Logo Clio
Service voyages
Service voyages
L'Arménie et la Géorgie
Du jardin de la Toison d'or aux légendes de l'Ararat
Du 15 au 27 août 2020 avec Elias Constas
AGE 31 - 13 jours - Pour tous avec réserveCes voyages peuvent comporter de plus longues visites de ville à pied, des sites perchés imposant la montée de nombreuses marches ou de chemins pentus, de longs trajets en transports en commun et, pour certaines croisières, la circulation entre les ponts d'un bateau par des escaliers étroits et raides...
Départ garanti  Imprimer
Les points forts
  • Les manuscrits enluminés du Matenadaran
  • La cathédrale d'Etchmiadzin
  • Le monastère de Geghard
  • Le site archéologique de Zvartnots
  • Le monastère d'Haghbat
  • Le monastère de Khor Virap au pied du mont Ararat
  • La cathédrale de Bagrati à Koutaïssi et le monastère de Ghélati
  • Le site de Mtskheta
  • Le Chronoguide Arménie et Géorgie
Au cœur du Caucase, l’Arménie et la Géorgie constituent deux centres majeurs de civilisation. En effet, depuis l’Antiquité, ces régions privilégiées, enserrées dans un écrin de montagnes et de désert, ont su développer deux cultures majeures tout à fait originales dont les trésors littéraires et artistiques sont à compter parmi les plus prestigieux de ce que l’humanité a pu produire. Tel un immense jardin où la légende de la Toison d’or trouva son cadre extraordinaire, la Géorgie vit éclore les premiers rameaux de la civilisation. Ce pays accueillit dans l’Antiquité les colons grecs puis romains ; au IVe siècle, sa conversion au christianisme se traduisit par la naissance d’une exceptionnelle architecture religieuse. La Géorgie vécut aux XIe et XIIe siècles une période de prospérité qui atteignit son apogée sous le règne de la reine Thamar, notamment dans le domaine des lettres et des arts. L’Arménie, dont les origines ourartéennes remonteraient au IXe siècle avant notre ère, constitua lors de la désagrégation des empires hellénistiques un royaume puissant, bientôt vassal de Rome. Devenue en 301 le premier « État chrétien » de l’histoire, elle vit s’édifier nombre d’églises et de monastères qui composent l’un des plus grands ensembles d’art et d’architecture chrétiens.

%%voyageBloque%%
 
Elias Constas
Agrégé d'histoire, chercheur à l'Université Libre de Bruxelles et à l'Université d'Egée.





 
J 1 - Samedi 15 août 2020 Paris – Erevan
Vol direct pour Erevan.

Nuit à Erevan.
 
 
J 2 - Dimanche 16 août 2020 Zvartnots – Etchmiadzin – Erevan (45 km)
Le matin, nous nous rendrons d'abord sur le site de Zvartnots , au cœur de la plaine de l’Ararat. Nous y découvrirons les vestiges de l’imposante église dédiée aux anges veilleurs apparus à saint Grégoire, construite au VIIe siècle par le catholicos Nersès III, près de son palais patriarcal. Abattue au Xe siècle par un tremblement de terre, elle présente encore un remarquable plan circulaire et de splendides chapiteaux.

Nous gagnerons ensuite la ville d’Etchmiadzin. Ce nom désigne, à proprement parler, la cathédrale édifiée dans l'ancienne capitale royale de Vagharchapat. Lors de la conversion de Tiridate, avec l’instauration du christianisme comme religion d’Etat au IVe siècle, la ville prit une importance considérable. La cathédrale d’Etchmiadzin fut fondée par Grégoire l’Illuminateur lui-même à l’emplacement d’un autel du Feu en usage dans l’ancienne religion iranienne. Restaurée de nombreuses fois, elle demeure, aujourd’hui encore, le cœur de l’Eglise arménienne. Nous continuerons la visite de la ville par la découverte de l’église Sainte-Gayané qui, en dépit d’une restauration au XVIIe siècle, conserve une élégance remarquable. Non loin de là, nous découvrirons encore l’église Sainte-Hripsimé, édifiée au VIIe siècle sur la sépulture de la sainte martyre.

Retour à Erevan. La ville témoigne d’une longue histoire faite de dominations multiples : perse et arabe, ottomane et soviétique. Aujourd’hui capitale, elle conjugue à merveille modernité et héritages d’un passé sacralisé. Nous y découvrirons l’antique cité ourartéenne d’Erébouni. Les vestiges de la forteresse, dominant l'Araxe, nous ramèneront aux origines de l’histoire du pays, au VIIIe siècle avant J.-C.

Nuit à Erevan.
 
 
J 3 - Lundi 17 août 2020 Aroutch – Talin – Mastara – Yererouk – Erevan (240 km)
Nous partirons d'abord visiter l’église d’Aroutch, construite à la fin du VIIe siècle, puis la cathédrale de Talin, qui fut édifiée au VIIe siècle et est l’un des plus vastes monuments d’Arménie.

Nous gagnerons ensuite Mastara où subsiste, dans l’église Saint-Jean du VIIe siècle, un beau décor sculpté admirablement conservé.

L'après-midi, nous atteindrons Yererouk, près de la frontière avec la Turquie. La basilique Saint-Jean-Baptiste constitue l’un des monuments les plus singuliers du pays. Par son style et la décoration des parois extérieures, elle s’apparente nettement aux basiliques syriennes. Datée du Ve siècle, elle illustre la transition réalisée entre l’architecture romaine et l’art arménien proprement dit. Retour à Erevan.

Nuit à Erevan.
 
 
J 4 - Mardi 18 août 2020 Erevan – Garni – Geghard – Erevan (75 km)
Nous poursuivrons nos visites d'Erevan en admirant les magnifiques manuscrits enluminés du Matenadaran, qui nous conteront la naissance de l’écriture et de la littérature arméniennes. Puis, au musée d’Histoire, nous retracerons la civilisation des Arméniens de l’Antiquité à nos jours.

Nous nous rendrons ensuite sur le site de Garni qui s'étend sur un promontoire escarpé surplombant la profonde vallée de l’Azat. C’est là qu’aux premiers siècles de notre ère, les rois d’Arménie avaient établi leur résidence d’été. La forteresse ancienne fut détruite par les Romains et restaurée par le roi Tiridate Ier qui y construisit notamment un temple répondant aux canons de l’architecture classique. A côté de l’édifice rebâti selon le modèle d’origine, subsistent les vestiges des bains du palais ornés de mosaïques.

Le monastère de Geghard est l'un des plus hauts lieux spirituels de l’Arménie, vraisemblablement fondé au IVe siècle. La tradition veut qu’il ait abrité la relique de la Sainte Lance qui aurait traversé le flanc du Christ sur la Croix. L’état actuel du bâtiment est celui du XIIIe siècle, époque de sa reconstruction après qu’il fut mis à sac par les Turcs.

Nuit à Erevan.
 
 
J 5 - Mercredi 19 août 2020 Khor Virap – Noravank – Sélim – Dilijan (300 km)
Nous commencerons par admirer la très belle vue sur le mont Ararat, symbole de l’Arménie, près du monastère de Khor Virap. Reconstruit au XVIIe siècle, il est édifié à l’emplacement où, selon la légende, Grégoire l’Illuminateur aurait été emprisonné durant quinze années.

Puis nous visiterons le monastère de Noravank, établi dans un site sévère et sauvage, sur le flanc d’une montagne. Entouré de remparts, cet ensemble réunit deux églises, chacune à deux niveaux. L’église principale, dédiée à saint Jean-Baptiste, fut construite au XIIIe siècle ; l’église Saint-Grégoire, qui la jouxte, abrite les sépultures des princes Orbélian. Un peu à l’écart des édifices principaux, la chapelle de la Mère-de-Dieu est, en fait, un mausolée à deux étages qui présente une ornementation remarquable et un curieux escalier pyramidal.

Franchissant le col de Sélim, nous visiterons, sur l'une des anciennes pistes caravanières, les vestiges du caravansérail de Sélim, construit en 1332 et qui combine des traits des architectures arménienne et persane.
Nous rejoindrons ensuite la rive sud du lac Sevan que nous longerons jusqu'à Dilijan.

Nuit à Dilijan.
 
 
J 6 - Jeudi 20 août 2020 Haghartsine – Sanahin – Haghbat (150 km)
Le monastère d’Haghartsine se niche dans une charmante vallée boisée. Fondé au XIIe siècle et agrandi au XIIIe avec la participation du roi de Géorgie, il constitue un ensemble monastique exceptionnel.

Une route en lacets nous mènera dans un magnifique paysage de plateaux aux flancs abrupts où se situe le monastère d’Haghbat , fondé à la fin du Xe siècle. L’ensemble monastique, remarquablement conservé, révèle l’organisation et la vie quotidienne d’un grand monastère médiéval rassemblant des églises, des bâtiments conventuels, un réfectoire, une bibliothèque…

Nous continuerons notre chemin vers le monastère de Sanahin , qui constitue un ensemble architectural et artistique d’une qualité remarquable. C’est là que se trouvait, au XIe siècle, une ancienne académie où étaient enseignés, outre la théologie, les beaux-arts et les sciences.

Nuit à Haghbat.
 
 
J 7 - Vendredi 21 août 2020 Tbilissi (110 km)
Le matin, nous franchirons la frontière arméno-géorgienne, et poursuivrons directement notre route jusqu'à Tbilissi.

Le reste de la journée sera consacrée à la visite de Tbilissi.
La découverte de la vieille ville nous conduira à l’église d’Anchiskhati, construite au début du VIe siècle : c’est le seul témoignage de basilique à trois nefs qui ait subsisté de l’époque du transfert de la capitale à Tbilissi.

La cathédrale de Sion, des XIe-XIIe siècles, doit son nom à la montagne de Jérusalem, sur laquelle la Vierge apparut à Sainte Nino, qui convertit ensuite la Géorgie au christianisme, au IVe siècle.

Au musée des Beaux-Arts enfin, nous admirerons une magnifique collection d’icônes et d’émaux qui, à eux seuls, justifieraient notre voyage en Géorgie.

Nuit à Tbilissi.
 
 
J 8 - Samedi 22 août 2020 Alaverdi – Ikalto – Kvareli (170 km)
Avant de quitter Tbilissi, nous ferons étape à l’église de Métékhi, du XIIIe siècle, qui semble surgir du rocher. Elle est le seul témoignage de la vaste résidence fortifiée des rois de Géorgie à l’époque de la reine Thamar. Près de l’église, sur une vaste esplanade, se dresse la statue équestre du roi Vakhtang Gorgassali, fondateur de Tbilissi au Ve siècle.

Nous gagnerons ensuite le sanctuaire d’Alaverdi qui surplombe la haute plaine de l’Alarami. À l’intérieur d’une enceinte flanquée d’une tour ronde se dresse une splendide cathédrale édifiée au XIe siècle ; de sa blancheur éblouissante se dégage une majesté toute particulière.

Dans l'ancien monastère d’Ikalto, l’église de la Divinité a remplacé un sanctuaire plus ancien (VIIIe-IXe siècles). Les bâtiments que nous admirerons furent édifiés au XIIe siècle, époque où le sanctuaire était le siège d’une académie dont le poète Chota Roustavéli fut l’élève.

Nuit à Kvareli.
 
 
J 9 - Dimanche 23 août 2020 La Kaxétie (190 km)
Au cours de cette journée, nous explorerons l’est de la Géorgie, la Kaxétie. Cette région est célèbre pour la qualité de ses vignobles. Aujourd’hui, comme aux époques anciennes, elle est l’une des contrées les plus isolées du pays ; elle constitua même, du XVe au XVIIe siècle, un royaume indépendant. C’est pourquoi les témoignages de sa splendeur passée et de sa riche histoire y sont particulièrement nombreux.

Au vieux bourg de Grémi, nous verrons les restes de l'ancien palais royal, érigé par le roi Léon Ier en 1565, et l'église des Archanges, décorée de fresques du XVIe siècle. Nous découvrirons ensuite, à Nekressi, l'ancien monastère (30 minutes de marche).

L'église Kvelatsminda (de la Dormition) à Gurjaani est émouvante dans sa simplicité architecturale.

Nous ferons enfin un arrêt à l'église de Ninotsminda, le premier grand édifice à plan central de l'architecture géorgienne.

Nuit à Tbilissi.
 
 
J 10 - Lundi 24 août 2020 Samtavissi – Ouplistsikhé – Gori – Koutaïssi (300 km)
Nous nous arrêterons tout d’abord dans la ville d’Igoéti près de laquelle subsiste, admirablement bien conservé, l’ensemble médiéval de Samtavissi dont la cathédrale fut édifiée au XIe siècle.

Continuant notre chemin, nous découvrirons la ville rupestre d’Ouplistsikhé, mi-construite, mi-creusée, dont l’origine remonterait au VIe siècle avant notre ère. Selon les chroniques médiévales, elle fut désertée après avoir été prise par les Mongols au XIIIe siècle.

La ville de Gori n’offre plus aujourd’hui d’autre attrait que son musée Staline. C’est en effet à Gori que naquit en 1879 celui qui deviendra à la mort de Lénine le maître de l’Union soviétique.

Nuit à Koutaïssi.
 
 
J 11 - Mardi 25 août 2020 Koutaïssi – Ghélati – Motsaméta – Oubissi – Tbilissi (255 km)
À Koutaïssi, visite des vestiges de la spectaculaire cathédrale de Bagrati , construite pendant le règne du roi Bagrat III.

Le monastère de Ghélati , est sans doute l’un des plus beaux exemples de l’architecture géorgienne entreprise par David le Constructeur, qui s’y fit enterrer. Le sanctuaire fut le siège d’une académie religieuse particulièrement rayonnante. On y étudiait alors, outre la théologie, l’histoire, la rhétorique et la philosophie. On peut toujours y admirer des fresques datant pour l’essentiel des XVIe et XVIIe siècles ainsi que, dans l’abside de l’église centrale, une magnifique mosaïque du XIIe siècle représentant une Vierge de majesté entourée d’archanges.

A proximité, le monastère de Motsaméta s'élève dans un site sauvage et boisé.

Rentrant à Tbilissi à travers les monts Sourami, nous nous arrêterons à Oubissi, où nous visiterons une église du IXe siècle, ornée de fresques magnifiques.

Nuit à Tbilissi.
 
 
J 12 - Mercredi 26 août 2020 Mtskheta – Ananouri – Tbilissi (140 km)
En matinée, nous nous rendrons sur le site de Mtskheta . La ville fut pendant près d’un millénaire (du IVe siècle av. J.-C. au Ve siècle ap. J.-C.) la capitale du royaume d’Ibérie. Son site est devenu aujourd’hui un vaste parc archéologique où l’on pourra admirer trois des plus anciennes et des plus belles églises médiévales de Géorgie. Tout d’abord, la cathédrale de Svétitskhovéli, édifiée au XIe siècle, qui se dresse encore entourée de son rempart crénelé, au cœur de la cité. Elle remplaçait la plus vieille des églises géorgiennes, qui avait été édifiée en bois au IVe siècle, immédiatement après la conversion du pays au christianisme. Plus au sud, nous découvrirons l’église de Samtavro ; cet édifice, construit au XIe siècle, est depuis toujours un monastère de femmes. Enfin à Djvari, dressée sur son éperon rocheux au-dessus du confluent de l’Aragvi et de la Koura, se trouve l’église bâtie à la fin du VIe siècle pour abriter la croix plantée par Sainte Nino.

Ananouri, nous admirerons, dans un site grandiose au bord d’un lac, une magnifique forteresse édifiée aux XVIe et XVIIe siècles pour protéger la région de l’Aragvi contre les populations montagnardes du Nord. À l’intérieur de la forteresse subsistent deux magnifiques églises.

Retour à Tbilissi, où le musée National nous offrira une magnifique synthèse des trésors de la Géorgie pré-chrétienne depuis le IIIe millénaire avant J.-C.

Nuit à Tbilissi.
 
 
J 13 - Jeudi 27 août 2020 Tbilissi – Paris
Tôt le matin, transfert à l'aéroport.

Vol direct Tbilissi - Paris.
 


Groupe de 14 à 20 voyageurs
Départ assuré
Forfait entre chambre double Prix prestissimo jusqu'au 29 février 2020 2 870 €
Prix presto jusqu'au 14 juin 2020 2 900 €
Prix à partir du 15 juin 2020 2 950 €
Remise supplémentaire de 3 % soit environ 86 € pour toute inscription avec transport international, entièrement soldée avant le 17/02/2020.
Supplément chambre individuelle Prix jusqu'au 6 mai 2020 560 €
Prix jusqu'au 16 juin 2020 580 €
Prix à partir du 17 juin 2020 600 €
Sans transport d'approche Prix jusqu'au 6 mai 2020 -380 €
Prix jusqu'au 16 juin 2020 -290 €


ErevanDiamond House Hotel 4*

DilijanParadise hotel Dilijan 4*

HaghpatGayane Hotel 3*

TbilisiAmbassadori 5*

KvareliHotel Kvareli Eden Spa 4*

KutaisiTskaltubo Plaza 4*

DépartArrivée
Paris Roissy CDG
15/08/2020 - 13h40
Erevan Zvartnos International
15/08/2020 - 20h25
Vol Air France AF 1060
Tbilisi
27/08/2020 - 09h00
Paris Roissy CDG
27/08/2020 - 12h10
Vol Air France AF 1761

Prestations incluses
  • Les vols internationaux directs Paris/Erevan et Tbilissi/Paris, sur lignes régulières
  • Les taxes aériennes
  • L’hébergement en chambre double
  • La pension complète du dîner du 1er jour au petit-déjeuner du 13e jour
  • Le circuit en autocar privé
  • Les visites mentionnées au programme
  • Le port des bagages dans les hôtels
  • L'accompagnement culturel par un conférencier Clio
Nos prix ne comprennent pas
  • Les pourboires d'usage ( prévoir 3,5 € par jour et par participant )
  • L'assurance facultative Assistance-Rapatriement : 12 € par personne
  • L'assurance facultative multirisque Assistance-Rapatriement + Annulation-Dommage Bagages
  • Les boissons
Les informations prévisionnelles concernant le programme, les hôtels ou bateaux, les horaires de transport et le nom de votre conférencier vous sont données ici à titre indicatif et sont valables au 24/12/2019. Les précisions définitives vous seront communiquées au moment de la confirmation du rendez-vous de départ.



  • Les déjeuners seront pris dans des restaurants locaux.
  • En Arménie, l'hébergement à l'étape d'Haghbat est un peu sommaire mais tout à côté du monastère %%UNESCO%%.
  • La visite des sites archéologiques s’effectue souvent sur des chemins irréguliers et parfois non aménagés.
 
  • Passeport valable 3 mois après la date de retour


Informations pratiques pour l'Arménie
Décalage horaire
Le décalage horaire entre la France et l'Arménie est de +2h.

Santé
Aucune vaccination n'est nécessaire pour se rendre en Arménie.
Pour connaître les conditions sanitaires et les précautions à prendre, vous pouvez consulter le site de l’Institut Pasteur de Lille www.pasteur-lille.fr/vaccinations-voyages/


Informations pratiques pour la Géorgie
Décalage horaire
Le décalage horaire entre la France et la Géorgie est de + 2h.

Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter