Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Le Bangladesh
A la découverte du Bengale oublié
Les points forts
Le site archéologique de Mainâmati
Le Parlement de Dakha
Mahâsthângarh , capitale de l'époque Maurya
Le monastère bouddhique de Somapura à Paharpur
La mosquée Chhota Sona à Gaud
Les mosquées de Bagherat
Le Musée national de Dakha
Terre de bouddhisme, d’hindouisme, de tantrisme, puis d’islam, le Bengale oriental est indissociable, dans son histoire ancienne, de la civilisation indienne et, particulièrement, des spécificités bengalies de cette civilisation. Dans un pays d’eau et de terre, où la pierre est souvent absente, l’architecture en brique s’y est maintenue jusqu’à nos jours alors que, dans le reste du sous-continent indien, la pierre est devenue le matériau noble de l’architecture sacrée il y a plus d’un millénaire. Comme au Bengale occidental, le type « bangla » (bâtiment de taille relativement petite avec toiture arrondie à deux ou quatre pentes – dochala, chauchala – surmontée d’une ou plusieurs coupoles), dérivé de l’architecture villageoise traditionnelle, a servi de modèle pour de nombreux temples et mosquées dont les murs ont été décorés de panneaux sculptés en terre cuite. Encore peu connus, les sites de Mahâsthân, Paharpur, Mainâmati, rappellent que le pays fut une terre de développement du bouddhisme, ceux de Puthiâ, Kantanagara, Kodla Math, que les diverses formes de l’hindouisme y prospérèrent et y subsistent encore, tandis que les joyaux de l’architecture musulmane sont à découvrir à Dhaka, Gaud, Karahole, Bagherât, etc. La douceur des paysages et l’accueil des Bangladeshi ajoutent à l’intérêt de ce voyage qui est une découverte en soi, mais aussi un complément, indispensable, du voyage au Bengale occidental.
BD 50Bangladesh16 joursVoyageurs avertis Pourquoi visiter le Bangladesh avec Clio ?
 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter