abritent des fortifications, palais, édifices religieux, quartiers résidentiels, installations de rétention d’eau ainsi que le village actuel de Champaner. Plus de 104 structures au total. Et pourtant la majeure partie de la capitale reste enfouie et non excavée.

L’élégance de la cité trouve son illustration dans la Saher ki Masjid du XVIe siècle : elle était la mosquée de la famille royale, possédant une grande salle de prière à cinq mihrabs et dômes. Dans sa continuité, la Grande Mosquée fut l’un des modèles pour l’architecture des mosquées indiennes. Le porche oriental est le plus impressionnant avec ses « jalis » et arcs sculptés. Pavillons d’agrément, pigeonniers joliment travaillés et réservoirs contribuent aussi au charme de la vieille capitale.
Et l’on ne saurait oublier le puits à gradins du XVIe siècle, très original par sa forme hélicoïdale.

Continuation vers Ahmedabad.

Nuit à Ahmedabad
 
 
    J 17 - Mercredi 30 octobre 2024 Ahmedabad - Paris
Vol de retour et arrivée à Paris
 
  Les informations prévisionnelles concernant le programme, les hôtels ou bateaux, les horaires de transport et le nom de votre conférencier vous sont données ici à titre indicatif et sont valables au 21/04/2024. Les précisions définitives vous seront communiquées au moment de la confirmation du rendez-vous de départ.
Prix et disponibilités

Voyage du 14 au 30 octobre 2024 - 17 jours - 9 à 12 voyageurs

TarifsPrix (en euros)
Forfait en chambre double Prix Prestissimo jusqu'au 30 juin 2024 5 420 €
Prix Presto jusqu'au 15 août 2024 5 450 €
Prix à partir du 16 août 2024 5 485 €
 Remise supplémentaire de 2 % soit environ 108 € pour toute inscription avec transport international, entièrement soldée avant le 16/06/2024.
Supplément chambre individuelle Prix Prestissimo jusqu'au 5 juillet 2024 910 €
Prix Presto jusqu'au 15 août 2024 930 €
Prix à partir du 16 août 2024 960€
Sans transport international Nous consulter
Visa  85 €
Hébergement

VilleHôtel
AhmedabadLemon Tree Premier 4*
PoshinaDarbargadh Poshina 3*
PatanThe Grand Raveta 3*
BajanaRoyal Safari Camp 3*
BhujKutch Safari Resort 3*
RajkotHotel Fortune Park 5*
SomnathSarovar Portico Somnath 4*
BhavnagarEfcee Sarovar Portico 5*
VadodaraThe Fern - An Ecotel Hotel 4*
Jambughod A Home For Nature Lovers 2*
Un hôtel familial dans un cadre agréable

Transports prévisionnels

 DépartArrivéeRéférence
AllerParis Roissy CDG
14/10/2024 - 20h25
Delhi Indira Gandhi
15/10/2024 - 08h05
Vol Air India AI 142
 Delhi Indira Gandhi
15/10/2024 - 11h20
Ahmedabad Aéroport international Sardar Vallabhbhai Patel
15/10/2024 - 13h00
Vol Air India AI 481
RetourAhmedabad Aéroport international Sardar Vallabhbhai Patel
30/10/2024 - 07h50
Delhi Indira Gandhi
30/10/2024 - 09h25
Vol Air India AI 818
 Delhi Indira Gandhi
30/10/2024 - 13h05
Paris Roissy CDG
30/10/2024 - 17h55
Vol Air India AI 143
Prestations

  Nos prix comprennent
  • Les vols internationaux Paris/Ahmedabad et retour, avec escale sur lignes régulières
  • Les taxes aériennes
  • L’hébergement en chambre double
  • La pension complète du dîner du 2e jour au petit-déjeuner du 17e jour
  • Les déplacements en autocar privé
  • Les visites mentionnées au programme
  • Les pourboires dans les restaurants et pour les bagagistes
  • L’eau minérale lors des déplacements
  • L'accompagnement culturel par Anne-Marie Wirja

  Nos prix ne comprennent pas
  • L'assurance facultative Assistance-Rapatriement : 15 € par personne
  • L'assurance facultative multirisque Assistance-Rapatriement + Annulation-Dommage Bagages
  • Les boissons
  • Les pourboires d'usage ( prévoir 5 € par jour et par participant )
  • Les frais de visa
Bon à savoir - Formalités

  • - Quelques longs trajets et départs matinaux pour un circuit dense
  • - Région à nourriture essentiellement végétarienne. Consommation d’alcool soumise à permis et parfois prohibée
  • - Les hôtels choisis sont de bon confort ou les meilleurs disponibles
  • - Déjeuners pris en restaurants locaux non touristiques. Dîners souvent organisés à l’hôtel
  • Nous vous rappelons qu'il ne faut en aucun cas laisser de sommes d'argent ni d'objets de valeur dans une chambre dépourvue de coffre-fort ni dans un autocar, même s'il est fermé à clé ou sous la surveillance du chauffeur.
  • En cas de disparition ou de vol, Clio décline toute responsabilité et ne pourrait procéder à un quelconque dédommagement.
  Formalités

  • Passeport valable au moins 6 mois aprã¨s la date du retour du voyage et comprenant 3 pages vierges (dont 2 pages face ã  face)
  • Un visa pour l' Inde
Informations pratiques

Décalage horaire
Le décalage horaire entre la France et l'Inde est de + 4h30 lorsque la France est à l'heure d'hiver et de + 3h30 lorsque la France est à l'heure d'été. Rappel : en France l'heure d'été commence le dernier dimanche de mars et l'heure d'hiver commence le dernier dimanche d'octobre
Change
La monnaie officielle de l’Inde est la roupie indienne (INR). Les billets sont de 10, 20, 50, 100, 500 et 2000 roupies. Pour connaitre le taux de change actuel vous pouvez consulter le site www.xe.com/fr Les cartes bancaires internationales sont acceptées en paiement dans les capitales régionales et les lieux touristiques, surtout dans le sud du pays. L'euro est maintenant tout aussi largement connu et accepté que le dollar. Les taux de changes respectent la disparité existant entre les deux devises. Attention : vous devrez conserver vos bordereaux de change, nécessaires pour rechanger les roupies qui vous resteraient au moment du départ. Il est strictement interdit d'importer ou d'exporter des roupies indiennes.
Santé
Aucune vaccination n'est obligatoire pour se rendre en Inde. Pour connaître les conditions sanitaires et les précautions à prendre, vous pouvez consulter le site de l’Institut Pasteur de Lille www.pasteur-lille.fr/vaccinations-voyages/
Préparer votre voyage avec Clio

  À lire sur clio.fr

François Bouée
Lothal au Gujarat : un centre de production et de commerce de la civilisation de l’Indus
Valérie Bérinstain
Les Portugais en Inde et à Goa
Claude Markovits
Les relations entre l’Inde et le monde occidental
Claude Markovits
L’Inde britannique ou « le joyau de la Couronne »

  Bibliographie

Louis Frédéric et Dave Dewnarain.
Le nouveau dictionnaire de la civilisation indienne. Robert Laffont, Paris, 2018. (Bouquins)
Sous la direction de Christophe Jaffrelot.
L'Inde contemporaine. Fayard, Paris, 2019 (édition mise à jour et augmentée).
Michel Boivin.
Histoire de l'Inde. PUF, Paris, 2021 (réédition). (Que sais-je ?)
Sanjay Subramayan.
L'Empire portugais d'Asie (1500-1700). Points, Paris, 2013. (Points histoire)
Arundhati Virmani.
Atlas historique de l'Inde - Du 6e siècle av. J.-C. au 21e siècle. Editions Autrement, 2012. (ATLAS MEMOIRES)
Marc Ballanfat.
Introduction aux philosophies de l'Inde. Ellipses, Paris, 2002.
Jean Boisselier.
La Sagesse du Bouddha. Gallimard, 2019 (réédition). (Découvertes)
Jean Delmas.
Dieux de l'Inde. CNRS Editions, 2018.
Alexandre Astier.
L'Hindouisme. Eyrolles, 2020.
Anne Viguier.
Brève histoire de l'Inde. Flammarion, 2023.
Guides
Guide Bleu "Rajasthan et Gujarat". Hachette Tourisme, Paris, 2019. (Guide Bleu)
Guide Gallimard Inde. Gallimard, Paris, 2016. (Bibliothèque du voyageur)
Cartes
Carte IGN Inde. 1/2 500 000. IGN, Paris, 2014. (Tourisme étranger)