Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi visiter la Birmanie avec Clio
Un pays à visiter au plus vite
Après avoir été longtemps fermée au tourisme, la Birmanie s'est entrouverte il y a une vingtaine d'années, ce qui nous a permis d'être parmi les premiers à vous inviter à sa découverte, et nous donne une expérience déjà longue et précieuse de la pratique du voyage dans ce pays. Ayant surmonté de nombreux soubresauts politiques, la Birmanie a renoué depuis quelques mois des relations cordiales avec la plupart des nations du monde et est avide de dévoiler tous les charmes de ses paysages, de ses sites historiques et de ses populations. C'est vraiment le moment de se laisser tenter : la roue de l'histoire tourne vite et c'est maintenant qu'il faut partir à la découverte de ce pays fascinant, avant que d'inévitables « progrès » technologiques ne viennent en altérer l'authenticité.

Un pays mosaïque
L'expression peut paraître galvaudée, pourtant elle garde ici encore tout son sens. Mosaïque de paysages organisés autour de la vallée de l'Irrawaddy, mosaïque ethnique qui allie ou oppose Birmans, Môns, Padaungs, Chans et autres Arakanais qui ne se fondirent jamais dans un même creuset, mosaïque de religions ancestrales vouées au culte des Nats qui siègent au mont Popa sous la protection bienveillante et toute puissante du Bouddhisme Theravada, la Birmanie a connu au cours des siècles maints royaumes brillants et éphémères.

Des sites inoubliables
Pagan, capitale de l'Etat Chan, fut prise par les Mongols en 1287 : de la ville, il n'allait rester « que » treize mille pagodes, épargnées par les troupes du Khan , également bouddhistes. Puis, le temps et l'oubli parachevèrent l'œuvre des hommes. Pourtant, Pagan reste l'un des sites les plus envoûtants de notre planète. Il faut voir, dans le poudroiement du soleil couchant, ses milliers de pagodes qui élèvent vers le ciel leur architecture d'apparence fragile, où la couleur chaude de la brique fait contraste avec la couverture végétale qui l'entoure.
En 1857, le roi Mindon fonde Mandalay, nouvelle capitale toujours ordonnée de nos jours autour de son immense palais royal, entouré lui aussi d'une multitude de pagodes. Dernière des capitales, Rangoon est dominée par l'impressionnante cloche d'or du stupa de la Shwedagon. Haut de plus de cent mètres et couronné d'un Hti, ombrelle ornée de milliers de diamants, rubis, saphirs, topazes et émeraudes, le stupa abriterait de saintes reliques, dont huit cheveux du Bouddha. Il règne sur une véritable cité, enchevêtrement de temples dédiés aux planètes, aux saisons, aux nats. Le cœur de la ville est ici, l'âme des peuples de Birmanie est ici.

Des modes de vie ancestraux
Même si vous avez tout vu et si vous êtes rompus aux imprévus de la découverte, vous ne pourrez qu'être étonnés par les manières de vivre auxquelles vous serez confrontés tout au long de votre voyage. Une longue période d'isolement, une volonté d'échapper au modèle imposé par l'Occident ont permis à la Birmanie de garder pratiquement intact son mode de vie traditionnel. De longues théories de moines, à la robe safran ou brune, arpentent encore les rues dès l'aube, en quête de la nourriture quotidienne qu'ils partageront dans le réfectoire du monastère. L'habitat reste, le plus souvent, fait de fascines de bambous tressés, toits de bardeaux que l'on remplace après chaque mousson, maisons sur pilotis qui prolongent une tradition millénaire. Le lac Inlé vit toujours au rythme de ses barques qui desservent les extraordinaires kyunpaw, jardins flottants où les pois, tomates, aubergines prospèrent sur des claies faites d'entrelacs de roseaux séchés et de jacinthes d'eau. Le temps, en Birmanie, semble connaître un rythme d'écoulement bien différent du nôtre, et c'est en toute quiétude que nous vous convions à en faire l'expérience.

La Birmanie offre un refuge hors du temps, dans un monde de lumières, d'art, de légendes vivantes, de calme retrouvé qui porte à la sérénité... Vous percevrez aussi le contre-courant naissant d'une dynamique enthousiaste tournée vers les nouvelles perspectives qui s'offrent au pays, mais ceci est une autre histoire...

Les conditions du voyage

Le réseau routier birman s'améliore depuis que le pays mise sur son ouverture au tourisme. Certaines routes restent cependant par endroits plus étroites ou moins bien revêtues, impliquant quelquefois des départs matinaux, indispensables pour profiter de l'ensemble des visites.
Un partie des pagodes visitées, ainsi que le sanctuaire du Mont Popa, sont perchés sur des collines et c’est pieds nus qu’il faudra gravir les escaliers, mais l’intérêt des sites ainsi découverts mérite bien ce petit effort. Les routes sont encombrées mais les autocars utilisés en Birmanie sont de plus en plus modernes et confortables et les paysages traversés sont enchanteurs : rizières, collines, villages traditionnels et scènes agrestes font que la longueur des trajets n’est jamais pesante. La qualité des hôtels s’est, elle aussi, considérablement améliorée ces dernières années et les conditions d’hébergement sont devenues tout à fait satisfaisantes, voire luxueuses pour certaines étapes dans des hôtels au charme traditionnel. Au-delà de ce kaléidoscope d'images et d'émotions, votre conférencier vous permettra, à travers ses commentaires de revenir de ce voyage avec une connaissance précise et synthétique de la complexe civilisation birmane.
 
Partir en voyage avec Clio
BI 31 - 16 jours

Ancien fleuron de l'Empire des Indes britannique, la Birmanie devenue indépendante a renoué avec une Histoire longue et complexe qui vit les Birmans venus du Nord s'imposer aux nombreuses minorités – ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter