Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi visiter le Ladakh avec Clio
Le Ladakh, au cœur de l’Himalaya occidental mais au sein de l'Union indienne, est lié par son histoire, sa position géographique et sa tradition bouddhiste au Tibet voisin. Situé à l'extrême pointe nord du sous-continent, dans l'Etat du Jammu et Cachemire, il reste isolé du monde neuf mois par an et, malgré la progression irrémédiable de l'occidentalisation, conserve une très forte identité centrée sur la pratique du bouddhisme tantrique. On y trouve une incroyable densité de monastères, millénaires ou tout récents, car l'arrivée en 1959 de nombreux réfugiés tibétains déclencha une véritable renaissance et permit d'enrichir la culture de la région pour en faire un lieu privilégié et authentique d'épanouissement d'une culture tibétaine délivrée de la pression qui pèse sur elle sur son territoire historique. Presque chaque été, les deux plus hauts dignitaires tibétains, le Dalaï-Lama et le Karmapa, se rendent au Ladakh pour enseigner à des milliers de Ladakhis.
Comprendre le bouddhisme du Ladakh
Que vous soyez déjà familier de leurs arcanes ou novice en la matière, votre conférencier vous permettra d'appréhender les grands principes du bouddhisme, vous fera découvrir les particularités qui distinguent les différentes écoles représentées au Ladakh et vous éclairera sur le sens et la fonction des objets rituels et de l'iconographie foisonnante dont les couleurs vives claquent sur les murs blancs des monastères ou sur l'azur du ciel. L'histoire et l'évolution récente de la société ladakhi seront aussi évoquées : la réticence des riches femmes de la capitale à arborer désormais les somptueux perak couverts de turquoises qu'elles se doivent de porter en public pour manifester leur rang est une manifestation significative des changements en cours. La coutume de la polyandrie qui se justifiait pour ne pas entraîner le morcellement des propriétés agricoles, résistera-t-elle aux progrès de l'éducation et au développement du tourisme en passe de devenir la première ressource de la région ?

Un itinéraire facile dans la haute vallée de l'Indus
Nous avons choisi de ne pas nous aventurer en direction du Zanskar ou dans la vallée de la Nubra, qui, bien que magnifiques, ne sont accessibles qu'au prix de grands efforts physiques et par de longs trajets franchissant des cols au-dessus de 4 000 mètres. L'itinéraire que nous avons tracé à partir de Leh, la capitale, entre Hémis et Tak-Tok au sud et Lamayuru au nord, suit les rives de l'Indus, artère vitale du pays au long de laquelle s'égrènent monastères et villages. Leh est la ville la plus haute du monde – nous serons en moyenne à 3 500 mètres –, mais vous aurez le temps de vous accoutumer à cette altitude dans notre confortable hôtel. Nous commencerons en effet par la découverte des palais et monastères de la ville et des alentours avant de nous élancer vers Basgo, l'ancienne capitale, Lamayuru, le plus ancien monastère du Tibet et le magnifique lac d'Alchi. Après deux nuits en campement aménagé, nous reviendrons dormir à l'hôtel de Leh jusqu'à la fin de notre voyage.

Le patrimoine architectural et artistique
Hormis les plus célèbres monastères du Ladakh, nous visiterons aussi d’imposants palais-forteresses semblables au Potala de Lhassa, mais de dimensions plus modestes. Celui de Leh, perché sur une crête rocheuse, est visible à des kilomètres et domine majestueusement la capitale et la vallée de l'Indus. Nous admirerons aussi les ruines de l’impressionnante forteresse de Basgo qui abrite encore un monastère en activité. La forteresse de Stok, dernière résidence de la famille royale, est à la fois musée, monastère et palais de la dernière reine du Ladakh. Le musée présente les différents objets de la famille royale, le plus précieux étant la lourde coiffe de cérémonie de la reine, couverte de quatre cent une turquoises. L'un des joyaux qui marqueront votre souvenir est sans doute le temple d’Alchi qui justifie en lui-même un voyage au Ladakh pour les peintures et les gigantesques statues qui y furent édifiées au XIe siècle par des artistes cachemiri.

Les Ladakhis et la nature
Au Ladakh, les montagnes sont lieu de culte, de prière et de méditation. Dans ce territoire où tout s’exalte, dans la lumière cristalline d'un ciel toujours bleu, la nature et la religion sont étroitement liées. Parfaitement intégrées au paysage, les constructions, qu’elles soient masures, monastères ou calvaires-reliquaires se mêlent discrètement à la terre et aux rochers et sont le symbole du profond respect du peuple pour la nature. Nous y croiserons des paysans, toujours joyeux, qui – pour combien de temps encore ? – travaillent la terre avec les outils de toujours, soc en bois et serpe pour moissonner. Et les enfants aux larges sourires qui vous tendent de délicieux abricots vous laisseront l'image fugitive d'un monde idyllique où parfois s'incarne encore le rêve du Shambala mythique…
 
Partir en voyage avec Clio
IN 35 - 11 jours

Enserré dans les chaînes du Karakoram et de l’Himalaya, isolé du monde neuf mois par an, le Ladakh mérite sans conteste le nom de « petit Tibet ». Ancien royaume rattaché à l’Inde et dont l’histoire ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter