Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi voyager au Tibet avec Clio
Si vous rêvez d'air pur et de hauts sommets enneigés même au cœur de l'été, de la vision de monastères perchés sur des pitons qui commandent d'immenses panoramas, de la couleur des robes des moines qui vont et viennent au cœur de villages figés dans une tradition millénaire, des sons des moulins à prière et de l'odeur de l'encens qui brûle devant le regard impassible de bouddhas de pierre, alors le Tibet vous comblera.
Une religiosité omniprésente
Dans ce temple à ciel ouvert qu'est le Tibet, tout est sacré : tous les chemins, même les plus inattendus mènent à l'infini ; rivières, lacs et montagnes sacrées abondent. Par sa configuration géographique, « entre Ciel et Terre », ce pays est le symbole même de l'accès au divin. Depuis le développement du bouddhisme tibétain au VIIIe siècle par Padmasanbava, la religion lamaïste reste le trait d'union le plus fort des Tibétains, qui ont poursuivi sur le « toit du monde » une existence autarcique dans le respect de leurs traditions. Malgré une histoire souvent mouvementée, malgré les divisions entre les écoles rivales des Bonnets rouges et des Bonnets jaunes, le Tibet conserve toute l'originalité de sa civilisation qui exerce un étrange pouvoir de fascination sur le monde occidental.
Il le doit à son élément humain mais aussi à la part remarquable de son patrimoine qui a réussi à subsister jusqu'à nos jours.

Un patrimoine remarquable
Pour découvrir cette richesse patrimoniale, nous vous proposons un voyage qui aborde le monde tibétain de façon complète. Lhassa, la capitale, est très souvent le premier contact avec le Tibet. Disons-le d'emblée : il ne déçoit pas. Et s'il en est ainsi, c'est sans doute en grande partie grâce à la présence, dans le ciel de Lhassa, de cet extraordinaire ensemble qu'est le Potala. Ce palais gigantesque, jadis siège du dalaï-lama, couvre les pentes d'une colline à la manière d'une forteresse médiévale. Si ce n'est qu'ici, la forteresse est davantage spirituelle que militaire. Au premier coup d'œil, on distingue le palais Blanc du palais Rouge. Le premier abritait la résidence du dalaï-lama et servait de lieu de travail au gouvernement. Le second, symboliquement percé sur le premier, voyait se dérouler les activités religieuses. Ce labyrinthe aux milliers de pièces, avec ses temples et ses stupas dorés, nous retiendra toute une matinée de visite.

Les environs de Lhassa sont ponctués de monastères plus intéressants les uns que les autres. Voici Drepung, construit au XVe siècle par l'école Géluk-Pa, les Bonnets jaunes, avec sa grande salle qui peut réunir sous son toit doré plus de sept mille personnes. Puis Sera, connu pour ses tankas, grandes pièces de tissus peintes de motifs compliqués.

Plus à l'est, une boucle de trois jours autour de Zhetang permet d'admirer la position panoramique de la forteresse de Yangbulakang, véritable nid d'aigle. Un bac sur un affluent du Brahmapoutre naissant permet de gagner le monastère de Samye, édifié dès le VIIIe siècle pour commémorer les premières victoires du bouddhisme au Tibet.

Enfin, notre périple ne néglige pas le pays dans sa partie orientale. Celle-ci s'articule autour de Shigatse, ancienne capitale, dominée par le Tashilumpo, qui ne compta jadis pas moins de cinq mille moines. Mais le joyau reste la vieille ville de Gyantse qui préserve un charme prenant. Le monastère de Palkhor resplendit de tout l'or de son chorten, très impressionnant avec ses neuf étages et ses innombrables chapelles.

Ce patrimoine hors du commun révèle un monde souvent méconnu de nos cultures occidentales. Ici plus qu'ailleurs, sans doute, l'intermédiaire de nos conférenciers, tous familiers de longue date de l'histoire, de l'art et surtout des coutumes des peuples himalayens, se révélera un indispensable atout pour vous guider au travers des arcanes de l'univers tibétain.

Une lente ouverture au monde moderne
Longtemps fermé au monde extérieur pour des raisons diverses, le Tibet conserve un ensemble de traditions religieuses et de coutumes de vie venues de très loin dans le temps. Une chance pour qui parcourt le chemin pour les découvrir, au détour d'un village, dans l'ombre d'un monastère ou au contact d'une population réservée au premier abord mais ouverte une fois la confiance installée. Cet isolement a aussi contribué à retarder l'irruption d'une certaine modernité dans les vallées reculées du pays. Pourtant, de gros efforts effectués ces dernières années rapprochent peu à peu les conditions matérielles de notre voyage des standards de confort internationaux. Les hôtels sont à présent, au minimum corrects. Certes, les autocars sont parfois un peu vieillots. Les routes, surtout, peuvent souffrir de l'altitude et des hivers rigoureux qui les maltraitent. Mais qui pourra s'en plaindre ? Au retour d'un périple exceptionnel, ces inconvénients mineurs et passagers ne seront rien en regard des merveilles culturelles, des rencontres humaines et de l'éblouissement des paysages tibétains...
 
Partir en voyage avec Clio
TN 40 - 14 jours

Dominé par les plus hautes montagnes du monde, le plateau tibétain a longtemps abrité une civilisation brillante. Alors que la partie septentrionale du pays, le Changthang, apparaît comme un désert aux ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter