Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi voyager en Bavière avec Clio
La Bavière s'est parfois laissée enfermer dans des stéréotypes réducteurs : tavernes bruyantes aux joyeux buveurs de bière, plumets et culottes de peau... Tout cela existe, mais ne doit pas cacher la diversité et la richesse du land le plus méridional d'Allemagne. Les musées de Munich ont peu d'équivalents en Europe, la densité de grandes abbayes baroques est unique, et les châteaux de Louis II élèvent leurs architectures fantasques sur le décor limpide des Alpes. Ce Midi germanique reste pour l'essentiel à découvrir : le voyage ne vous décevra pas.
Particularisme bavarois
C'est dans l'Histoire que le particularisme bavarois s'enracine : une volonté précoce et constante d'indépendance le caractérise. Celte à l'origine, puis romaine, la Bavière va surtout émerger en se constituant en duché, finalement annexé par Charlemagne. Le relais est pris par Henri le Lion, avant de céder la place à la famille des Wittelsbach. Leur règne durera huit siècles. D'une modeste abbaye de moines (Münichen en haut allemand, Monaco en latin !), leur volontarisme va faire une capitale florissante : Munich. Quand, au XVIe siècle, les pays germaniques se déchirent autour de l'émergence de la Réforme, la Bavière devient le fer de lance de la Sainte Ligue catholique. Ici comme ailleurs, la terrible guerre de Trente Ans fait des ravages. Pourtant, après les traités de Westphalie qui y mettent un terme (1648), la Bavière émerge comme une puissance nouvelle. Sa prospérité économique n'a d'égal que son éclat artistique, admirablement traduit dans une multitude d'édifices baroques. Les derniers feux des Wittelsbach sont éblouissants : accédant à la royauté au XIXe siècle, ils s'insèrent pleinement dans le concert des nations, couvrant leur capitale de perspectives et de monuments néoclassiques, tout en étant de formidables collectionneurs. La fin est à la fois sublime et tragique : Louis II érige au cœur des montagnes ou au milieu des lacs d'exubérantes folies. Les heures qui suivent sont plus graves mais, tel le phénix, la Bavière se relève une fois de plus. Aujourd'hui, riante et hospitalière, elle affiche son insolente réussite économique et brille de mille feux pour séduire ses visiteurs.

Munich, ville de musées
Comme il est agréable d'arpenter le vaste secteur piétonnier de la capitale bavaroise, de pousser la porte de ses églises rococo au décor éblouissant, de se perdre dans les parcs de ses palais baroques, semblables à des forêts ! Et puis quelle densité de musées ! Sur quelques kilomètres carrés, on passe de l'équilibre des frontons du temple d'Egine ou de l'abandon du Faune Barberini, à la Glyptothek, au meilleur de Dürer et de Rembrandt à l'Alte Pinakothek. A deux pas, à la villa Lembach, voici Kandinsky, qui fait, sous nos yeux, basculer la peinture dans une abstraction colorée. Munich préserve aussi quelques coins secrets, comme la bonbonnière dorée du théâtre de Cuvilliés, à la Résidence.

Lumières baroques
Quand on quitte la capitale, impossible d'échapper à l'architecture baroque. Et heureusement ! Le baroque bavarois est sans doute le plus gai d'Europe. Les grandes abbayes d'Ottobeuren, de Steinhausen, de Weingarten étalent tout leur faste et leur or. Ces tourbillons de statues virevoltantes, de corniches en trompe l'œil, de fresques enlevant le regard jusqu'au ciel, emportent le spectateur. La plus émouvante est peut-être celle de Wies, si délicate dans ses tons pastels, isolée dans son décor de prés, et dont le plan ovale fait perdre tout repère,

Louis II ou la démesure
L'Histoire reste sévère avec le dernier des Wittelsbach. Personne pourtant ne pourra lui contester le talent d'un metteur en scène génial. Ses châteaux de carton-pâte – Neuschwanstein, Linderhof, Herrenchiemsee – sont d'un kitsch tellement somptueux, grandiloquent, excessif, qu'il en devient grandiose. Et leurs décors naturels somptueux – ici les hauts sommets des Alpes bavaroises, là une île plantée au milieu d'un lac paisible – ne sont pas pour rien dans l'attrait de ces constructions.

Il flotte en Bavière un je-ne-sais-quoi qui est un appel irrésistible au bien-être, à la découverte culturelle de qualité, à un style de vie tout à la fois convivial et raffiné. Autant d’ingrédients indispensables pour un voyage Clio réussi, sous la houlette de conférenciers amoureux de cette région. N'ayez crainte : ils ne sont pas jaloux. Tout au contraire, ils sont tout disposés à vous faire partager leur passion...
 
Partir en voyage avec Clio
AL 30 - 7 jours

Des moines qui furent à l’origine de Munich aux Wittelsbach, devenus rois par la volonté de Napoléon, la Bavière n’a jamais cessé de jouer un rôle majeur dans l’histoire de l’Europe. L’épanouissement ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter