Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Le Vieux Dongola
Et les royaumes chrétiens du Soudan
Julien et Longin
La partie nord du Soudan actuel, la Haute Nubie où le Nil descend de cataracte en cataracte ou serpente tranquillement dans le désert, fut, depuis la plus haute Antiquité, en relation avec l'Egypte. Intégrée au domaine des pharaons au Nouvel Empire, elle fut ensuite siège des royaumes indépendants, mais égyptianisés, de Napata puis de Méoré qui disparurent dans les brumes de l'Histoire au IIIe siècle de notre ère. On ne sait presque rien des Nobates qui occupaient alors cette région, si ce n'est qu'ils s'allièrent temporairement aux nomades Blemmyes pour attaquer les positions romaines de Haute-Egypte et qu'ils furent vaincus. Cependant, les relations entre Egypte et Haute Nubie n'avaient sans doute pas été rompues puisqu'au VIe siècle, entre 543 et 575, le patriarche Théodose d'Alexandrie envoya en Nubie le missionnaire Julien pour évangéliser les Nobates. Il semble que Julien et son successeur Longin rencontrèrent un vif succès et que le christianisme gagna rapidement les terres s'étendant jusqu'à Alwah, dans le Sud du pays. Ce fut à cette époque qu'apparurent plusieurs petits royaumes chrétiens dont les centres se situaient à Faras, Soba et Dongola.

La capitale du royaume de Maqurra
La capitale du royaume, Dongola, appelée aujourd'hui « Old Dongola » ou « Dongola el Ajouz », est installée sur la rive orientale du Nil, à 80 kilomètres en amont de la cité moderne de Dongola. La conversion au christianisme s'accompagna dans un premier temps de la transformation des temples égyptiens en églises. Un premier monastère fut édifié sur les bords du Nil par les missionnaires byzantins et les tombes se firent plus humbles, mais la période de la fondation de la ville fut aussi celle de la première expansion de l'islam. Après la conquête de l'Egypte en 640, les armées musulmanes se portèrent aussi vers le sud, et la cité de Dongola fut assiégée en 652 par les forces d’Abdallah ibn Saad ibn Abi Sarh, mais la courageuse résistance des archers de Dongola décida de la victoire. Le royaume de Maqurra conclut alors un traité de paix par lequel les Nubiens devaient fournir annuellement un contingent d'esclaves, l'Egypte musulmane s'engageant en retour à l'approvisionner en blé. Les Arabes renonçaient à envoyer des musulmans au Soudan contre la promesse des Nubiens de ne pas s'installer en Egypte. Les termes de ce traité allaient permettre au royaume de Maqurra de durer encore six siècles.

La cité médiévale
L'introduction de la sakya, le tympanum des Romains, roue dentée horizontale mue par des bœufs ou des ânes animant une roue verticale à godets, améliora considérablement les possibilités d'irrigation et permit une grande expansion de l'agriculture. Les rives du Nil virent se multiplier les villages, les fortins de défense et les monastères. Les techniques de la céramique firent aussi de grands progrès et permirent de réaliser de véritables œuvres d'art. Cette prospérité se traduisit encore par la multiplication des scribes capables de lire et d’écrire le grec, le vieux nubien, le copte et l'arabe. A Dongola, ceinte de murailles, fut entreprise la construction de quatre églises dont l'une en pierre. Ce sont les vestiges de cet édifice à cinq nefs reposant sur seize colonnes de granit de plus de cinq mètres de hauteur que l'on peut encore voir aujourd'hui, émergeant des sables. Les églises comportaient des chapiteaux finement travaillés et étaient décorées de très belles peintures murales. A partir de l'an 1002, les souverains résidaient dans un vaste palais de briques rouges dont la salle d'audience était également décorée de fresques. Au XIIe siècle, Dongola entretint un fructueux commerce avec l'Egypte fatimide, exportant de l'or, des peaux, des plumes d'autruche et de l'ivoire, mais ensuite, à l'époque de Saladin puis des Mamelouks, les musulmans multiplièrent les raids en Nubie, détruisant les églises et déportant les populations. En 1275, le sultan mameluk Baibars s'empara de Dongola. Le roi de Maquura obtint un répit en acceptant de payer un tribut plus élevé, mais, en 1317, la « cathédrale » de Dongola fut transformée en mosquée et, sous la pression conjuguée de l'Egypte musulmane et des tribus nomades du désert, les royaumes chrétiens de Nubie disparurent au cours du XIVe siècle. Le déclin du commerce caravanier scella le sort de la ville dont les habitants se déplacèrent au nord. Le voyageur français C.-J. Poncet ne vit à Dongola, en 1699, qu'une ville à demi envahie par les sables...
Pour visiter le Soudan avec Clio
SO 31 - 16 jours

Demeuré longtemps mystérieux, le Soudan ne s’est dévoilé que tardivement aux Européens, à partir des voyages de l’Ecossais James Bruce et du Français Frédéric Cailliaud et ce n’est que très récemment ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter