Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi visiter Prague avec Clio
« Prague, cette saveur comme une gorgée de vin… » Jaroslav Seifert (Prix Nobel de littérature) Comme au temps où ses différents quartiers étaient des villes autonomes et indépendantes, Prague est restée plurielle : dans ses pierres d’abord, qui déclinent l’histoire de l’art, du haut Moyen Age à l’Art nouveau en passant par le baroque, style imposé devenu référence identitaire ; dans sa population ensuite, que quatre siècles de domination des Habsbourg ont transformée jusque dans ses croyances les plus profondes sans pour cela lui faire oublier ses racines slaves ; dans ses visages enfin. Vous croyez avoir tout vu du pont Charles, envahi de touristes par un week-end ensoleillé ? Revenez l’hiver : la brume et la neige font des rares passants les égaux des statues de pierre noire, sagement alignées sur les parapets. A chaque coin de rue, la cité vltavine se souvient du temps où, cœur de l’Europe, elle accueillait déjà des voyageurs venus de tous les horizons, et l’Histoire y est partout présente.
Légende, histoire, art

Une légende prend place à l’origine de la ville. Elle met en scène la princesse Libuse. Celle-ci était dans son château de Vysehrad quand elle aurait tourné son regard vers la rive gauche de la rivière en prophétisant : « Je vois une ville immense, sa gloire s’élève jusqu’aux étoiles. » Et aussitôt, elle aurait ordonné de construire un nouveau château. Fondé au IXe siècle, l’actuel château devient le siège permanent du pouvoir des Premyslides. Cette dynastie s’impose progressivement et unifie le pays pour la première fois au tournant de l’an mil.
Pendant trois siècles, des liens étroits et fructueux sont noués avec le Sud et l’Ouest du continent européen et la christianisation du pays selon le rite latin s’achève. Les rois de Bohème sont prêts désormais à faire entendre leur voix dans le concert des nations qui comptent. Il appartient à une nouvelle dynastie, les Luxembourg, de porter la ville à son apogée, au XIVe siècle.
En 1346, l’héritier, Charles, monte sur le trône et s’emploie à s’imposer à la tête du Saint Empire romain germanique. C’est chose faite en 1356. Souverain remarquable, il réunit des capacités intellectuelles et politiques exceptionnelles. Il fait de Prague la capitale de l’Empire, dotant la ville d’un prestige jamais atteint. Dans le même temps, il contribue à en modifier fortement le visage : il décide d’ériger une nouvelle cathédrale et fait reconstruire le pont qui porte aujourd’hui son nom et reste, par ses lignes élégantes, par le panorama sublime qu’il offre sur la ville et par la foule qui l’anime en permanence, le cœur vivant de Prague. Pour parachever son œuvre, il fonde la première université d’Europe centrale.
Après ce « Siècle d’or », la Bohème est prise dans les premiers remous religieux annonciateurs de la Réforme protestante. Les prédications virulentes de Jean Hus contre les abus de l’Eglise entraînent le pays dans une guerre meurtrière qui, tout en débouchant sur une liberté religieuse unique en Europe, sonne le glas de la prospérité économique. Par une habile politique de mariages, les Habsbourg se sont rendus maîtres de l’Europe centrale. Confrontés au succès du protestantisme, qui menace l’unité religieuse et politique de leurs territoires, ils n’auront de cesse que de réduire l’autonomie des Etats de Bohème. L’affrontement est inévitable. En 1618, les Tchèques révoltés mettent le feu aux poudres et, rapidement, ce qui n’était qu’un conflit local va déboucher, par le biais des alliances européennes, sur la guerre de Trente Ans.
Celle-ci laisse le pays exsangue mais inaugure, paradoxalement, deux siècles de fastes artistiques. Sous l’impulsion de la noblesse catholique et des ordres issus de la Contre-Réforme, s’affirme la plénitude du baroque pragois qui transcrit dans la pierre et le stuc les aspirations spirituelles des vainqueurs. Prague est et reste avant tout baroque et il n’est, pour s’en convaincre, que de flâner le nez en l’air dans les rues de Mala Strana : frontons arrondis des riches demeures, courbes ondoyantes de la façade de Saint-Nicolas, putti musiciens virevoltant à la Lorette, perspectives ordonnées des jardins, tout concours à plonger le visiteur dans l’éblouissement d’une époque.
Les XIXe et XXe siècles sont eux caractéristiques de l’état d’esprit du peuple tchèque. Des doux reproches adressés à François-Joseph aux violentes révoltes contre la dictature communiste d’un Printemps trop rapidement transformé en hiver, les Tchèques ont toujours revendiqué le droit de décider sans contrainte de leur avenir. C’est sans doute pour cela que la « révolution de Velours » de 1989 a porté au pouvoir Vaclav Havel, un président tout à la fois dramaturge et philosophe qui a définitivement ancré son pays dans la démocratie.
Au pied du bureau présidentiel, dans une aile du château, la ville fait le gros dos sur ses douces collines, rescapée par miracle des aléas de l’Histoire, le cœur ancré sur le pont Charles. Et quand les projecteurs la métamorphosent en une incandescence vibrante, Prague, fière et orgueilleuse, irradie sa beauté, sûre de fasciner celui qui lui rend visite.


Musique

Pour apprécier la ville, nous vous proposons d'y poser vos valises pendant quatre jours. Parmi les « incontournables », la musique occupe une place à part : Dvorak, Smetana, mais aussi le divin Mozart y composèrent des œuvres fameuses, et les concerts de tous genres y sont légion. Notre séjour pragois s'efforce toujours d'en intégrer un : récital dans une église, opéra dans la salle où Mozart créa Don Giovanni…Vous aimerez peut-être la découvrir aussi dans l'atmosphère élégante et festive de la fin d'année, et, pour un premier bref aperçu qui vous donnera envie d'y revenir pourquoi ne pas choisir notre croisière qui remonte l'Elbe de Berlin à Prague ? Elle vous apportera, en quelques jours, tous les effluves magiques de l'Europe centrale...
 
Partir en voyage avec Clio
RT 100 - 4 jours

Capitale magique de l’Europe pour les uns, théâtre de toutes les métamorphoses pour les autres, Prague réunit tous les styles, toutes les écoles, tous les courants artistiques européens. Scrupuleusement ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter