Logo Clio
Service voyages
Service voyages
La montagne d'or
La forteresse de Salzbourg, la tour Eiffel, le Potala, l'Alhambra... il est bien des villes dominées par un monument prestigieux, mais aucune ne peut s'enorgueillir, comme Rangoon, d'une montagne d'or qui resplendit de tous ses feux dans le soleil couchant ! Sur une vaste esplanade, au sommet de la colline Singuttara, la pagode Shwedagon, le plus grand stupa du monde, dresse ses 98 mètres de haut, couverts de 8 868 pavés d'or pur et couronnés d'une « ombrelle » – un Hti – orné de 5 448 diamants et de 2 317 saphirs, rubis et topazes et d'une impressionnante émeraude.

Le miracle des cheveux du Bouddha
Il était une fois, il y a deux mille cinq cents ans, deux frères, Tapussa et Bhallika, marchands birmans – l'historien notera cependant que les Birmans étaient loin de s'être installés en Birmanie à cette époque – passèrent par Bodhgaya, en Inde. Ils rencontrèrent un ermite auquel ils offrirent un gâteau de miel. Ils reconnurent en lui l'Illuminé, le Bouddha. Celui-ci leur offrit huit de ses cheveux. Pour recevoir dignement ces précieuses reliques, le roi des nats – ces génies de la religion traditionnelle birmane – leur offrit un coffret constellé d'émeraudes. Sur le chemin du retour, ils furent attaqués et délestés de quatre de ces reliques sacrées, mais quand ils ouvrirent le coffret devant le mythique roi birman Okkalapa, il y avait huit cheveux ! La terre se mit à trembler, les arbres se couvrirent de fleurs et des joyaux tombèrent du ciel. Le lendemain matin, le sommet de la colline avait été dégagé et arasé par les nats... et le coffret fut enchâssé dans un stupa pour y rester cinq mille ans, jusqu'à la venue du nouveau bouddha !

Le grand stupa
Comme les fouilles sous le grand stupa ne sont pas possibles, les archéologues ne peuvent déterminer exactement la date de construction du premier stupa, mais il est vraisemblable que ce fut entre le VIe et le Xe siècle, époque où la région, encore peu peuplée, était à la frange du royaume des Môns. Il fut ensuite reconstruit au début du XIVe siècle par le roi Môn Binnya U. Il atteignait à cette époque la hauteur de 18 mètres. Au siècle suivant, il fut encore agrandi et, surtout, recouvert de plaquettes d'or. Enfin, après le grave séisme de 1768, le roi Hsinbyushin, le « Seigneur de l'Eléphant blanc », qui régnait à Ava, près de Mandalay, lui donna sa dimension actuelle. Cet édifice qui affecte la forme d'une immense cloche qui occupe tout le centre de l'esplanade est flanqué de quatre temples et d'une soixantaine de petits pagodons, ornés de milliers de cloches d'or et d'argent.

La ferveur d'un peuple
A pied, par les grands escaliers qui partent à l'assaut de la colline ou, rançon du modernisme, par ascenseur, le voyageur qui monte vers la Shwedagon est mêlé à une foule souriante et respectueuse, qui vient honorer ce lieu, le plus sacré de la Birmanie. Pieds nus, il débouche ensuite sur l'esplanade pavée de marbre blanc et se retrouve dans un autre monde, d'or, de pierreries et de mosaïques de verre, dans une multitude de petits temples et autels, de statues dorées du Bouddha, dans la lumière éclatante du soleil tropical à peine estompée de loin en loin par les volutes bleues de la fumée d'encens. D'abord fasciné par l'éclat du grand stupa, il remarque ensuite la pagode Shinsawpu ou « pagode des quatre moines », réplique plus modeste du grand stupa, puis une étonnante tour, inspirée du temple indien de la Mahabodhi où, sur neuf registres sur chacune des quatre faces, sont peintes des scènes de la vie du Bouddha. Au cours de sa circumambulation, toujours dans le sens des aiguilles d'une montre, il découvrira encore « Maha Tissada » , cloche de bronze de 42 tonnes couverte de 20 kg d'or, les tombes de Supayalat, la dernière reine de Birmanie, ou de U Thant, qui fut secrétaire général de l'ONU et, naturellement, les temples dédiés aux nats, considérés ici comme les gardiens du Bouddha. Et comment ne pas être ému par la digne ferveur avec laquelle vieillards, jeunes femmes, enfants viennent s'incliner respectueusement, se recueillir et faire des lustrations d'eau claire ou des offrandes de fruits et d'encens ?
Pour visiter la Birmanie avec Clio
BI 31 - 16 jours

Ancien fleuron de l'Empire des Indes britannique, la Birmanie devenue indépendante a renoué avec une Histoire longue et complexe qui vit les Birmans venus du Nord s'imposer aux nombreuses minorités – ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter