Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi visiter Ceylan avec Clio
Accrochée à la péninsule indienne comme une perle au cou d'une jolie femme, l'île de Ceylan condense tout ce qui fait la beauté de l'Inde du Sud : hauts plateaux à la végétation luxuriante, bouddhas de pierre aux sourires insondables, plages blanches où les cocotiers ploient sous un vent tiède. Plus petite que l'Irlande, Sri Lanka – « La resplendissante », pour la nommer sous son nom actuel – offre, dans son espace restreint, une infinité de sensations et de trésors. Qui mieux que Clio est à même de vous les faire ressentir ?
Sous influence indienne

Comme nombre d'insulaires, le peuple cinghalais possède une très vive conscience de son histoire, d'où il tire le sentiment aigu de son identité. Bien entendu, les 50 kilomètres qui séparent l'île du continent indien n'ont pas suffi à empêcher de multiples influences entre les deux entités. Quand Mahinda, fils du grand empereur indien Ashoka, s’y rendit pour y infuser le bouddhisme, Ceylan avait été colonisée par des peuples d’origine indienne depuis plusieurs siècles. Après une seconde colonisation par les tamouls dravidiens du Sud de l’Inde, l’île vit apparaître son premier royaume structuré autour d’Anuradhapura. Mais Ceylan n’échappa pas à l’emprise indienne : conquise au Xe siècle par les rois Cholas qui s’établirent à Polonnaruva, elle retrouva ensuite une dynastie nationale qui dut faire face non seulement à des difficultés internes, mais aussi à l’ambition des puissances colonisatrices européennes. Le royaume, recentré autour de Kandy, la nouvelle capitale, résista à la pression des Portugais puis des Néerlandais, mais dut capituler face aux Britanniques qui annexèrent l’île en 1796… Ils s'y maintinrent pendant 150 ans, malgré plusieurs révoltes, jusqu'à l'indépendance, acquise en 1948. En 1971, Ceylan devient Sri Lanka et s'ouvre alors au tourisme, consciente de la densité de son patrimoine naturel, artistique et religieux.

Une culture omniprésente

L'île présente une étonnante concentration de sites d'une grande richesse artistique, d'autant plus spectaculaires qu'ils sont souvent enchâssés dans des décors naturels superbes. Anuradhapura fut la première capitale du royaume bouddhiste. Pour recevoir la précieuse relique de la clavicule du Bouddha, fut édifié un magnifique stupa – appelé dagoba à Ceylan –, le Thuparama. Durant près de treize siècles, la ville se couvrit de temples, de monastères, de palais somptueux. Aujourd’hui encore subsistent les remarquables vestiges du palais de Bronze aux 1 600 colonnes et d’innombrables dagobas. Par la suite, une série de troubles incitèrent le roi à choisir une capitale plus facile à défendre : Sigiriya. Du palais qu’il y avait fait édifier au cours de ses dix-huit ans de règne, on admire encore aujourd’hui les célèbres fresques des Demoiselles de Sigiriya. Au Xe siècle, de terribles guerres ruinèrent Anuradhapura.
Parakrama Bahu, artisan de la reconquête, s’installa alors à Polonnaruwa. Le palais royal comptait, dit-on, mille salles réparties sur sept étages ! On ne peut qu’admirer l’élégance du Lata Mandapaya aux piliers incurvés surmontés de chapiteaux en forme de lotus, et s’étonner de l’incroyable impression de sérénité qui se dégage de la statue rupestre du Gal Vihara qui représente le Bouddha méditant sur la souffrance du monde.
Mais Ceylan réserve encore bien d’autres surprises. A Kandy, le temple du Dalada Maligawa est chaque jour fréquenté par des milliers de pèlerins, foule bruissante et haute en couleur venue vénérer la dent du Bouddha abritée derrière de magnifiques portes incrustées d’argent et d’ivoire.


Nature et traditions

Impossible d'ignorer la nature à Ceylan. Chaque regard est un enchantement, chaque temple est comme serti dans un écrin de verdure et il n’est pas exagéré de dire que l’île n’est qu’un immense jardin tropical. Mais Ceylan est aussi riche de ses hommes d’aujourd’hui. Les marchés sont extrêmement animés, regorgent de fruits et de légumes qui nous sont souvent inconnus. L’artisanat y reste riche et vivant : les ateliers de batik rivalisent d’ingéniosité pour proposer de nouveaux thèmes décoratifs ; les joailliers sertissent rubis, améthystes et saphirs, une des grandes richesses de l’île…
La découverte de Ceylan permet d’appréhender en un seul regard la plupart des facettes de la civilisation indienne. Notre circuit peut ainsi constituer un approfondissement pour ceux qui ont déjà visité l’Inde autant qu’une première découverte de cet univers fascinant.
 
Partir en voyage avec Clio
CEY 31 - 11 jours

Les échos les plus lointains du Ramayana évoquent Ceylan comme un univers resplendissant. Cette île enchanteresse continue à fasciner par la profusion de ses couleurs, de ses richesses culturelles, artistiques, ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter