Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi visiter le Brésil avec Clio
Immense pays dont la richesse historique et culturelle égale la beauté et la diversité des milieux, des paysages et des peuples, le Brésil offre l'opportunité d'une expérience de voyage exaltante. L'expertise de Clio vous permet de la vivre en toute sérénité lors d'un circuit conçu pour articuler la visite des différents centres d'intérêt sans fatigue excessive malgré la superficie gigantesque du pays. Nos choix, clés en main, vous offrent la visite du meilleur du Brésil, de Brasilia à Rio, en passant par les perles baroques d'Ouro Preto et Salvador de Bahia en compagnie d'un conférencier qui sait vous faire revivre son histoire et vous faire découvrir ses différentes sensibilités.
Une épine portugaise dans le pied de l'Espagne

Si le Brésil reste un pôle lusophone dans une Amérique du Sud par ailleurs totalement hispanophone, la faute en incombe à Pedro Alvares Cabral qui, déporté vers l'ouest par une tempête, aborda en 1500 avec sa flotte cette terre nouvelle. La faute est aussi celle du pape Alexandre VI Borgia qui, pour apaiser le conflit né des revendications espagnoles et portugaises, avait, dans un souci de paix, par le traité de Tordésillas conclu en 1494, divisé le Nouveau Monde découvert deux ans auparavant par Christophe Colomb selon un méridien passant à 370 lieues à l'ouest du cap Vert. Toutes les terres à l'ouest de cette ligne seraient espagnoles, celles à l'est seraient portugaises. La bosse orientale de la terre brésilienne lui vaut alors de rester dans l'escarcelle lusitanienne. Restait à donner un nom au pays en gestation. Ce sera le Brésil, du nom d'un bois rouge renommé pour sa substance colorante, et abondant sur place, nommé pau brasil. Après bien des soubresauts, dont l'union des couronnes espagnole et portugaise entre 1580 et 1640 ne fut pas le moindre, le Brésil commence sa véritable ascension au XVIIIe siècle. Elle est avant tout économique, le gouvernement de Lisbonne exploitant au maximum les ressources minières du pays, avec l'or du Minas Gerais comme produit phare. Lors de l'invasion du Portugal – allié historique des Britanniques – par les troupes napoléoniennes, le Brésil sert de refuge à la cour portugaise, ce qui va constituer pour le pays un formidable facteur de progrès. De retour en Europe après l'épisode napoléonien, le roi laisse le Brésil en régence à son fils Dom Pedro. Assoiffé d'indépendance, celui-là ignore les rappels à l'ordre du vieux continent et, en 1822, détache de fait le Brésil de la couronne portugaise en devenant l'empereur Dom Pedro Ier. Le premier règne est marqué par l'essor de la culture caféière qui va booster l'économie locale. Le second voit l'abolition de l'esclavage, pratique ancienne qui vaut au Brésil contemporain son extraordinaire métissage, et les premiers progrès industriels. Le passage de l'empire à la république, en 1889, ne fait qu'amplifier l'envol du pays, notamment dans l'entre-deux-guerres, sous la présidence de Gétulio Vargas. La Republica Nova, instaurée après 1945, se poursuit aujourd'hui, après des régimes autoritaires dirigés par des militaires et le retour réussi à la démocratie à partir de 1985. Fort de sa jeune population, le Brésil s'affirme depuis comme un des Etats les plus dynamiques de ce début de siècle.

Des Brésils

Quand on observe les lieux emblématiques qui sont au programme du circuit que nous vous proposons, le pluriel s'impose. Par son étendue géographique, à cheval sur l'équateur, s'étendant des basses terres amazoniennes aux frontières argentines, des contreforts andins aux côtes atlantiques, le Brésil offre un rare contraste, devenu, en quelque sorte, sa carte de visite auprès des voyageurs curieux. On y traverse des mégalopoles grises et gigantesques, comme Belo Horizonte et Sao Paulo, stigmates d'un développement trop rapide, mais, quelques heures plus tard, on flâne dans les rues pavées de cités coloniales où l'architecture baroque des églises, comme un coin de ciel portugais transporté sous les tropiques, répond aux maisons colorées serrées les unes contre les autres. Ouro Preto, la ville minière, en est sans doute le meilleur exemple, avec ses rues tortueuses en pente raide, ses balcons de bois ou de fer forgé, ses vieilles fontaines sculptées, ses églises innombrables. Baroque aussi Salvador de Bahia, chantée par Jorge Amado, coin de paradis où il fait bon vivre, terre des artistes. Fidèle à ses origines, le Brésilien est resté dans l'âme un pionnier. C'est cet esprit qui lui a donné l'idée de fonder Brasilia, nouvelle terre promise érigée sur le haut plateau central, phare destiné à entraîner le pays vers l'ouest. On peut penser que le défi n'est qu'à moitié réussi. Il en reste pourtant des architectures prestigieuses, aux formes épurées, fruit de l'imagination protéiforme d'Oscar Niemeyer.

Au Brésil, émotions et sensations règnent en maître. Ainsi, on ne sait ce qui sera le plus émouvant, entre les Prophètes de Congonhas de Campo, humblement sculptés dans la pierre à savon par l'Aleijadinho, le « petit estropié » victime de la lèpre, ou la puissance envoûtante des chutes d'Iguaçu, arc de cercle géant de près de cinq kilomètres, rideau d'eau et de vapeur qui constitue une des plus belles mises en scène de la planète.
Et puis, last but not least, il y a Rio. Rio, la ville de tous les superlatifs, plantée comme un joyau sur la baie de Guanabara, dans un décor qui confine au sublime quand on le découvre du pied du Christ du Corcovado. Rio avec son Pain de Sucre, sentinelle vigilante gardant la plage de Copacabana, lieu de tous les plaisirs et de tous les fantasmes. Rio où l'on passe en un instant du clinquant le plus extrême à une vie populaire parfois rude, mais toujours avec le sourire insouciant des cariocas. Un sourire qui est le reflet parfait de l'âme brésilienne, qui veut qu'il n'y ait jamais de problème puisque Deus é brasileiro, « Dieu est brésilien »…

Le Brésil facile avec Clio

Forte de sa longue expérience du pays, enrichie en permanence grâce aux retours de ses conférenciers, Clio a sélectionné pour vous les indispensables du Brésil à voir dans de bonnes conditions de confort. Les vols intérieurs, nombreux, rallient les grandes villes, ce qui permet de consacrer l'essentiel des journées à la découverte culturelle. Pour ce faire, certains départ d'avions ou d'autocars pourront être matinaux. En constant développement, les infrastructures sont, dans l'ensemble, d'une bonne qualité. Le réseau routier entre les grandes villes est bien entretenu. Tout au plus, certains tronçons vers des sites majeurs seront-ils effectués sur des routes plus étroites et sinueuses, ralentissant les moyennes des autocars. Ceux-ci sont, eux aussi, tout proche des standards occidentaux. Les hôtels où vous descendrez sont, dans les grandes villes, semblables aux hôtels internationaux classiques. Pour certaines étapes, dans des villes coloniales de charme, nous avons fait le choix d'hôtels à l'architecture plus typique, dont l'équipement peut être un peu plus sommaire mais l'agrément renforcé.
 
Partir en voyage avec Clio
BR 31 - 16 jours

Le Brésil est le pays du gigantisme. Occupant près d'un cinquième du continent américain, traversé par le plus impressionnant des fleuves du Monde, il abrite l'immense forêt amazonienne et s'ouvre sur ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter