Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Le palais Colonna
Quartier général d'une antique famille aristocratique romaine
Une puissance au service de la papauté
A quelques encablures de la Piazza Venezia, sur les premières pentes du Quirinal, le palais Colonna inscrit au centre de Rome son imposante architecture du XVIIIe siècle. Mais l'origine du palais est bien plus ancienne et est intimement liée à la famille qui le bâtit à partir du XIIIe siècle. Les Colonna constituent une des plus prestigieuses familles romaines. Ils sont originaires de Tusculum, petite ville antique à quelques kilomètres de Rome. Leur lignée remonte au XIIe siècle et on dit parfois que leur nom dériverait de la colonne Trajane qui s'élève non loin de leur palais. En réalité, il est lié au village de Colonna, dans le proche Latium. Les Colonna s'enorgueillissent d'avoir donné à l'Italie un pape et quantité de prélats et d'hommes d'Etat au cours d'une histoire longue et compliquée.
C'est au XIIIe siècle que le premier palais est érigé, sur les restes d'un temple de Sérapis remontant à Caracalla (211). Il évoluera pendant près de cinq siècles, ce qui explique la superposition de plusieurs styles dans son architecture.
Du XIVe au XVIe siècle, le palais s'apparente à une forteresse familiale médiévale, constituée de bâtiments disparates. Elle servira de base à la guerre qui opposa la papauté à une partie de la famille Colonna. En 1297, le pape Boniface VIII nomma en effet Landolfo Colonna à la tête de ses troupes pour écraser militairement ses propres frères qui refusaient de lui rendre notamment le territoire de Palestrina et contestaient son élection après l'abdication de Célestin V. Landolfo fut vainqueur, ses frères excommuniés et Palestrina rasée. Cet épisode belliqueux scella l'alliance de la famille et de la papauté qui perdura au long des siècles.

La grande Histoire frappa à nouveau à la porte des Colonna en 1417 : cette année-là, Oddone Colonna devient pape sous le nom de Martin V. Il met fin au grand schisme d'Occident qui déchirait la papauté depuis un siècle, et ramène le siège pontifical d'Avignon à Rome. C'est dans les salles de son palais familial, où il habite de 1420 à sa mort en 1431, qu'il élabore un grand projet de renaissance urbaine et culturelle de la Ville éternelle, bien mal en point à son arrivée. En 1527, le palais est un des rares à être épargné lors du terrible sac de la ville par les troupes de Charles Quint.

Nouvelle heure de gloire au XVIe siècle pour les Colonna : en 1571, c'est le condottiere Marcantonio Colonna, amiral de la flotte pontificale, qui commande les douze galères engagées par le pape dans la bataille de Lépante. Cet épisode insigne vient enrichir le prestige de la famille, son influence et sa richesse.

C'est ainsi qu'au siècle suivant, trois générations de Colonna réussissent à étendre leur demeure sur les flancs du Quirinal, obtiennent le droit de conserver les antiques découverts à l'occasion des travaux, d'où, notamment, la fameuse colonne, emblème de la famille, qui se dresse dans la cour d'honneur. Ils transforment la bâtisse en une splendide demeure aristocratique baroque, décorée par les artistes les plus en vogue de ce temps, sous la direction d'Antonio del Grande. Le XVIIIe siècle ajoute la touche finale en le dotant d'une façade digne de ce nom qui ouvre sur la place des Saints-Apôtres.

Une collection privée d'une insigne richesse
Au fil de leur longue histoire, les Colonna, amateurs d'art avisés, ont réuni une collection impressionnante de tableaux et d'antiques. Pour l'abriter et la mettre en valeur, ils créent à la fin du XVIIe siècle, une grande galerie, longue de soixante-seize mètres (trois mètres de plus que celle de Versailles !) qui fut inaugurée officiellement en 1700 par Filippo Colonna, prince de Paliano et grand connétable du roi de Naples. La gigantesque fresque, éclatante de couleurs, qui se déploie sur le plafond est due à Sebastiano Ricci. Elle illustre la victoire de Marcantonio sur les Turcs à Lépante et célèbre l'apothéose éclatante de la puissance de la famille. Un inventaire, daté de 1850, répertorie plus de 750 tableaux. C'est une partie de cette collection qui est exposée dans les salles du palais, ouvertes une matinée par semaine à l'admiration du public par les descendants actuels des Colonna qui continuent d'y résider.

La salle des Paysages est une des plus fameuses. Elle doit son nom aux peintures à sujet champêtre réalisées par le Français Gaspard Dughet, beau-frère de Nicolas Poussin.

Plus loin, la salle de l'Apothéose de Martin V présente, au centre de son plafond, une toile de Benedetto Luti où on voit le pape Colonna présenté au ciel. C'est dans cette salle qu'est exposé le tableau le plus célèbre de la galerie : Le Mangeur de haricots d'Annibale Carrache. On y voit un paysan attablé, coiffé d'un chapeau de paille, pris sur le vif en train d'avaler une assiettée de fèves avec une hâte que doit expliquer une faim souvent inassouvie en ces temps difficiles du XVIe siècle. La table, avec sa cruche et son pain rond, est une magnifique nature morte.

Autre toile majeure : Vénus et Cupidon de Bronzino. Le tableau est remarquable par son rendu extrêmement personnel de la couleur, étendue de manière claire et compacte, au point de sembler presque glacée.

L'Annonciation du Guerchin est représentative de cet autodidacte au talent précoce qui décrit des sentiments intenses dans un clair-obscur puissant, toujours à la recherche d'un équilibre entre son tempérament fort et la manière économe des classiques.

Citons enfin le Narcisse à la source du Tintoret dans lequel il fait bon se perdre en rêvant...

Le décor intact et luxuriant des salles du palais amplifie encore l'enchantement d'une visite effectuée au milieu des meubles précieux, des miroirs peints de guirlandes de fruits ou de fleurs, sous des plafonds ornés de lustres précieux. Au dehors, par les fenêtres, la cour du palais offre le beige clair de ses façades, sur lesquelles se détache le vert sombre des buissons de myrte.
A deux pas de l'agitation romaine, une échappée de quelques heures hors du temps...
Pour visiter le Palais Colonna à Rome avec Clio
IT 11 - 4 jours

L'Urbs, la Ville par excellence, capitale spirituelle des catholiques du monde entier, célèbre Noël comme nulle autre cité. Parsemée d'églises qui déclinent toute l'histoire de l'art chrétien, des premiers ... Découvrir ce voyage
IT 23 - 8 jours

C’est à travers un prodigieux patrimoine monumental et artistique que l’on peut redécouvrir, sur les rives du Tibre, l’histoire de l’Urbs, métropole d’un empire étendu de l’Atlantique à l’Euphrate, mais ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter