Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi visiter l'Inde du Nord avec Clio
Vaste comme un continent, l'Inde est multiple et variée : pour qui n’a jamais visité le monde indien ce circuit vers l’Inde du Nord constitue un excellent moyen de s’initier à cet univers. Parcourir l’Inde du Gange, frôler le Rajasthan, rencontrer l’hindouisme et l’islam sont une manière classique de découvrir ce pays aussi énigmatique que passionnant. Le Qutb Minar de Delhi, le foisonnement de Bombay, tout en contraste avec la sérénité de l'île d’Elephanta, les grottes sculptées d'Ajanta et d'Ellora, les richesses de Jaipur, le Taj Mahal à Agra, les temples fabuleux de Khajuraho et la ville sainte de Bénarès : autant de grands sites représentatifs des multiples aspects de la civilisation indienne.
De Bombay aux grands sites bouddhiques

Notre porte d'entrée sera Bombay mégalopole posée sur la scintillante mer d'Oman. Née de la révolution industrielle qui transforma l'Inde au XIXe siècle, la ville juxtapose dynamisme commercial et quartiers pauvres, mais préserve aussi, sur la colline de Malabar, les vieilles demeures progressivement restaurées de la bourgeoisie commerçante, et les traditions des « tours du silence » des Parsis réfugiés d'Iran. De la porte de l'Inde, symbole du Rule Britania qui pesa sur le pays jusqu'en 1947, une courte et agréable traversée mène à l'île d'Elephanta, première rencontre avec l'art hindou. Dans une grotte mystérieuse émergent des figures sculptées à même la roche, dont le magistral Shiva tricéphale « seule tête, peut-être, digne de s'appeler Inde », selon André Malraux. Un « coup » d'aile d'avion plus tard, aux environs d'Aurangabad, ce sont d'autres grottes qui nous attendent. A Ajanta, elles s'égrènent sur un rebord rocheux, comme autant de perles sur un collier. On entre ici dans le monde merveilleux de la Légende dorée du Bouddhisme. On y suit, du Ier au VIIe siècle, l'évolution de la sculpture et de la peinture murale, en une symbiose parfaite entre prouesse du sculpteur et raffinement du peintre. Le temple du Kailasha d'Ellora est plus incroyable encore. On imagine le tour de force qui a consisté à faire surgir de la pierre cette masse inouïe, sorte d'excroissance de la roche, haute de 33 mètres, dont les volumes sont adoucis pourtant par des centaines de sculptures d'une très grande délicatesse.

Delhi, Bénarès, Khajuraho, Agra

Capitale de l'Inde, Delhi est une ville moderne et bruissante mais aussi une ville aux origines très anciennes qui a conservé l'admirable complexe du Qutb Minar, plus ancien témoignage de l'avancée de l'islam. Quoi de plus fascinant que ce minaret du XIIe siècle, tout en guipures mordorées, scandé par des balcons en encorbellement de stalactites ? A Bénarès, c'est une autre Inde qui nous attend : celle qui exprime en permanence sa religiosité, aussi bien dans de grandes cérémonies que dans les petits faits de la vie quotidienne. Une promenade en bateau sur le Gange, le long des ghats, ces escaliers qui permettent aux fidèles de s'approcher de l'eau sacrée, dans un décor de temples et de plates-formes de crémation, reste un moment tout à fait inoubliable. Après une visite à Sarnath, là où le prince Siddartha devint le Bouddha, nous rejoindrons Khajuraho. L'ancienne capitale des Chandella mérite bien une journée entière de visite. La beauté de ses temples, admirablement proportionnés, n'a d'égale que le foisonnement extrême des sculptures qui les recouvrent entièrement, dans un équilibre parfait qui semble tenir du miracle. Du IXe au XIIe siècle, les rajpoutes édifièrent vingt-deux temples et les embellirent sans cesse. Corps flexibles comme des lianes, gestes mesurés des mains, attitudes extatiques ou plus prosaïques quand il s'agit des fameuses scènes érotiques : les milliers de personnages de Khajurahos sont comme un condensé de la plastique indienne. On reste dans le sublime en découvrant Agra, son fort rouge qui rappelle les luttes incessantes des maharajas, et, surtout, le Taj Mahal, larme de marbre versée par l'empereur moghol Shah Jahan à son épouse trop tôt disparue. Le mausolée, éclatant sous le soleil de midi, prend des teintes rosées à l'aube ou au crépuscule. Du fond du merveilleux jardin qui lui sert de parure, il apparaît bien comme une noble et émouvante élégie marmoréenne.
Sur la route du Rajasthan, Fatehpur Sikri est une étrange et coûteuse fantaisie architecturale voulue par l'empereur Akbar. Mosquées, caravansérails, palais et pavillons résultent de la synthèse de styles très variés, indo-musulman, hindou, bouddhique et même influencé par l'Europe occidentale. Il en résulte un ensemble au charme poignant, comme ces villes mortes qui sont semblables aux derniers effluves d'une gloire passée.

Incursion au Rajasthan

Nous effectuerons aussi une courte incursion au Rajasthan, la plus romantique des provinces indiennes. Jaipur illustre la puissance de ces dynasties de maharajas qui firent la grandeur de l'Inde avant l'arrivée des Britanniques. Le palais des Vents élève toujours au cœur de la ville sa façade rose ajourée comme un panneau de moucharabiehs, tandis que, plus loin, le Jantar Mantar est un surprenant observatoire astronomique constitué d'éléments colossaux. Non loin de Jaipur, le fort d'Amber domine un paysage austère de ses murailles jaunes, ultime présence posthume des princes du Rajasthan.

Le Népal, cerise sur le gâteau

En point d'orgue à cette découverte, nous vous proposons de passer quelques jours à Katmandou et dans sa vallée. Les liens historiques et culturels vont de soi, mais on y trouve aussi une originalité pleine de charme dans les villes de Bhadgaon et de Patan. Les pagodes dominent de leurs étages superposés la foule des pèlerins et des marchands, bruissante et colorée. Le tout sur fond grandiose des murailles enneigées de l'Himalaya.

Le Bengale, une Inde autre

Enfin, si vous souhaitez découvrir une Inde à nulle autre pareille, plus secrète, notre voyage axé spécifiquement sur le Bengale,est fait pour vous. De la surprenante Calcutta aux temples de briques de Bishnupur et aux capitales musulmanes endormies de Gaur et Pandua, ce sont les richesses de cette Inde du nord-est qui sont au programme. Sa variété extrême, empreinte d'une authenticité largement préservée, vous séduira à n'en pas douter.

Un voyage confortable

L'Inde a considérablement amélioré son offre hôtelière ces dernières années. Elle a aussi largement renouvelé son parc d'autobus de tourisme. Bien sûr, les routes indiennes restent ce qu'elles sont : parfois médiocres selon les tronçons, et toujours encombrées de motos, triporteurs, marchés et animaux en tout genre qui rendent les moyennes relativement faibles et aléatoires. Mais c'est aussi ce qui fait le charme de ce pays, et permet d'approcher sa population colorée dans sa vie quotidienne. Aussi, parcourir l'Inde du Nord en compagnie de nos conférenciers, c'est mêler en permanence une approche confortable et une découverte culturelle de haut niveau.
 
Partir en voyage avec Clio
IN 32 - 18 jours

L’espace compris entre l’Himalaya et les cours d’eau qui marquent, au nord du Dekkan, les limites septentrionales du monde dravidien est demeuré, au fil des siècles, le lieu d’une prodigieuse floraison ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter