Logo Clio
Grand circuit culturel en Basse, Moyenne et Haute-Egypte et en Nubie
Au cours de ce grand circuit en autocar, vous verrez défiler cinq mille ans d’histoire de l’Egypte. Emerveillement quotidien et impressions fortes garantis : choc du Caire, chefs-d’œuvre de la civilisation pharaonique, chadoufs et fellahs dans les campagnes, parfum de l’encens dans les monastères, muraille verticale des chaînes libyque et arabique, cataractes, rochers éléphantesques et sables du désert de Nubie...
Du Caire à Meïdoum
La visite phare du Caire sera pour nous celle du Musée égyptien, révision idéale avant de commencer notre parcours, mais le Caire est aussi la capitale des Fatimides, des Mamelouks et des Ottomans, et nous aurons un bref aperçu de cet héritage en allant de la mosquée d’Ibn Touloun à celle de Mohammad Ali Pacha. Au IIIe millénaire, c’est Memphis, un peu au sud, qui fut la capitale des premières dynasties de l’Ancien Empire. C’est dans ses nécropoles successives, de Gizeh à Saqqarah, Dahchour et Meïdoum, que nous pourrons suivre les progrès de l’architecture des pyramides, visiter les mastabas des dignitaires, comprendre le Sphinx et découvrir les simulacres les plus frappants des palais des premiers pharaons ainsi que les lieux et les rites des cérémonies d’intronisation.

Hermopolis, la Cité des Huit
Quittant le nome du Mur blanc, nous gagnerons Hermopolis. Rê y naquit d’un œuf que firent éclore les huit dieux qui donnèrent son nom à la ville, « la cité des Huit ». Sous Mohammed Ali, les ruines de la cité qui avait prospéré sous toutes les dynasties furent brûlées dans les fours à chaud pour édifier l’Egypte moderne, c’est-à-dire les sucreries qui firent la richesse de la région. Hermopolis était consacrée au babouin Thot, dieu de la connaissance et des scribes, c’est pourquoi sa nécropole de Tuna el-Gebel, abrite des milliers de momies de babouins. Nous y visiterons aussi le fameux tombeau gréco-égyptien de Pétosiris qui témoigne de l’importance continue de la ville au cours des siècles. De l’autre côté du Nil, à Beni Hassan, dans les tombeaux des gouverneurs puissants du Moyen Empire, les fresques nous diront tout de l’organisation féodale et militaire de cet âge d’or.

Tell el-Amarna, la révolution manquée
A Tell el-Amarna, Aménophis IV (1379-1362) et son épouse Néfertiti imposent le culte unique du disque solaire Aton. Révolution politique, économique, religieuse et artistique qui ne survivra pas à Akhenaton. Le Visitor Center, nouvellement aménagé, permet une bonne compréhension du tracé de la ville, de sa construction accélérée et de sa destruction précoce. La visite des différents groupes de tombes nous plonge dans les arcanes de l’atonisme, des représentations de la vie familiale d’Akhenaton et des cérémonies publiques et fait revivre son entourage : ministres, généraux et architectes.

Sohag et les monastères coptes
Nous n’oublierons pas dans ce voyage le rôle que joua l’Egypte dans le développement du christianisme des premiers âges et nous aurons la chance de visiter un des monastères coptes encore en activité dans la région de Sohag. Blottis derrière les murailles fortifiées qui les protégeaient des pirates du désert, le couvent Rouge et le couvent Blanc ont conservé leur architecture, leurs fresques et leur liturgie dans une langue dérivée de l’égyptien antique.

Abydos, Osiris, Narmer et Sethi Ier
Abydos sera le point d’orgue de notre traversée de la Moyenne-Egypte. Le site est encore au trois quarts recouvert par les sables sous lesquels se dissimulent des monuments remontant à la période prédynastique : il fut, en effet, depuis les origines, un lieu de pèlerinage dédié à Osiris. Le roi Narmer et les premiers pharaons de l’Ancien Empire s’y firent inhumer auprès de son tombeau. Des siècles plus tard, le roi Séthi Ier y fit bâtir un des plus parfaits des temples égyptiens. Il tint, lui aussi, à y intégrer un impressionnant Osiréion aquatique. On admire cet étrange monument d’un balcon situé au débouché du corridor où Séthi Ier fit graver la liste de tous les pharaons d’Egypte, précieux synopsis auquel se sont référé tous les historiens depuis Hérodote.

La Haute-Egypte, un apogée
Elle commence à Dendérah, temple ptolémaïque dédié à Hathor, la déesse de l’amour aux cornes de vache qui nous offre une visite romantique : on y admire une des plus belles représentations de Nout, la déesse du ciel, qui fait le pont au plafond, étirant son corps d’un mur à l’autre sur le ciel constellé d’étoiles. Pour gagner la terrasse du temple, on emprunte l’escalier solennel dont les bas-reliefs représentent la procession en l’honneur d’Osiris. Il nous conduit, comme les célébrants d’alors, jusqu’à son tombeau. La position des planètes sur son fameux zodiaque a permis d’en dater l’inauguration au mois d’août de l’an 50 avant notre ère. Vous n’oublierez pas la vue sur les palmiers jaillissant du lac sacré où l’on promenait la barque de la déesse.
A Thèbes, de Karnak à Deir el Bahari, nous n’aurons pas à choisir, faute de temps, entre plusieurs visites passionnantes : nous pourrons voir tout, ou presque, sur les deux rives et même visiter le merveilleux tombeau de Néfertari ! Et, à nouveau, nous parcourrons la campagne du temple d’El Kab, surgissant d’une vaste fosse en pleine ville, jusqu’à Kom Ombo et à Edfou. Dans le temple d’Horus, de la lumière de l’avant-cour à la pénombre du naos, nous lirons à livre ouvert le protocole des rites quotidiens, non sans admirer, gravée sur les murs de l’enceinte, une panoplie très évocatrice d’instruments chirurgicaux antiques…

D’Assouan à Abou Simbel, la Nubie
A Assouan, nous goûterons l’atmosphère des romans d’Agatha Christie : hôtels prestigieux, îles luxuriantes, felouques glissant sur l’eau en silence. Au royaume du dieu Apis, à l’origine de la crue d’Egypte, c’est le Nil qui tient le premier rôle. Nous verrons les tombeaux des gouverneurs d’Eléphantine, et le Nilomètre de l’île de Philae, dans l’enceinte du gracieux sanctuaire d’Isis, actif jusqu’au IVe siècle après J.-C. Nous passerons sur le haut-barrage d’Assouan et nous visiterons, non seulement Abou Simbel, mais aussi les temples de Kalabsha, Beit el-Wali et Kertasi sauvés par l’UNESCO lors de sa mise en eau. Une nuit à Abou Simbel nous permettra de profiter du spectacle du coucher et du lever du soleil sur ce site inoubliable…
 
Partir en voyage avec Clio
EG 31 - 15 jours

Ce grand circuit en autocar vous offre en 15 jours une traversée de toute l'histoire pharaonique, médiévale et moderne de l’Égypte. Après une étape incontournable au Caire, la souplesse des déplacements ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions de vente Comment s'inscrire Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter ou nous visiter