Logo Clio
Service voyages
Service voyages


L’union ibérique et son échec (1580-1640)

Âgé de soixante-six ans quand il accède au trône, Henri Ier ne gouverne guère et laisse Cristobal de Mouzam exercer la réalité du pouvoir. Son seul héritier mâle étant Antoine, fils naturel d’un frère de Jean III qu’il détestait, il meurt (le 31 janvier 1580) avant de l’avoir désigné pour le remplacer et sa disparition ouvre la question de la succession de la maison d’Aviz, réglée par des États Généraux réunis en 1579-1580 (à Lisbonne de mars à juin 1579, puis à Almeirim après la mort d’Henri d’octobre 1579 à janvier 1580, puis à Santarem). Six prétendants aspirent alors à la couronne portugaise :


- Rainier Farnèse, fils de Marie de Portugal, une petite-fille d’Emmanuel Ier mariée à Alexandre Farnèse, duc de Parme ;


- Catherine de Portugal. Elle est, comme Marie Farnèse, une fille d’Édouard, duc de Guimaraes, lui-même né du mariage d’Emmanuel Ier avec Marie d’Aragon ;


- Antoine de Portugal, prieur de Crato (il appartenait à l’ordre des chevaliers de Saint Jean de Jérusalem), fils bâtard de Louis de Portugal duc de Beja, né lui aussi du mariage d’Emmanuel Ier avec Marie d’Aragon ;


- Emmanuel Philibert, duc de Savoie, fils de Béatrice de Portugal elle-même née du mariage d’Emmanuel Ier et de Marie d’Aragon et mariée au duc de Savoie Charles III ;


- Philippe II, roi d’Espagne, qui a épousé en 1543 Marie de Portugal, fille de Jean III et de Catherine d’Autriche (elle est morte en couches en 1545) et qui est aussi le fils d’Isabelle de Portugal, la sœur du roi Jean III mariée à Charles Quint en 1526 (et morte en 1539) ;


- Catherine de Médicis, reine de France par son mariage avec Henri II, qui descendait au onzième degré, par sa mère, de Robert comte de Boulogne, fils du roi portugais Alphonse III.


Les prétentions de Rainier Farnèse, de Catherine de Médicis et d’Emmanuel Philibert de Savoie furent aisément écartées. Catherine de Portugal, mariée au duc Jean de Bragance, ne disposait pas de moyens suffisants pour acheter les soutiens nécessaires et Antoine était un bâtard, ce qui ne pouvait que défavoriser sa candidature – son père Louis l’avait eu de sa maîtresse Yolande Gomez, dite « La Pélicane », devenue ensuite religieuse bernardine et il n’y avait plus de traces de la volonté de Sébastien Ier de faire légitimer cette naissance. Les origines en partie juives de sa mère constituaient un handicap supplémentaire. Dans ces conditions, ce fut Philippe II qui l’emporta en faisant occuper militairement le royaume : le duc d’Albe envahit l’Alentejo et le marquis de Santa Cruz pousse l’armada espagnole dans l’embouchure du Tage. Sachant qu’il avait l’appui du peuple et d’une partie de la noblesse Antoine ne s’avoua pas vaincu mais il ne put s’opposer au roi d’Espagne. Lisbonne fut prise le 26 août 1580 et le prétendant s’enfuit en Angleterre puis en France. Il n’abandonna pas pour autant ses droits, ceux de la dynastie dite de Portugal-Crato, et se fit appeler Antoine Ier jusqu’à sa mort, survenue à Paris en 1595. Sa descendance s’éteindra à la fin du XVIIIe siècle.


1580-1598 : Règne de Philippe I (Philippe II d’Espagne), élu roi par les Cortes de Tomar le 16 avril 1581. Le nouveau souverain peut faire son entrée à Lisbonne en juin. Les partisans d’Antoine, le prieur de Crato, entretiennent la résistance aux troupes espagnoles jusqu’en 1583 (notamment dans l’île de Terceira aux Açores où la flotte française envoyée par Henri III pour soutenir les rebelles subit un désastre complet en juillet 1582) mais le royaume finit par se soumettre, le roi d’Espagne laissant aux Portugais l’administration de leurs provinces et de leurs villes et leur permettant d’accéder auprès de lui aux mêmes emplois que les Espagnols.


1582 : Création d’un Conseil de Portugal auprès de Philippe II qui met en œuvre une « bonne administration » de son nouveau royaume. L’union est alors bien acceptée par les sujets portugais du roi, du fait de la solidarité catholique, de la complémentarité des deux économies et des liens dynastiques déjà anciens établis entre les deux monarchies.


1583-1593 : Gouvernement du cardinal-archiduc Albert, neveu de Philippe II et arrière-petit-fils du roi Emmanuel Ier. Après son rappel à Madrid, le gouvernement sera assuré par un conseil de régence formé de cinq gouverneurs et présidé par l’archevêque de Lisbonne.


Août 1588 : Échec de l’Invincible Armada qui voit le Portugal perdre douze navires.


Mai 1589 : Les Anglais débarquent sur les côtes portugaises Antoine, le prieur de Crato, qui espère soulever la population mais celle-ci ne peut supporter de le voir soutenu par les hérétiques et se mobilise contre lui pour le contraindre à rembarquer précipitamment


Juillet 1596 : Mise à sac de Faro par les soudards anglais du comte d’Essex. Jusqu’à la conclusion de la paix de 1604 entre l’Espagne et l’Angleterre, les côtes portugaises sont menacées par les corsaires anglais. À partir de 1595, les Portugais doivent aussi compter avec l’hostilité des Hollandais révoltés contre Philippe II. Le Portugal perd bientôt le monopole du commerce des épices orientales et ne peut maintenir comme mare clausum l’océan Indien, au moment où les Hollandais s’installent en Indonésie. Entre 1580 et 1620, le trafic portugais avec l’Asie est ainsi réduit d’un tiers au profit des nouveaux concurrents néerlandais et anglais.


1597 : Les Portugais prennent possession de Ceylan.


1598-1621 : Règne de Philippe II (Philippe III d’Espagne).


1600 : Philippe III et son ministre le duc de Lerma envoient au Portugal comme vice-roi Cristovao de Moura, l’un des artisans de l’union ibérique, Portugais d’origine mais lié depuis trop longtemps à la couronne espagnole. Il sera écarté en 1603 quand Philippe III décidera, pour des raisons financières, un pardon général des « nouveaux chrétiens » refusé par la majorité de la nation portugaise, composée de « vieux chrétiens » qui exercèrent des violences contre les juifs libérés.


1603 : Publication d’un code de lois d’inspiration espagnole appelées Ordenaçoes Filipinas.


1603-1621 : Maintien d’une vice-royauté, remplacée ensuite, jusqu’en 1633, par un collège de gouverneurs choisis dans le clergé et la noblesse.


1617 : Philippe III d’Espagne nomme vice-roi du Portugal un Espagnol, le comte de Salinas.


1619 : Le roi Philippe se rend au Portugal, sa seule visite en vingt-trois ans de règne.


vers 1620 : Avec 165 000 habitants Lisbonne est alors la ville la plus peuplée de la péninsule Ibérique et la quatrième en Europe après Londres, Paris et Naples. Le pays a vu sa population augmenter de manière spectaculaire : de 1 100 000 âmes vers 1520 à près de deux millions à la fin du XVIe siècle.


1621-1640 : Règne de Philippe III (Philippe IV d’Espagne). Le poids de la domination castillane se fait de plus en plus insupportable alors que, du fait de la guerre de Trente Ans et de la guerre contre les insurgés des Pays-Bas, l’empire colonial portugais est de plus en plus menacé. Le poids de la guerre conduit de plus le gouvernement de Madrid à augmenter, à l’initiative du duc d’Olivarés, la pression fiscale sur le Portugal, créant ainsi les conditions de la révolte que les perspectives d’annexion pure et simple à l’Espagne vont précipiter.


1622 : Perte d’Ormuz.


1624 : Prise de Bahia par les Hollandais.


1628 : Désastre de Matanzas. La flotte espagnole de l’or est prise par les Hollandais, ce qui entraîne des pertes financières très lourdes pour l’Espagne et le Portugal.


1628-1631 : Émeutes populaires à Lisbonne, Porto, Santarem et Setubal pour protester contre l’aggravation de la pression fiscale et contre le logement des gens de guerre.


1630 : Au Brésil, les Hollandais s’emparent d’Olinda et du Pernambouc.


1634 : Marguerite de Savoie, duchesse de Mantoue, reçoit la vice-royauté du Portugal. Elle est secondée par Miguel de Vasconcellos qui fait rapidement l’unanimité de l’opinion contre lui. C’est alors le Portugal qui fait surtout les frais, sur le plan colonial, des difficultés de la couronne espagnole dont les exigences fiscales augmentent, ce qui ne peut que réveiller le sentiment national alimenté par la rumeur selon laquelle le jeune roi Sébastien ne serait pas mort au Maroc en 1578 et pourrait réapparaître.


1637 : Révolte antifiscale d’Evora contre un nouvel impôt. Les Hollandais s’emparent de Sao Jorge de La Mina sur la côte du golfe de Guinée.


1er décembre 1640 : Les partisans du duc Jean de Bragance s’emparent du palais royal de Lisbonne et déclenchent une insurrection qui gagne rapidement les campagnes.


15 décembre 1640 : Le duc de Bragance reçoit l’acclamaçào et prend le nom de Jean IV de Portugal. Il prête serment devant les Cortes le 28 janvier 1641.

Page précédente Page suivante
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter