Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pourquoi découvrir l'Allemagne hanséatique avec Clio
A l'extrémité septentrionale de l'espace germanique, là où les ciels changeants se confondent souvent avec la mer, surgissent de la plaine infinie les silhouettes de clochers de briques effilés, traits encore visibles de la puissance de la Hanse. Hambourg, Brême, Lübeck : voilà la trilogie de ces villes qui, dans les temps médiévaux, dominèrent le commerce autour de la Baltique, et bien au-delà. La ligue hanséatique a vécu, mais elle a si profondément marqué le patrimoine des villes du Nord de l'Allemagne que leur découverte est toujours synonyme d'étonnement et de ravissement.
La Hanse

La Ligue hanséatique est, lors de sa création, une association de commerçants de l'Allemagne du Nord qui s'assurent, par ce biais, une protection réciproque. Au milieu du XIVe siècle, elle s'étend à un nombre de plus en plus conséquent de cités prospères qui fondent alors une sorte de confédération de villes nommée Hanse teutonique ou Hanse allemande. Lübeck en prend la tête, grâce à sa position géographique stratégique au pied de l'isthme qui sépare la mer du Nord de la Baltique. Ce groupement offre aussi à ses membres des privilèges commerciaux importants, comme l'abolition du droit de douane, et sert également de juridiction dans le règlement des inévitables conflits internes. Son rôle principal, que la Hanse assume avec un bonheur inégal, est de défendre les villes contre les prétentions des princes étrangers, au premier rang desquels figure le roi du Danemark. Voulant faire de la Baltique un lac danois, il sera longtemps le principal ennemi de la Hanse. Forte de deux cents cités à son apogée, de Londres à l'ouest à Novgorod à l'est, la Ligue hanséatique, outre le fait qu'elle joue un rôle commercial primordial, devient une force politique non négligeable. Les grandes transformations politiques du XVIe siècle, qui voient s'affirmer les Etats-nations, entraînent le lent mais inexorable déclin de la Hanse. La guerre de Trente Ans (1618-1648) lui porte un coup fatal et après une dernière assemblée à Lübeck en 1669, la Ligue se dissout.

Hambourg

A Hambourg, l'Elbe est un bras de mer. Sur ses flots puissants, les porte-containers ont remplacé les cogge, ces navires hanséatiques ventrus, aptes à transporter un maximum de marchandises. Mais la ville reste profondément marquée par l'eau. L'Alster, petite mer intérieure, lui donne un charme original, et sur les rives de ses innombrables bras, les entrepôts de briques sont un témoignage saisissant de son activité commerciale séculaire. Ville marchande donc, mais dont la culture n'est pas absente. En témoignent les richesses de son musée des Beaux-Arts, un des plus importants d'Allemagne. On reste saisi devant la minutie du polyptyque ouvragé de maître Bertram, qui ouvre les collections, avant de découvrir, au fil des salles, les œuvres toutes empreintes de nature inviolée de Caspard David Friedrich, les peintres allemands du XIXe siècle, un Manet célèbre (Nana) et les fascinantes créations des Expressionnistes (Kirchner) et de leurs suivants (Klee, entre autres).

Brême

Plus à l'intérieur des terres, Brême fait revivre le temps des marins qui remontaient la Weser dans son pittoresque quartier du Schnoor. Les maisons à colombages prennent quelquefois la taille de demeures de poupées, alignées sur de tranquilles placettes fleuries. Davantage de solennité se dégage de la place de Marché. L'hôtel de ville, par la magnificence de sa façade ouvragée, illustre par-delà les siècles, la puissance atteinte par les institutions communales en Allemagne, dont l'autonomie jalousement préservée est symbolisée par la statue de Roland, érigée à ses pieds. La vaste cathédrale, dédiée à Saint-Pierre, regorge d'œuvres d'art que complète l'atmosphère émouvante de ses deux cryptes romanes.

Lübeck

C'est sans doute la ville « coup de cœur » par excellence. Exceptionnellement bien conservée, elle aligne, dans le périmètre de ses vieux quartiers enlacés par les eaux romantiques de la Trave, pignons à escaliers de ses maisons patriciennes, arcs-boutants de ses églises de brique rouge, nobles décorations de ses bâtiments communaux. Autant de témoignages d'une bourgeoisie triomphante, si bien décrite par Thomas Mann, l'enfant du pays, dans les Buddenbrooks. Depuis la pittoresque silhouette du Holstentor, sorte de symbole médiéval de l'Allemagne, il faut se promener de ruelles pavées en placettes intimes, et ne pas hésiter à pénétrer dans les cours (Höfe) qui serpentent entre les maisons et que les copropriétaires transforment en véritables petits havres de paix fleuris. A tout moment, on débouche sur l'austère mais grandiose architecture de brique d'une église, la plus formidable étant Sainte-Marie, modèle de toutes les autres, avec sa façade de forteresse et son intérieur raffiné.

Baltique et gothique de brique

Au fur et à mesure que la Baltique se rapproche, le paysage se fait plus maritime. Le moutier de Bad Doberan en est un des fleurons, ajoutant à un élan d'un parfait équilibre la richesse que lui ont conférée les ducs de Mecklemburg-Poméranie, quand ils en ont fait le panthéon de leur dynastie. Les rives de la Baltique sont maintenant toutes proches, avec leurs stations balnéaires pimpantes et surannées, où les voiles blanches se détachent sur des eaux tantôt bleues, tantôt grises, au rythme des caprices du soleil et des nuages. Il reste à saluer Schwerin et son château néogothique, érigé les pieds dans l'eau et la tête dans les ramures d'un parc splendide, puis Lünebourg, ultime rappel de la puissance de la Hanse, la ville qui bâtit sa fortune sur le commerce du sel gemme extrait de sa lande. Les rues aux maisons cossues, la noble façade du Rathaus, une vieille grue de bois préservée au bord d'un bassin : tout concourt à rappeler une dernière fois le temps où les villes hanséatiques avaient fait de ce coin de l'Allemagne du Nord une des plaques tournantes du commerce européen.

 
Partir en voyage avec Clio
AL 34 - 6 jours

La Hanse évoque les puissants navires qui, de Londres à Novgorod, transportaient au XIVe siècle drap anglais, épices des Indes, ambre, fourrure et cire de Königsberg, fer et bois de Suède. ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter