Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Topkapi
Cœur de l'Empire ottoman
Un lieu exceptionnel
Quand Mehmet II le Conquérant s'empara de Constantinople en 1453, il ne trouva guère de lieu de résidence à son goût. Le palais des Blachernes, dernière résidence du basileus, ne le séduisait pas et il choisit donc l'emplacement de l'ancien palais impérial, tombé en ruine, pour faire édifier le Nouveau Palais, Yeni Sarayi, qui devait devenir le siège du pouvoir. Site de l'acropole antique, sur un promontoire dominant le Bosphore et la Corne d'or, l'emplacement est exceptionnel. Il fut d'abord ceinturé de remparts qui s'ouvraient par la Porte impériale, et les vestiges du palais impérial furent rasés. Les travaux commencèrent dès 1462, mais Mehmet II fit, en même temps, édifier, pour lui servir de résidence temporaire, un modeste mais splendide petit pavillon, achevé en 1466, le Çinili Kösk, le pavillon des Faïences, qui était entièrement recouvert de céramiques bleues et vertes.

L'héritage nomade
Ce ne fut pas un château ni un palais tel qu'on l'entendait en Occident que le sultan fit construire. Même si les Turcs avaient depuis longtemps abandonné la vie de nomades guerriers, ils restaient attachés au souvenir des campements dressés dans la steppe et ce fut donc une structure en pavillons, disséminés autour de trois grandes cours, qui fut retenue pour le Nouveau Palais, où les sultans successifs ajoutèrent chacun leur pavillon.

Une structure hiérarchisée
Une fois l'enceinte franchie, la première cour est une vaste esplanade, la cour des Janissaires, Alay Meydani. C'était là, en effet, qu'à chaque succession, le nouveau sultan distribuait le don d'avènement à ses troupes d'élite qui constituaient le fer de lance de l'empire mais représentaient aussi un pouvoir parfois menaçant pour son autorité. De l'époque byzantine, y subsiste l'église Sainte-Irène, la plus ancienne de la ville, édifiée à l'époque de Justinien. Avant de pénétrer dans la cour des Audiences par la porte d'Ortakapi, édifiée par Soliman le Magnifique et que seul le sultan pouvait franchir à cheval, on peut voir, sur la droite, la fontaine du Bourreau et la « pierre de l'avertissement » qui vit bien souvent rouler la tête de vizirs, ministres et généraux. C'est à ce niveau que se trouvait aussi le pavillon de Ahmet III, détruit par un incendie en 1863, dont la porte, défendue par deux canons a donné son nom à l'ensemble du palais : Top Kapi. Le long de la falaise qui domine la mer de Marmara, s'allonge le bâtiment des cuisines, surmonté de petites coupoles munies de cheminées, œuvre du grand architecte Sinan et témoin du génie architectural et technique ottoman. La porte des Eunuques blancs marquait la limite de la troisième cour où se tenaient les pavillons des sultans. A la limite entre ces deux mondes, public et privé, le pavillon des Audiences, Arz Odasi, était le lieu où le sultan trônait en majesté et recevait les ambassadeurs étrangers et, au-delà, le Kubbealti, que Soliman fit construire pour abriter les reliques du Prophète, la bibliothèque d'Ahmet III (1718), l'élégant kiosque de Bagdad (1638), le kiosque de Mustafa Pacha (1642), le plaisant kiosque d'Abdülmeçit, construit en 1840 par un architecte français, forment un ensemble particulièrement séduisant.

Le harem
A côté de la salle du Divan, où se tenait le conseil des ministres, se trouvait, lieu des plus sombres intrigues et, pour les Européens, de tous les fantasmes, le harem. Cet impressionnant labyrinthe de plus de trois cents salles décorées de magnifiques faïences, patios et jardins, était la résidence, accessible seulement au sultan et aux eunuques, des qadin – épouses royales –, des odalisques – concubines – sur lesquelles régnait sans partage la valide sultane – la reine mère. A l'extrémité, les appartements du sultan, grand salon décoré de faïences de Delft, de miroirs de Venise, donnent sur les jardins du sérail, la terrasse des favorites, la piscine du harem et la Corne d'or.

Le musée
Abandonné par les sultans en 1853 pour le très européen palais de Dolmabahçe, Topkapi est aujourd'hui un riche musée qui offre d'exceptionnelles collections de porcelaines, de miniatures et de manuscrits, une étonnante collection d'armes et les impressionnants joyaux du trésor de la couronne.
Partir en voyage avec Clio
TR 31 - 14 jours

Des côtes de l’Egée aux hautes terres de la Cappadoce, le territoire de l'actuelle Turquie a vu se succéder plusieurs grandes civilisations dont chacune a marqué de son empreinte les littoraux ensoleillés ... Découvrir ce voyage
TR 38 - 7 jours

Etablie sur le Bosphore, là où les rivages de l’Europe et de l’Asie se rapprochent, l’antique Constantinople, installée sur le site retenu près de deux millénaires auparavant par les colons grecs venus ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter