Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Grand circuit en Birmanie
Rangoon, Mandalay, Pagan, le lac Inlé et le Rocher d'Or
Du 28 janvier au 12 février 2020 avec Claire Reggio
BI 31 - 16 jours - Pour tous avec réserveCes voyages peuvent comporter de plus longues visites de ville à pied, des sites perchés imposant la montée de nombreuses marches ou de chemins pentus, de longs trajets en transports en commun et, pour certaines croisières, la circulation entre les ponts d'un bateau par des escaliers étroits et raides...
Places disponibles  Imprimer
Les points forts
  • Le site de Pagan
  • Une croisière sur l'Irrawaddy
  • Le mont Popa, "l'Olympe des Nats"
  • Les jardins flottants du lac Inlé
  • Le Rocher d'Or
  • Le complexe de la pagode Shwedagon à Rangoon
  • Le Chronoguide Birmanie
Ancien fleuron de l'Empire britannique des Indes, la Birmanie devenue indépendante a renoué avec une histoire longue et complexe qui vit les Birmans venus du Nord s'imposer aux nombreuses minorités – Shans, Kachins, Karens, Môns ou Arakanais – afin d'établir leurs principautés et royaumes. Constitué de massifs montagneux couverts de jungles formant un fer à cheval entourant les plaines centrales drainées par l'Irrawaddy, le pays s'ouvre au sud sur l'océan Indien, jugé comme un danger potentiel pour ses rois qui en éloignèrent leurs capitales. Carrefour où se sont rencontrés les peuples môns-khmers, tibéto-birmans, et shans, la Birmanie doit pour l'essentiel son unité au bouddhisme Theravada et à une brillante civilisation dont les plus belles réalisations demeurent les monuments édifiés à Pagan à partir du XIe siècle. Victime des Mongols, le pays connut ensuite de longs siècles d'instabilité – tout en développant une grande richesse architecturale – avant que la conquête anglaise n'y impose localement, au XIXe siècle, la Pax Britannica. Les divers moments de son histoire sont gravés à Mandalay, la capitale religieuse riche de ses nombreux sanctuaires, à Pagan où furent édifiés, au fil des siècles, des milliers de pagodes et de temples, mais aussi à Rangoon où se mêlaient jadis Birmans, Thaïs, Chinois et Européens, en cette lointaine cité cosmopolite de l'Asie des moussons chère à Joseph Kessel ou à Somerset Maugham.

%%voyageBloque%%
 
Claire Reggio
Docteur en histoire moderne et contemporaine, spécialité sciences des religions





 
J 1 - Mardi 28 janvier 2020 Paris – Rangoon
Vol pour Rangoon avec escale. Nuit en vol.
 
 
J 2 - Mercredi 29 janvier 2020 Rangoon
Située non loin du delta de l'Irrawaddy, Rangoon fut choisie comme capitale de la Birmanie par le roi Alaungpaya en 1756. Elle se développa quand les Britanniques s'emparèrent du pays de haute lutte, en 1885. D'importantes minorités indiennes et chinoises contribuèrent aussi à faire de Rangoon une des plaques tournantes du commerce en Asie du Sud-Est, jusqu'à ce que la Birmanie, après avoir conquis son indépendance en 1948, ne s'isolât de la communauté internationale.

Après un court temps de repos, nous partirons à la rencontre de la cité, languide et chaotique, laissant transparaître une douceur de vivre que ses voisines, Bangkok ou Hanoï, ont perdu. De fastueux édifices coloniaux, disséminés dans les rues qui descendent jusqu’au fleuve, y ont vu le jour entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Autour de l’hôtel de ville, la Haute Cour et l’ancien grand magasin Rowe & Co., dont on devine l’élégance passée, font encore illusion. Nous découvrirons également les grandes pagodes qui se dressent au centre de la ville : les Sule et Botataung, jalons marquant la vie religieuse de la cité. Nous retrouverons la ville évoquée par Joseph Kessel, Georges Orwell ou Somerset Maugham en passant devant le célèbre hôtel Strand, construit en 1901, qui accueillait les passagers débarquant au port, alors en pleine effervescence, et d’où étaient exportées les abondantes ressources naturelles du pays, comme le teck, le tabac, le riz et les pierres précieuses.

Nuit à Rangoon.
 
 
J 3 - Jeudi 30 janvier 2020 Pegu – Le Rocher d’or (190 km)
Tôt le matin, nous partirons pour Pegu, fondée par les Môns au VIe siècle et qui connut son “âge d’or” au XVe siècle. En témoigne la pagode Shwemawdaw, site vénéré pour accueillir une dent du Bouddha et dont le stupa doré domine la ville de ses 110 mètres.

Poursuivant notre route à travers les champs de paddy, découvrant ainsi les paysages de la Birmanie méridionale, nous emprunterons un camion pour l'ascension finale vers Kyaikhtiyo et le site du Rocher d’or. Important lieu de pèlerinage bouddhique de Birmanie, cet énorme bloc, en équilibre au bord de la falaise et surmonté d'un petit stupa, a été, depuis des siècles, recouvert de feuilles d'or par les fidèles. Car s’il tient par miracle sur son assise, nous disent les croyances, c’est grâce à un cheveu de Bouddha et à la dévotion d’un ermite. Nous le visiterons en fin de journée, au moment où se rassemblent bonzes et pèlerins.

Nuit à Kyaikhtiyo.
 
 
J 4 - Vendredi 31 janvier 2020 Pegu – Rangoon (190 km)
Le matin, nous redescendrons dans la plaine pour rejoindre Pegu. Depuis le sommet de la colline d’Hinthagone, cœur légendaire de la fondation de Pegu, nous bénéficierons d’une vue d’ensemble sur la ville.

Arrivés à Pegu, nous découvrirons le hall d’ordination de Kalyani Sima. Fondé par le roi môn Dhammazedi (1472-1492), c'est de là que partit le plus grand mouvement réformiste de l'histoire du bouddhisme birman. Son histoire est racontée sur des stèles oubliées de tous.

Nous compléterons notre visite de Pegu par les quatre immenses Bouddhas de Kyaik Pun gardant les points cardinaux du haut de leurs 27 mètres.

Retour à Rangoon dans l'après-midi. Nuit à Rangoon.
 
 
J 5 - Samedi 1er février 2020 Rangoon – Mandalay
Nous commencerons cette journée par la visite du plus célèbre monument de Birmanie, la pagode Shwedagon, haut lieu du bouddhisme birman : une histoire qui se confond avec la légende. Existant déjà au XIe siècle, elle fut rénovée par des souverains successifs pour devenir « comme un espoir soudain dans les ténèbres de la nuit ». Au sommet de la colline qui domine la ville, cette pagode est, en fait, un stupa de 107 mètres de hauteur, recouvert de feuilles d'or, qui enchâsse, dit-on, huit cheveux du Bouddha. Ce stupa n'est que le cœur d'un immense complexe de temples aux architectures variées, ruisselants d'or, dédiés à toutes les divinités et génies honorés dans le pays. C’est certainement aujourd’hui le plus vénéré des stupas au monde, ainsi qu'un lieu chargé de l’histoire sociale et politique de la Birmanie.

A la pagode de Chaukhtatgyi s’étire sur 66 mètres l’un des Bouddhas couchés les plus longs du pays, à l’image de la grandeur du Maître.

Nous gagnerons ensuite l'aéroport pour notre vol en direction de Mandalay.

Nuit à Mandalay.
 
 
J 6 - Dimanche 2 février 2020 Mingoun – Mandalay
Construite en 1857 sur ordre du roi Mindon pour remplacer l'ancienne capitale d'Amarapura, Mandalay perdit son statut dès 1885, lorsqu'elle fut investie par les troupes britanniques. Seconde ville de Birmanie, Mandalay est avant tout considérée comme le centre majeur du bouddhisme birman – « le cœur indestructible de l'âme birmane » – et compte plus de sept cents pagodes !

Nous longerons d’abord les rives de l’Irrawaddy où se déploie une grande activité matinale et, remontant ainsi le fleuve, nous atteindrons Mingoun. Ce petit village était destiné à devenir capitale à la fin du XVIIIe siècle. Le roi Bodawpaya voulait y faire édifier la plus grande pagode du monde, élément indispensable à sa gloire, lui qui se prenait pour un futur Bouddha... Nous verrons les vestiges inachevés de ce monument, ainsi que la gigantesque cloche de bronze qui lui était destinée.

Un peu plus loin, la pagode Myatheindan est un remarquable exemple d’une construction symbolique représentant le mont Meru, montagne sacrée du bouddhisme, et dédiée à l’épouse du roi Bagyidaw, petit-fils de Bodawpaya.

De retour à Mandalay, nous visiterons la reconstitution du palais royal et le monastère Shwenandaw, seul pavillon originel de cet ensemble architectural. Le teck y est ciselé à la perfection alors que nâgas et danseurs, alchimistes et musiciens, êtres célestes et Nats se répondent.

Nous découvrirons également la pagode Kuthodaw où le Canon bouddhique reconnu par le Ve concile, organisé par le roi Mindon en 1871, fut inscrit sur 729 stèles de marbre blanc, souvent appelées le plus grand livre du monde.

Nuit à Mandalay.
 
 
J 7 - Lundi 3 février 2020 Mandalay et les anciennes capitales royales
Nous nous rendrons d'abord à la pagode Maha Muni, célèbre pour son Bouddha objet de tant de vénération qu’il est recouvert de plusieurs tonnes d’or... et continue de grossir. Provenant de Dhanyawaddy, ancienne capitale de l’Arakan, il s’agit d’une toute première représentation du Maître en Asie du Sud-Est. Mandalay demeure la capitale artistique de la Birmanie, grâce à ses artisans qui ont su maintenir des traditions ancestrales. Témoignage de l’immuable ferveur religieuse du peuple birman, le Bouddha est ici sculpté dans le marbre ou coulé à la cire perdue, alors que des batteurs d’or affinent le précieux métal en feuilles destinées aux statues.

Avant l'avènement de Mandalay, les villes de Sagaing, Ava et Amarapura, toutes situées dans un rayon d'une vingtaine de kilomètres sur les deux rives de l'Irrawaddy, furent tour à tour le séjour des rois. Amarapura, « l’Immortelle », fut élevée au rang de capitale du Nord au XVIIIe siècle. Démantelée par le roi Mindon, elle a néanmoins conservé le curieux pont U-Bein, entièrement construit en teck.

Après une halte à l’école monastique d’Aung Myae Oo, où sont éduqués gratuitement les enfants pauvres, nous gagnerons la colline de Sagaing. Capitale éphémère du pays, elle fut cependant le point d’ancrage des Birmans dans le Nord après la chute de Pagan. C’est pourquoi elle est parsemée d’innombrables temples et monastères ajoutés au fil des siècles et qui conservent un charme tout particulier. Nous y visiterons la pagode Soon U Ponnya Shin - où la vue sur la plaine de l’Irrawaddy est somptueuse - avant de regagner Mandalay.

Nous terminerons la journée au monastère de Shwe Kyin Kyaung, merveille en bois du XIXe siècle où chaque soir les bonzes récitent la doctrine.

Nuit à Mandalay.
 
 
J 8 - Mardi 4 février 2020 Monywa - Po Win Taung - Monywa (230 km)
De bon matin, nous prendrons la route de Monywa, petite bourgade qui, de tout temps à jamais, donna dans la démesure. Ainsi, la pagode Thanboddhay, que nous visiterons avant d'entrer dans la ville, est haute de 43 mètres et entourée d’une multitude de petits stupas, tandis que s'y bousculent plus de 500 000 statues de Bouddha, des pavillons rococos et colorés, des figurines naïves et amusantes... Elle date de 1939 et est l’œuvre d’un bonze et de la seule quête de dons le long des routes...

En début d’après-midi, nous traverserons le fleuve pour découvrir les célèbres grottes bouddhiques de Po Win Taung. Étudiées pour la première fois par l’épigraphiste français Charles Duroiselle en 1914, elles présentent deux styles distincts : l’un connu sous le nom de Nyaung Yan (1599-1605) et l’autre datant de l’époque coloniale de Mandalay. Les statues, taillées dans le roc, sont laquées de rouge ou noir, et d'admirables peintures illustrent la vie du Bouddha historique, ses vies antérieures ou encore les 28 Bouddhas du passé en un style enjoué et parfois cocasse.

Nuit à Monywa.
 
 
J 9 - Mercredi 5 février 2020 Pakhangyi – Pakkoku – Pagan (160 km)
Descendant plein sud, nous traverserons la Chindwin, principale rivière se jetant dans l’Irrawaddy, et admirerons les paysages qui l'environnent dans une campagne qui semble hors du temps. La région tire sa richesse de millions de palmiers à sucre et de la culture du tabac et du coton.

En chemin, nous visiterons le monastère de Pakhangyi, perché sur 254 piliers en teck et édifié sur ordre du roi Mindon en 1886, d’où sa forme de résidence royale. Il était alors un grand centre d’enseignement, avant de tomber dans l’oubli suite au démantèlement de la royauté. Il fut restauré et sauvé en 1992.

Nous gagnerons ensuite Pakkoku, ville portuaire d'où nous embarquerons pour une croisière sur l'Irrawaddy qui nous mènera jusqu'à Pagan. Pour les Birmans, ce fleuve est un joyau. Chacun ici entretient une relation intime avec lui, à la fois millénaire et quotidienne. Il est source de légendes et de chansons, irrigue les champs, transporte les hommes et marchandises et assure la subsistance des pêcheurs. Ce n’est pas un hasard si les Birmans ont toujours érigé leurs capitales sur ses berges, ainsi ponctuées de milliers de monastères, temples et stupas.

Dans l'après-midi, notre arrivée par le fleuve à Pagan, « le rêve de pierres », nous offrira un magnifique point de vue sur les pinacles des grands temples et l’or des stupas qui se détachent dans le lointain et, plus près de nous, sur les villages de ses rives. 

Nuit à Pagan.
 
 
J 10 - Jeudi 6 février 2020 Pagan
Deux jours seront consacrés à la découverte de Pagan et de ses environs, ce lieu extraordinaire qui dépasse l’imagination. Dès le Ve siècle, les peuples birmans commencèrent à s'implanter dans le pays, prenant petit à petit le pas sur les Môns qui en dominaient le Sud. Au XIe siècle, le roi Anawrahta fit de Pagan le centre de son royaume. Il avait adopté le bouddhisme Theravada, de l'école cinghalaise et, selon une tradition qui n'est peut-être pas très éloignée de la vérité, couvrit la cité de 12 000 pagodes. Détruite par les Mongols en 1287, elle ne se releva jamais de ses ruines, mais ces féroces conquérants, bouddhistes, épargnèrent les pagodes dont il reste aujourd'hui un bon millier offert à notre admiration.

La visite du Musée archéologique sera accompagnée par la découverte des monuments les plus remarquables. Le temple d’Ananda, du XIe siècle, précurseur du style birman, les temples Htilominlo et Kubyauk-gyi et leurs abondantes peintures murales, la pagode Shwezigon comptant au rang des édifices les plus anciens de Pagan, la pagode Shwesandaw et ses terrasses, le temple Dhammayan Gyi et ses mystérieuses légendes seront autant d’étapes sur cet itinéraire où se lit la ferveur religieuse du peuple birman.

Nuit à Pagan.
 
 
J 11 - Vendredi 7 février 2020 le mont Popa – Pagan (120 km)
La matinée sera consacrée au mont Popa, piton de lave figée couronné par de nombreux sanctuaires. Cette escapade sera également l’occasion de découvrir les paysages semi-désertiques de la dépression centrale du pays. Peu arrosée par la mousson, c’est ici le règne des épineux, des arachides, du millet et des palmiers à sucre. Ces derniers contribuèrent pour beaucoup à la civilisation birmane – ne serait-ce que par la Doctrine gravée sur ses palmes – et font vivre aujourd’hui un million de personnes dans la seule région de Pagan.

Au pied du mont Popa a été construit un étonnant édifice dédié aux Nats, ces esprits qui participent à chaque instant de la vie quotidienne des Birmans. Le panthéon national en compte trente-sept, chacun ayant eu une vie extraordinaire, mais tous partageant le même sort, celui d’une mort violente suite à une injustice. Ces esprits courroucés, appartenant au départ à des personnages historiques, sont ainsi apaisés dans des “palais”. Il s’agit ici de celui de Mme Popa, belle ogresse que l’on aime cajoler et consoler.

Retour à Pagan, suite des visites et arrêt dans une fabrique de laques.

Nuit à Pagan.
 
 
J 12 - Samedi 8 février 2020 Pagan – Pindaya
De Pagan, nous prendrons un vol vers l’Etat Shan dont la population représentant 20% du territoire birman constitue un véritable patchwork d’ethnies. Un autre aspect du pays se dévoilera à nous dans cette région très pittoresque où les habitants cultivent aussi bien le riz de montagne, le gingembre ou les avocatiers que les « légumes anglais ». Outre les différences liées à la géographie, c’est une autre approche culturelle que nous découvrirons. Les Shans sont apparentés au groupe thaï et sont les derniers à avoir migré sur le territoire birman au XIIe siècle. Aux différences vestimentaires et physiques s'ajoutent celles de leurs temples et de leurs Bouddhas.

Nous visiterons les célèbres grottes de Pindaya, s'ouvrant à flanc de falaise, où, au cours des siècles, se sont accumulées par milliers des statues de Bouddha de belle facture shan. A leur pied se perpétue un petit artisanat d’ombrelles faites en papier d’écorce de mûrier.

Nuit à Pindaya.
 
 
J 13 - Dimanche 9 février 2020 Pindaya – le lac Inlé
Tôt le matin, nous nous rendrons au monastère de Hsin Khaung Kyaung, peu connu mais pourtant riche en chefs-d’œuvre. Comme tous les monastères shans en bois du XIXe siècle, il étire sa longue salle où s’alignent des Bouddhas en bois ou en laque de la même période, aussi bien de style shan que birman.

Nous poursuivons vers le lac Inlé. Magique, mystique, pittoresque : ces qualificatifs se complètent pour décrire le paysage du lac Inlé où la population intha a développé un mode de vie en étroite symbiose avec ce milieu naturel unique.

Une première traversée en bateau nous conduira vers les célèbres jardins flottants, dont les tomates, haricots, courges et fleurs constituent la principale ressource de la région. Construits sur jacinthes d’eau, colmatés par les algues du lac et engraissés de ses alluvions, on les cultive depuis des barques.

Nous irons ensuite visiter la pagode Phaung Daw U Kyaung, qui renferme cinq Bouddhas que l'on dit avoir été rapportés de la péninsule malaise, au XIIe siècle, par le roi Alaungsithu. Ils furent tellement vénérés au cours du temps qu’ils en ont perdu toute forme, engloutis par l’or !

A proximité, le monastère de Tha Lay Taung Kyaung, typique de l'architecture shan, abrite une magnifique collection de statues.

Nuit au cœur du lac Inlé, dans un hôtel sur pilotis.
 
 
J 14 - Lundi 10 février 2020 le lac Inlé – Rangoon
Le matin, nous ferons une seconde excursion sur le lac pour découvrir plusieurs villages sur pilotis et admirer l’extraordinaire site d'Indein où se pressent des centaines de stupas, datés du XVIe au XVIIIe siècle. Ce site, comme bien d’autres en bordure du lac, garde son mystère malgré les recherches archéologiques. La mémoire collective en a gommé le pourquoi : œuvres de mérite des diverses cours locales, cimetière-reliquaire de personnages importants, affirmation de la puissance de sawbwa ou princes shans ? Le secret est bien gardé.

Nous remonterons en bateau vers le nord du lac avant de poursuivre notre route vers Heho, en marquant un arrêt pour découvrir la belle architecture du monastère de Schweyanpyay, dont les panneaux de teck sont incrustés de petits miroirs.

Arrivés à Heho nous prendrons un vol à destination de Rangoon.

Nuit à Rangoon.
 
 
J 15 - Mardi 11 février 2020 Rangoon
La journée sera consacrée à la découverte du Rangoon d'hier et d'aujourd'hui, notamment du quartier résidentiel bordant le lac Inya, des quartiers commerçants témoignant des transformations économiques en cours, et de la grotte artificielle Kaba Aye, "la paix mondiale", édifiée en 1954 à l'occasion du VIe concile bouddhique commémorant le 2500e anniversaire du Bouddha.

Nous ferons enfin une petite incursion dans le quartier chinois partagé entre communautés hokkien et cantonaise. Restaurants et échoppes animent les rues, ainsi que les cercles et pagodes où se regroupent les différents clans.

Nuit à Rangoon.
 
 
J 16 - Mercredi 12 février 2020 Rangoon – Paris
Transfert à l'aéroport et vol pour Paris.
 


Groupe de 12 à 20 voyageurs
Places disponibles
Forfait entre chambre double Prix prestissimo jusqu'au 31 août 2019 4 135 €
Prix presto jusqu'au 27 novembre 2019 4 160 €
Prix à partir du 28 novembre 2019 4 195 €
Remise supplémentaire de 3 % soit environ 124 € pour toute inscription avec transport international, entièrement soldée avant le 01/08/2019.
Supplément chambre individuelle Prix jusqu'au 19 octobre 2019 865 €
Prix jusqu'au 29 novembre 2019 885 €
Prix à partir du 30 novembre 2019 910 €
Sans transport international Prix jusqu'au 19 octobre 2019 -650 €
Prix jusqu'au 29 novembre 2019 -490 €
Visa 102 €


RangoonSedona 5*

KyaikhtoTop Mountain Kyaikhto Standard

MandalayMandalay Hill Resort 4*

MoniwaWin Unity Resort 3*

PaganThiripyitsayar Sanctuary Resort 3*

PindayaConqueror Resort

Inle LakeSerenity Inle Resort 3*

DépartArrivée
Paris Roissy CDG
28/01/2020 - 08h45
Doha Hamad International
28/01/2020 - 17h10
Vol Qatar airways QR 042
Doha Hamad International
28/01/2020 - 20h10
Rangoon Mingaladon Yangon
29/01/2020 - 05h35
Vol Qatar airways QR 918
Rangoon Mingaladon Yangon
12/02/2020 - 07h50
Doha Hamad International
12/02/2020 - 12h00
Vol Qatar airways QR 919
Doha Hamad International
12/02/2020 - 15h00
Paris Roissy CDG
12/02/2020 - 20h15
Vol Qatar airways QR 037

Prestations incluses
  • Les vols internationaux Paris/Rangoon et retour avec escale sur lignes régulières
  • Les vols intérieurs Rangoon/Mandalay, Pagan/Heho et Heho/Rangoon sur lignes régulières
  • Les taxes aériennes
  • L’hébergement en chambre double
  • La pension complète du déjeuner du 2e jour au dîner du 15e jour. Un déjeuner sera pris sous forme de pique-nique lors de la croisière de l'Irrawaddy
  • Le circuit en autocar privé
  • Une croisière sur l'Irrawaddy entre Pakkoku et Pagan
  • Une excursion en bateau privé sur le lac Inlé
  • Les visites mentionnées au programme
  • L'accompagnement culturel par un conférencier Clio
Nos prix ne comprennent pas
  • Les pourboires d'usage ( prévoir 4 € par jour et par participant )
  • L'assurance facultative Assistance-Rapatriement : 12 € par personne
  • L'assurance facultative multirisque Assistance-Rapatriement + Annulation-Dommage Bagages
  • Les boissons
  • Les frais de visa
Les informations prévisionnelles concernant le programme, les hôtels ou bateaux, les horaires de transport et le nom de votre conférencier vous sont données ici à titre indicatif et sont valables au 19/07/2019. Les précisions définitives vous seront communiquées au moment de la confirmation du rendez-vous de départ.



  • De nombreuses pagodes birmanes ainsi que le sanctuaire du mont Popa sont situés au sommet de collines ou de pitons rocheux dont l'accès nécessite une bonne condition physique.
  • La montée jusqu'au site du Rocher d'or se fait en camion.
  • La visite des pagodes doit impérativement se faire pieds nus, ainsi que les jambes et épaules couvertes. Les pantacourts ne sont acceptables que s’ils descendent sous les mollets. En outre les pantalons ne doivent pas être trop moulants.
  • Les repas éventuels dans les aéroports lors des escales ne sont pas inclus.
  • Actuellement les communications téléphoniques locales et internationales par téléphone portable fonctionnent, en Birmanie, de manière aléatoire.
 
  • Un passeport, valable encore 6 mois après la date du retour du voyage
  • Un visa pour la Birmanie


Informations pratiques pour la Birmanie
Décalage horaire
Le décalage horaire entre la France et la Birmanie est de + 5h30 lorsque la France est à l'heure d'hiver et de + 4h30 quand la France est à l'heure d'été.
Rappel : en France l'heure d'été commence le dernier dimanche de mars et l'heure d'hiver commence le dernier dimanche d'octobre


Change
La monnaie officielle de la Birmanie est le kyat (MMK).
Pour connaître le taux de change actuel consultez le site www.xe.com/fr
Les cartes bancaires internationales Visa et MasterCard sont acceptées dans les grands établissements et permettent de faire des retraits d'espèces mais leur utilisation entraîne en Birmanie des frais importants. Les achats et les boissons sont à régler en kyats.
Munissez-vous d'euros ou de dollars pour le change, en grosses coupures et billets neufs.


Santé
Aucune vaccination n'est obligatoire pour se rendre en Birmanie.
Pour connaître les conditions sanitaires et les précautions à prendre, vous pouvez consulter le site de l’Institut Pasteur de Lille www.pasteur-lille.fr/vaccinations-voyages/


Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter