Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi voyager en Albanie avec Clio
Un régime politique, longtemps le plus fermé d'Europe, a fait de l'Albanie le pays le plus méconnu et, partant, le plus mystérieux de notre continent. Les temps ont changé et, aujourd'hui, les Albanais, et avec eux les Européens, redécouvrent que leur pays a, de tout temps, fait partie intégrante de l'Histoire du vieux continent. Paradoxalement, l'isolement qui fut le sien se révèle aujourd'hui un de ses atouts sur le plan culturel : le pays possède un patrimoine largement intact en voie de réhabilitation et des traditions ancestrales qui ont renforcé son identité. Il est grand temps pour les voyageurs épris de culture de découvrir enfin l'Albanie.
Entre Adriatique et Balkans, une géographie qui façonne l'Histoire

Grande comme la Belgique, l'Albanie apparaît comme une terre de contrastes, géographiques d'abord. L'essentiel du pays relève de la chaîne des Balkans, cette épine dorsale qui se termine en apothéose dans les montagnes grecques, toutes proches. Cette configuration explique en partie le caractère volontiers réputé farouche des Albanais, repliés souvent par nécessité dans les hautes vallées au climat rude.
Par chance cependant, le pays est baigné par quelques centaines de kilomètres de côtes ouvertes sur l'Adriatique. Cette fenêtre maritime a toujours été la voie de communication de l'Albanie vers le monde extérieur. Ainsi, dès l'âge du bronze, les Mycéniens ont-ils instauré des contacts avec les populations autochtones, qualifiées d'illyriennes. C'est sur les côtes ou dans l'étroite plaine qui ourle le rivage albanais, que les Grecs, venus en voisins, vont établir des colonies promises à un bel avenir. La ville de Durrës est l'héritière de l'antique Epidamne/Dyrrhachion, fondée dès 627 avant notre ère, tandis qu'Apollonia et Bouthrôtos sont les deux sites les plus évocateurs de cette période grecque. Le IVe siècle voit l'émergence d'un véritable royaume illyrien sur une vaste région, de l'Adriatique au lac d'Ohrid, frontalier de la Macédoine.
La dynastie macédonienne, portée à l'apogée de sa puissance grâce à la foudroyante épopée d'Alexandre le Grand, parvient à réduire l'indépendance illyrienne, avant que Rome par sa conquête de toute la région, ne mette tout le monde d'accord deux siècles plus tard.
L'ambition politique locale est morte, mais les ports adriatiques prospèrent, et les villes se couvrent de constructions de prestige. A la chute de l'Empire romain d'Occident, l'influence byzantine reste forte, même si le territoire est successivement normand et angevin, avant que les Serbes, population slave fixée au nord-ouest, ne se mêlent à la lutte pour le pouvoir, face aux petites principautés albanaises, indépendantes mais divisées. Ces déchirements finissent par profiter à la puissance montante dans les Balkans : les Turcs ottomans. Leur conquête, rapide et durable, est un tournant majeur, tant elle marquera le pays, en dépit des tentatives de Venise de garder des bases commerciales sur la côte. Même l'épopée de Skanderbeg au milieu du XVe siècle, restée fameuse, ne sera qu'un épisode, glorieux certes, mais bien court. Villes et villages se couvrent de mosquées dont les minarets effilés rappellent dans le ciel albanais la présence musulmane. Ici comme ailleurs, le XIXe siècle voit la lente émergence des revendications nationales concomitamment au déclin tout aussi lent de l'Empire ottoman. Dans le chaudron qu'est devenue la péninsule balkanique à la veille de la première guerre mondiale, l'indépendance est acquise mais, de coups d'Etat en régimes forts, la traversée du siècle dernier par l'Albanie ne s'apparente que rarement à un long fleuve tranquille. Heureusement, chaque période faste de son histoire a laissé des traces importantes et émouvantes.

Des paysages changeants et des sites emblématiques

Notre circuit en huit jours Découverte de l'Albanie est centré sur les hauts lieux de l'histoire albanaise et propose une approche à la fois synthétique et très complète des richesses culturelles du pays permettant de construire une vision globale du pays, depuis les époques grecques et ottomanes jusqu'aux mutations contemporaines que nos conférenciers sauront mettre en évidence.

La visite d'Apollonia est toujours un des grands moments d'un voyage en Albanie. Sur près de cent hectares, la ville antique montre parfaitement les superpositions des colonies grecques classiques, de la ville hellénistique puis romaine. De cette dernière époque date le beau portique du monument des Agonothètes, qui détache ses colonnes élégantes sur un doux paysage cultivé.

Bouthrôtos/Butrint est célèbre par son théâtre, bien conservé, dont l'orchestra, en raison de remontées marines, est constamment recouverte d'eau. La visite de ce site très romantique s'effectue fréquemment au son du chant des grenouilles !

Imaginez maintenant une rivière aux eaux rapides, qui a creusé une gorge profonde dans la montagne albanaise. Sur ses rives, de part et d'autre d'un vieux pont ottoman en dos d'âne, des maisons blanches aux balcons de bois s'empilent les unes sur les autres, regardant la vallée des milliers d'yeux de leurs fenêtres. Tout en haut, une fière citadelle veille, au-dessus des coupoles de tuiles rouges d'une église byzantine qui se détachent sur le calcaire doré de ses pierres. Voici Bérat, petit bijou de ville blottie au cœur vert de l'Albanie. Tout aussi séduisante apparaît Gjirokastra, la « ville de pierre », chère au cœur d'Ismail Kadaré. Ses maisons-forteresses, serrées autour de ruelles pentues, sont couvertes de toits de lauze plates, ce qui lui donne un caractère affirmé, qu'adoucissent à peine les fresques d'une chapelle byzantine ou le minaret blanc d'une mosquée. Une ville aussi rude dans son architecture qu'elle est accueillante dans sa population.

Cette année, nous vous proposons aussi un Grand circuit archéologique en Albanie en dix jours qui sera accompagné par Pierre Cabanes, professeur émérite d'histoire grecque antique à l'université de Clermont-Ferrand et fondateur de la mission d'Apollonia d'Iillyrie. Il ajoute aux sites incontournables quelques perles rares comme les ruines de la ville illyrienne d'Amantia ou encore le village valaque de Voskopojë.

Les conditions du voyage

Le pays développe son offre touristique et bénéficie d'infrastructures hôtelières en constante amélioration qui permettent d'effectuer ces voyages dans de très bonnes conditions de confort à toutes les étapes du circuit. Le réseau routier a fait l'objet d'investissements importants et le pays est désormais traversé par des voies rapides performantes et en bon état. Le réseau secondaire reste soumis aux contraintes inhérentes à un pays de montagnes mais cela ne suffira pas à gâter votre plaisir de la découverte des magnifiques paysages albanais.

 
Partir en voyage avec Clio
ALB 30 - 8 jours

Etendue entre les contreforts des Alpes dinariques et les rives de l'Adriatique et de la mer Ionienne, l'Albanie antique fut le territoire des Illyriens au nord et des Grecs de l'Epire au sud. Au contact ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter