Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Le programme de la dernière édition de notre voyage
SY 31, Grand circuit en Syrie, Dix mille ans d'art et d'histoire
qui s'est déroulé du 16 au 30 avril 2011
Recevoir un message dès que le programme du prochain voyage sera disponible.

J 1 : Paris – Damas
 Vol pour Damas. Nuit à Damas.
 
J 2 : Damas
 Damas plonge ses racines dans la haute Antiquité, puisque son oasis a vu naître l’un des plus anciens villages de Syrie, au VIIe millénaire. Capitale du Royaume araméen, elle fut occupée par les Assyriens au VIIIe siècle avant notre ère. Devenue perse, elle fut assiégée par Alexandre le Grand. Cité romaine puis byzantine, elle devint, lors de la première conquête musulmane, le siège du califat omeyyade. Libérée de la domination ottomane à l'issue de la première guerre mondiale, elle fut administrée par les Français avant de devenir, en 1946, la capitale de la Syrie indépendante.
Nous commencerons nos visites par un vaste panorama historique en visitant le Musée archéologique national qui illustre les grandes découvertes faites en Syrie : objets des fouilles d’Ougarit, fresques de la synagogue de Doura Europos ( à noter : une partie du musée sera fermée en 2011)… Nous découvrirons ensuite la ville ancienne, avec la mosquée des Omeyyades, l’une des plus belles du monde islamique, décorée de riches mosaïques à fond d’or. Le palais Azem, ancienne résidence du gouverneur ottoman, abrite le musée des Arts et Traditions populaires. Nous emprunterons ensuite la rue Droite, l'ancien Cardo Maximus de la ville romaine, pour nous rendre dans le quartier chrétien et visiter la maison d’Ananie où résida celui qui fit recouvrer la vue à saint Paul converti. Nous achèverons cette journée en nous promenant dans le souk al Hamidiye. Nuit à Damas.
 
J 3 : le crac des Chevaliers – Marqab – Tartous (230 km)
 Départ vers la « trouée d'Homs », contrôlée, à l'époque des croisades, par le crac des Chevaliers , perché sur les contreforts de l’Anti-Liban. Nous y découvrirons la forteresse imprenable, le plus célèbre des châteaux croisés de Syrie qui fut confié, en 1142, aux Hospitaliers qui en firent le plus bel exemple de l’architecture militaire médiévale où se mêlent art roman et gothique naissant. Nous compléterons cette approche par la visite du château de Marqab, imposante citadelle franque qui protégeait la côte. Arrivés sur la côte, nous découvrirons Tartous. De l’ancienne Tortosa, d’époque médiévale, il ne reste que quelques murailles mais, surtout, une magnifique cathédrale. Nuit à Safita.
 
J 4 : Amrit – Ougarit
 A Amrit, antique port phénicien, subsistent un sanctuaire énigmatique, peut-être consacré à des divinités guérisseuses, dressé au milieu d’un bassin, et quelques tombes originales. Nous ferons aussi une excursion à l’île d’Arwad où les Templiers élevèrent une forteresse. Suivant la côte levantine, nous arriverons au grand port de Lattaqie, près duquel nous découvrirons le site d’Ougarit Ras-Shamra, l’un des plus anciens sites de Syrie. Cité maritime qui connut une grande prospérité au IIe millénaire avant notre ère, elle vit certainement naître les scribes créateurs de l'alphabet qui fut le prototype de tous les alphabets occidentaux. Nuit à Lattaqie.
 
J 5 : Saône – Apamée – Hama (150 km)
 Nous découvrirons, dans le cadre de toute beauté du djebel Ansariye, le château de Saône , remarquable forteresse aux origines byzantines dont les défenses furent renforcées par les croisés, par un prodigieux fossé tranchant l'éperon rocheux dominé par le donjon. Traversant le Ghab, riche vallée drainée par l’Oronte, nous arriverons à Apamée. Fondée à l’époque hellénistique, elle compta plus de 120 000 habitants. On y voit encore un superbe cardo à colonnades, un nymphée, une agora, des églises et villas romano-byzantines. Nous arriverons enfin à Hama, au bord de l’Oronte où tournent des norias centenaires. Nuit à Hama.
 
J 6 : Masyaf – Sergilla – Qasr ibn Wardan (170 km)
 Nous gagnerons à nouveau les hauteurs pour découvrir le château de Masyaf qui fut, au Levant, le cœur du domaine des Haschischins, cette secte fanatisée par le Vieux de la Montagne qui fut mêlée à bien des assassinats politiques au temps des croisades. Au musée de Maaret en Nooman, installé dans un ancien caravansérail, nous découvrirons de remarquables mosaïques d’époque romaine. Nous aborderons une première fois le massif calcaire syrien avec la visite des vestiges de la cité byzantine de Sergilla, où nous retrouverons l'emplacement d'une hôtellerie, d'un pressoir à huile, de thermes ainsi qu'une nécropole. Nous partirons ensuite vers l'est, en direction du désert, pour visiter le Qasr Ibn Wardan dont le palais et l’église furent édifiés sur l’ordre de Justinien. Nuit à Hama.
 
J 7 : Ebla et les villes mortes (150 km)
 Départ vers Ebla, où fut découvert un palais de la fin du IIIe millénaire, qui recélait 15 000 tablettes. Nous poursuivrons notre découverte du Massif calcaire, merveilleux musée en plein air, dont les villes d’époque romaine et byzantine furent abandonnées peu après la conquête musulmane. A Qirk Biza, nous découvrirons un village byzantin abandonné, dont une des riches villae comportait une salle servant de lieu de culte aux tout premiers chrétiens de cette région. Ensuite, à Qalb Loza, nous verrons une basilique qui est l’un des plus beaux exemples d’art paléochrétien. En fin de journée, nous arriverons à Alep où nous passerons la nuit.
 
J 8 : Alep – Saint-Siméon
 Nous commencerons la visites d’Alep , ville riche en architecture musulmane, par l'imposante citadelle aux impressionnants glacis qui domine les vieux quartiers de la ville. Nous visiterons ensuite le musée d’archéologie d’Alep qui nous permettra de remonter au temps des cités-Etats d’Ebla ou de Mari. Nous y admirerons en particulier la Déesse au vase jaillissant exhumée à Mari.
L’après-midi, à Qalaat Seeman, nous verrons les vestiges du sanctuaire dédié à saint Siméon le Stylite. Le monastère fut établi à l’emplacement où celui-ci vécut plus de quarante ans sur une colonne. De nos jours, l’ancienne église demeure l’un des monuments les plus saisissants de l’art chrétien ancien. Autour du sanctuaire, se trouvent les vestiges de la ville, Deir Seeman, qui s'était développée pour accueillir les innombrables pèlerins attirés par la réputation du lieu : église, couvent, hôtellerie… Nuit à Alep.
 
J 9 : Alep
 Nous poursuivrons notre visite de la cité d'Alep par une promenade dans le quartier chrétien et visiterons le musée des Arts et Traditions populaires. Mais Alep, c’est aussi l’ancienne Beroe de l’époque hellénistique, avec un urbanisme de type hippodamien que l’on retrouve dans l’ordonnance du bazar non loin duquel nous visiterons la grande mosquée avant de flâner un peu dans les souks, probablement les mieux conservés du Proche-Orient. Nuit à Alep.
 
J 10 : Resafa – Raqqa (350 km)
 Départ matinal vers Resafa, l’ancienne Sergiopolis, à l’origine simple poste-frontière romain devenu une ville, siège d’un des plus grands pèlerinages de l’Orient autour du tombeau des saints Serge et Bacchus. Vous découvrirez dans cet immense quadrilatère de multiples richesses : porte monumentale, églises, citernes, ruines de la basilique Sainte-Croix et du martyrium… La route qui longe l’Euphrate nous permettra de découvrir la nouvelle zone d’aménagement du fleuve ainsi que le barrage El-Assad et le lac de retenue, dominé par la silhouette de Qalaat Jabar, édifié au XIIIe siècle. Reprenant la route, nous évoquerons au passage Haroun al-Rachid, qui résida quelque temps à Raqqa, avant de longer les rives de l'Euphrate pour arriver à Deir ez Zor où nous passerons la nuit.
 
J 11 : Doura Europos – Mari (250 km)
 Nous nous rendrons d'abord à Doura Europos, ville à caractère commercial et militaire, fondée sur un méandre de l'Euphrate, par un stratège du roi Séleucos Ier au IIIe siècle avant J.-C. Nous découvrirons les vestiges de la ville romaine avec son quartier d’habitations, ses temples et sa synagogue qui remonterait à la fin du IIe siècle. Nous gagnerons ensuite le site de Mari, l’une des plus grandes capitales de l’Antiquité, sur la rive droite de l’Euphrate. Les fouilles ont mis au jour un matériel archéologique important, dont une bibliothèque de plus de 20 000 textes cunéiformes. Après avoir vu le palais présargonique aux murs de briques crues, aujourd’hui protégés par un auvent, nous décrypterons le palimpseste que constituent aujourd'hui les vestiges du palais de Zimri-Lim, édifié à l'époque de l'apogée de Mari, au XVIIIe siècle avant notre ère. Après le pique-nique non loin du site, nous suivrons à nouveau le fleuve, vers l'amont cette fois, pour découvrir l'étonnant site de la forteresse d’Halabiyeh, dont le château, établi sur un éperon rocheux, domine un méandre de l’Euphrate. Nuit à Deir ez Zor.
 
J 12 : Qasr el Hayr – Palmyre (220 km)
 Nous entrerons dans le désert de Palmyre pour y découvrir un joyau de l’architecture omeyyade, le Qasr el Hayr el Sharqi, l'un de ces châteaux du désert prisés des Omeyyades, qui étaient le centre de grandes exploitations agricoles où, grâce à un système d'irrigation perfectionné, le désert avait été transformé en riant jardin. Déjeuner sous forme de pique-nique. En fin de journée, nous arriverons à Palmyre dont nous découvrirons le site du haut de la citadelle. Nuit à Palmyre.
 
J 13 : Palmyre – Maaloula (250 km)
 L’ancienne Tadmor des textes assyriens fut hellénisée après sa conquête par Alexandre le Grand. Capitale d’un royaume indépendant puis colonie romaine, ville-étape caravanière, Palmyre fut, dans l’Antiquité, un important foyer de culture et de civilisation. L’alliance des influences orientales et romaines, son cadre exceptionnel, font d’elle le site le plus prestigieux de Syrie. Nous parcourrons l'ensemble du site de la cité antique. Depuis le « camp de Dioclétien », nous emprunterons la voie à colonnades vers le grand tétrapyle central, découvrant en chemin les vestiges de villae, l'agora, le théâtre, les temples de Nabu et de Baal-Shamin, l'arc de triomphe. Nous serons ensuite impressionnés par les dimensions du temple de Bêl, remarquablement conservé. Après la visite des fameux tombeaux-tours, sépultures tout à fait originales de Palmyre, nous quitterons l’oasis pour rejoindre la région de Damas. Dans les piémonts de l’Anti-Liban, se trouvent le village de Maaloula et son monastère de Mar Sarkis, d’origine byzantine, où l’on conserva jusqu'à un passé récent l’usage du dialecte araméen. Nuit à Damas.
 
J 14 : le massif du Hauran (290 km)
 Vers le Sud du pays, nous irons à la découverte des villes mortes du massif volcanique du djebel Al-Arab : Shabba, l’ancienne Philippopolis, ville natale de l’empereur Philippe l’Arabe, conserve théâtre, basilique et thermes. Qanawat, antique cité de la Décapole, a gardé, de son apogée, deux temples dont l’un fut transformé en basilique à l’époque byzantine. Puis nous visiterons Bosra , vaste quadrilatère où s’élèvent çà et là les ruines imposantes de la ville romaine dont le théâtre fut fortifié à l’époque musulmane par Saladin. Réservoirs, basilique, cryptoportique, tétrapyle, jalonnent la ville antique. Sur la route du retour vers Damas, nous traverserons Ezra où l’église Mar Elias est un des rares vestiges de la ville épiscopale byzantine. Nuit à Damas.
 
J 15 : Damas – Paris
 Départ dans la journée pour Paris.
 
 
SY 31,
avec
Dates, prix et prestations de notre dernier voyage parti
Les horaires prévisionnels de votre voyage seront disponibles prochainement.
 


 
Recevoir un message dès que le programme du prochain voyage sera disponible.