Logo Clio
Service voyages
Service voyages
L'Europe dinarique
Le monde des Slaves du Sud
La Yougoslavie
Qui sait se représenter avec précision la disposition de la Slovénie, de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Serbie, du Monténégro, de la Macédoine, du Kosovo et aussi de l'Albanie ? Le terme de Yougoslavie reste, pour les Français, beaucoup plus évocateur. Il rappelle l'éphémère et agité royaume de Yougoslavie dont le glas sonna avec l'assassinat du roi Alexandre à Marseille le 9 octobre 1934. Il évoque surtout cette république fédérale, communiste, mais non alignée qui s'était, à l'issue de la seconde guerre mondiale, rassemblée autour de la personnalité charismatique de Josip Broz, connu sous son surnom, adopté en 1934, de « Tito ». Mais la Yougoslavie correspond-elle à une réalité géographique ou historique ?

Un pays compartimenté
Au nord, une vaste plaine parsemée de quelques collines, drainée par la Save, la Drave et la Morava, affluents du Danube, est le lieu d'implantation de grandes cités telles que Ljubljana, Zagreb, Novi Sad ou Belgrade, mais aussi le domaine des grandes exploitations agricoles se livrant à la culture du blé et du maïs, de la pomme de terre et de la betterave. Elle est bordée au sud par la chaîne dinarique, prolongement de l'arc alpin, qui présente une structure complexe qui engendra un relief particulièrement compartimenté fait de massifs montagneux aux flancs souvent escarpés dont les altitudes vont croissant vers le sud-est, incisés d'étroites vallées. Domaine des petits bourgs à l'économie tournée vers l'arboriculture fruitière et l'élevage, cette région comporte aussi quelques bassins plus vastes qui abritent des villes plus importantes comme Sarajevo, Dakovica, Tetovo ou Skopje. Enfin, la région qui borde la mer Adriatique est essentiellement marquée par une côte très découpée, aux innombrables îles et calanques où les falaises tombent parfois à pic dans la mer et où les plaines côtières, vastes en Istrie, se réduisent à néant au-delà de Dubrovnik.

Une histoire mouvementée
Regarder une carte animée où une couleur serait attribuée à chacun des peuples qui se succédèrent dans les diverses régions de la Yougoslavie au cours de l'Histoire serait comme regarder dans un kaléidoscope ! Peuple indo-européen, les Illyriens s'installèrent sur les côtes de l'Adriatique au XIVe siècle avant notre ère. Au IIIe siècle av. J.-C., le centre politique du royaume d'Illyrie se trouvait au cœur de l'Albanie actuelle. Déjà parsemé de colonies grecques, comme celle d'Apollonia, conquis par le royaume d'Epire puis par les Macédoniens, il fut ensuite intégré dans la province romaine d'Illyrie à laquelle vint s'adjoindre la Dalmatie. A proximité de l'antique Salone, ville natale de l'empereur Dioclétien, Split a conservé d'impressionnants vestiges du palais qu'il s'y fit construire entre 294 et 305, aujourd'hui intégrés dans le tissu urbain. Après la chute de l'Empire romain d'Occident, les régions de l'Est et de la côte dalmate furent reprises par l'Empire byzantin, mais les régions de plaines furent ravagées par les incursions des Huns. Terre brûlée, abandonnée, elle resta ouverte, durant le haut Moyen Age, à l'arrivée de nouveaux peuples.

Les Yougoslaves
Du VIe au VIIIe siècle, de multiples migrations amenèrent en Europe orientale les Bulgares, les Hongrois, les Avars, et permirent à plusieurs peuples slaves de s'installer dans la zone dinarique. On les appela « les Slaves du Sud » : Yougo-Slaves. Ils n'eurent que de fugaces occasions d'affirmer leur autonomie politique entre la domination byzantine – illustrée, par exemple, par l'église Saint-Donat de Zadar ou par les magnifiques monastères de Serbie –, celle des Ottomans, dont on retrouve la trace dans les grandes mosquées de Bosnie ou dans le célèbre pont de Mostar, œuvre de Sinan. L'influence italienne s'exerça aussi directement en Istrie ou à travers les cités portuaires de l'Adriatique qui furent les bastions de la puissance thalassocratique vénitienne. La plus célèbre de ces dernières est, sans conteste, Dubrovnik. L'affaiblissement de la Sublime Porte laissa progressivement place à la mainmise tout aussi autoritaire de l'empire des Habsbourg, et si la tentative napoléonienne de recréer une Grande Illyrie fut plus qu'éphémère, l'idée semée resurgit lors du réveil des nationalités du milieu du XIXe siècle. L'effondrement de l'Autriche-Hongrie à l'issue de la première guerre mondiale permit à ce rêve une première tentative de concrétisation. Tito la réalisa, mais les particularités et antagonismes de ces peuples, pourtant frères, furent les plus forts, et c'est aujourd'hui séparément que chacune de ces communautés affronte son destin, à moins qu'ils ne se retrouvent bientôt associés au sein de l'Union européenne.
Pour découvrir l'Europe dinarique avec Clio
BAL 31 - 11 jours

Entre Adriatique et mer Noire s'allonge la longue échine des Balkans. Des paysages souvent remarquables et escarpés (en turc, balkan signifie « montagne ») abritent les traces d'une histoire riche et ... Découvrir ce voyage
SER 90 - 10 jours

La Serbie est le pays de l’ample Danube aux eaux tumultueuses, des vallées verdoyantes tandis que le Monténégro lui oppose les reliefs arides de ses montagnes brûlées de soleil, le caractère oriental ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter