Logo Clio
Service voyages
Service voyages


La Pologne sous le joug communiste

Décembre 1945 : Premier congrès du Parti ouvrier polonais.


Janvier 1946: Premières transformations du régime économique. Nationalisation de plusieurs milliers d’entreprises.


30 juin 1946 : Les Polonais acceptent aux deux tiers, lors d’un référendum, les réformes économiques et sociales engagées par le nouveau pouvoir.


Janvier 1947 : Premières élections à la Diète. Elles voient une large victoire des communistes et de leurs alliés mais on doute en Occident de la régularité du scrutin.


7 février 1947 : Formation du gouvernement Cyrankiewicz. Boleslav Bierut devient président de la République populaire de Pologne.


19 février 1947 : Vote de la « Petite constitution ».


Septembre 1947 : C’est à Szwarkla Poreba, en Pologne, qu’est créé le Kominform, organe de consultation des différents partis communistes, et que Jdanov définit, au nom de Staline, les grandes tendances de la guerre idéologique désormais engagée avec l’Occident.


Automne 1947 : Mikolajczyk, chef du parti paysan d’opposition, prend le chemin de l’exil.


1947 : Le nouveau régime lance le plan triennal nécessaire à la reconstruction du pays ; l’indice de production est passé de 100 en 1938 à 15 en avril 1945.


Août 1948 : Destitution de Wladislaw Gomulka, l’une des figures les plus marquantes de la résistance communiste. Elle intervient dans le cadre de la normalisation voulue par Staline des différents partis communistes, invités désormais à s’aligner inconditionnellement sur Moscou. Bierut devient premier secrétaire du Parti ouvrier et le restera jusqu’à sa mort, en 1956.


15 décembre 1948 : « Fusion » du Parti socialiste polonais et du Parti ouvrier polonais. Le nouveau Parti ouvrier polonais unifié a pour doctrine le marxisme-léninisme. Le Parti paysan unifié et le Parti démocrate qui « appuient le programme d’édification du socialisme » ne sont que des alibis pour le Parti ouvrier polonais unifié qui gouverne le pays.


20 mars 1950 : Les biens fonciers et immobiliers des communautés religieuses passent sous le contrôle de l’État.


14 avril 1950 : L’accord conclu entre le régime et l’épiscopat laisse à l’Église catholique la liberté d’enseigner. Elle s’engage pour sa part à soutenir la « construction du socialisme », mais le cardinal Wyszynski est arrêté en septembre 1953.


22 juillet 1952 : Vote de la nouvelle constitution.


Mars 1953 : Mort de Staline.


Mars 1954 : Deuxième congrès du Parti ouvrier Polonais unifié.


14 mai 1955 : Traité créant le Pacte de Varsovie, organisation militaire intégrée regroupant l’URSS et ses satellites est-européens.


Février 1956 : Le XXe Congrès du Parti communiste d’URSS voit Khrouchtchev dénoncer les crimes de Staline. La mort de Bierut permet le retour au premier plan de Gomulka, rappelé en octobre à la tête du Parti. Les émeutes de Poznan (juin) inquiètent les Soviétiques mais sont réprimées par le pouvoir polonais – 54 morts et 300 blessés – alors que l’Armée rouge intervient à Budapest pour écraser en novembre la révolution hongroise. Commandant de l’armée polonaise, le maréchal soviétique Rokossovski est renvoyé en URSS et le cardinal Wyszynski est libéré.


1960 : La Pologne, élue l’année précédente au Conseil de sécurité, soumet à l’ONU le plan Rapacki de dénucléarisation de l’Europe centrale.


1968 : Gomulka, l’ancien « communiste national » de 1948, le « libéral » de 1956, prend position contre le « Printemps de Prague » et joue un rôle déterminant, avec l’Allemand de l’Est Ulbricht, pour encourager les Soviétiques à intervenir le 21 août en Tchécoslovaquie.


Décembre 1970 : Début des grèves et des émeutes ouvrières de Gdansk, Gdynia et Szczecin. La répression fait des dizaines de morts. Gomulka est écarté du pouvoir et remplacé par Édouard Gierek qui endette considérablement le pays en empruntant en Occident.


Décembre 1970 : Voyage en Pologne du chancelier allemand Willy Brandt qui, dans le cadre de son Ostpolitik, est venu reconnaître les frontières germano-polonaises issues de la seconde guerre mondiale. Il se rend également sur les lieux où se trouvait le ghetto de Varsovie.


1975 : La conférence d’Helsinki, qui marque l’apogée de la « détente » ouvre de nouveaux espoirs aux dissidents polonais.


1976 : Une nouvelle Constitution proclame toujours le « rôle dirigeant du Parti » et l’alliance indéfectible avec l’URSS.


Novembre 1978 : Le cardinal Wojtyla, archevêque de Cracovie, est élu pape sous le nom de Jean Paul II.


1979: Voyage triomphal du pape en Pologne.


Juillet 1980 : Nouvelles révoltes ouvrières dans les chantiers de la Baltique après la décision du pouvoir d’augmenter les prix alimentaires. Le mouvement s’étend en août. Conduit par Lech Walesa, il parvient à faire plier le pouvoir qui doit concéder les accords de Gdansk. Gierek est écarté et remplacé par Stanislas Kania. Création en septembre du syndicat indépendant Solidarnosc (Solidarité) finalement reconnu par les autorités.


Février 1981 : Le général Jaruzelski, ministre de la Défense, devient Premier ministre. Le premier congrès de Solidarité a lieu en septembre à Gdansk.


13 décembre 1981 : Le général Jaruzelski décrète « l’état de guerre » et engage la répression contre Solidarité, sous la pression de dirigeants soviétiques de plus en plus inquiets.


1983 : Lech Walesa reçoit le prix Nobel de la Paix.

Page précédente Page suivante
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter