Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pierre le Grand
Un tsar hors normes
Les peurs d'un géant
Au printemps 1672, Natalya Kirillovna Naryshkina, seconde femme du tsar Alexis, mit au monde un gros bébé, plein de vie et de santé, qu'elle prénomma Pierre. Il n'avait que quatre ans lorsque son père mourut et, sous le règne du souffreteux Fédor III, son demi-frère, le pouvoir était aux mains de la famille des Miloslavsky, celle de la première femme d'Alexis. En 1682, à la mort de Fédor, les états généraux de Russie préférèrent le jeune Pierre à son demi-frère Ivan, malade et presque débile, mais ce choix n'eut pas l'heur de plaire aux streltsy, cette garde d'élite des porteurs de mousquets, qui se révoltèrent et massacrèrent les plus fervents soutiens de Pierre. Le futur tsar allait en garder pour toujours peur et haine de cet arrogant corps d'armes. Les streltsy imposèrent la régence de Sophia, l'ambitieuse sœur d'Ivan V, et Pierre et sa famille durent aller vivre dans le petit village de Preobrazhenskoye.

Une éducation « révolutionnaire »
Loin de l'influence de la cour et des popes, sa mère, tout comme ses précepteurs, lui apportèrent un enseignement et une vision du monde bien éloignés de ceux qui prévalaient à la cour. Il fréquenta aussi les résidents de la nemetskaya sloboda petite colonie allemande proche de son village. L'adolescent, devenu un véritable géant de plus de deux mètres, immense carcasse surmontée d'une tête curieusement petite, adorait aller aider le menuisier, le charpentier ou le forgeron du village, mais, par-dessus tout, jouer à la guerre avec ses amis : les deux « régiments » de gamins qu'il constitua alors seraient plus tard le noyau de la nouvelle armée russe ! Il fit construire une forteresse miniature, restaura un vieux bateau trouvé dans une grange et joua aux batailles navales. Son intérêt pour les choses militaires et l'architecture le poussa à étudier les mathématiques, les techniques de navigation, la stratégie.

Le tsar charpentier
En 1689, âgé de 17 ans, Pierre était juste marié à la jolie Eudoxie quand éclata une nouvelle révolte des streltsy, mais qui échoua et permit à Pierre de reléguer Sophia, la régente, au couvent de Novodievichi. Disposant, enfin, du pouvoir, Pierre, toujours fasciné par l'Occident, mit en œuvre ses idées, faisant construire la première flotte de l'histoire russe qui lui offrit son premier succès militaire : prendre la ville d'Azov aux Tatars de Crimée. En 1697, Pierre partit avec deux cent cinquante de ses collaborateurs vers l'Europe. Cette Grande Ambassade lui permit de découvrir Londres, Prague et Vienne. A Amsterdam, il « disparut » plusieurs mois : sous le nom de Pyotr Mikhaylov, il travailla incognito sur les chantiers navals de la Compagnie hollandaise des Indes...

Le grand tsar
A son retour d'Europe, les streltsy se révoltèrent pour la dernière fois. Pierre fut impitoyable et fit exécuter plusieurs milliers d'entre eux. Tsar tout puissant, despote éclairé, il ouvrit la Russie à la modernité, réformant les structures féodales, modernisant l'économie et l'armée, jetant les bases de l'industrie lourde dans l'Oural, créant universités et écoles d'administration. Grand stratège, il enchaîna les campagnes militaires les unes aux autres, donna à la Russie un accès à la mer Noire et, après avoir subi quelques défaites cuisantes, réussit à mettre à genoux la Suède et à prendre le contrôle de la Baltique, faisant de la Russie la plus grande puissance de l'Europe septentrionale. « Père de la patrie », « Tsar de toutes les Russies », il voulut façonner son pays selon ses idées. Il interdit le port de la barbe, généralisa le port du costume occidental chez les nobles, donna aux femmes une place dans la vie publique, répandit l'usage du tabac, libéra les artistes des contraintes de cette religion dont il n'avait que faire, imposa l'usage du calendrier julien et sécularisa une partie des biens de l'Eglise...

La ville de Pierre
Le rêve occidental de Pierre, son souci d'échapper à l'emprise de la vieille Russie, ses ambitions architecturales, sa passion pour la marine se traduisirent enfin dans la réalisation, à marche forcée, de sa nouvelle capitale. En 1703, il posa, sur l’île aux Lièvres, au fond du golfe de Finlande, la première pierre de la forteresse Saints-Pierre-et-Paul. Il fit appel à tout ce que la Russie comptait de talents, architectes, artisans, artistes, ainsi qu’aux grands noms de l’architecture européenne. Au XIXe siècle, la cité était devenue l’un des joyaux du monde tant par la somptuosité de ses édifices que par l’harmonie qui régit le paysage urbain, la cité rêvée par Pierre le Grand et qui porte à nouveau son nom : Saint-Pétersbourg...
Pour découvrir la Russie avec Clio
RU 30 - 8 jours

Illustrant les rêves des souverains qui les voulurent capitales, Saint-Pétersbourg et Moscou rivalisent encore par le prestige de leurs architectures et de leurs musées, de la Moskova à la Neva. Nul ... Découvrir ce voyage
RU 32 - 7 jours

Née de la volonté de Pierre le Grand, la grande cité construite sur les rives de la Néva a constitué, trois siècles durant, le cœur d’une Russie tsariste soucieuse de concilier le maintien de l’empire, ... Découvrir ce voyage
RU 35 - 9 jours

La découverte de la Vieille Russie, de Moscou aux anciennes cités établies au nord-est et jusqu’au cours supérieur de la Volga, est l’occasion d’une plongée aux origines de la Rus, quand s'affrontaient ... Découvrir ce voyage
Nos chronologies
La Russie
Du grand duché de Moscou à l'Empire des Tsars

Avec ses 22 400 000 km2, dont 5 000 000 en Europe, la défunte URSS occupait à elle seule un sixième des terres émergées – soit plus de quarante fois la ...
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter