Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Hué
Capitale impériale de l'Annam
De l'Annam au Viet Nam
Il est de coutume de comparer le territoire du Viet Nam à la palanche, cette perche de bois munie d'un seau ou d'un panier à chaque extrémité que l'on rencontre toujours sur les marchés vietnamiens. Si le Tonkin et la Cochinchine en sont les larges extrémités, l'Annam en est la partie centrale et plus étroite. Au niveau de Hué, le pays ne fait guère plus de 50 kilomètres de largeur. L'histoire de la ville remonte au IIIe siècle avant notre ère, lorsque Tsin Che Houang Ti, le Premier Empereur, étendit l'influence de la Chine vers la péninsule indochinoise. Tay Quyên, tel était alors le nom de Hué, n'était qu'une place forte aux marches de l'empire, mais elle tomba aux mains du royaume indianisé du Champa en 284. L'affaiblissement de ce dernier, dû en particulier aux affrontements avec le royaume khmer d'Angkor, permit au royaume du Dai Viet de s'emparer la région de Hué en 1036, pour la confier au XVIe siècle au clan des Nguyen. Les luttes intestines ne permirent pas le développement de la ville jusqu'à ce que Nguyên Anh, seigneur de Hué, luttant contre la révolte des Tay Son avec l'aide de quelques volontaires français et le soutien de Mgr Pigneau de Béhaine, ne remporte la victoire finale et ne fasse l'unité du pays, pratiquement dans ses frontières actuelles, et ne lui donne le nom de Viet Nam. Devenu l'empereur Gia Long, il décida d'établir sa capitale à Hué, fief de ses ancêtres.

La ville géomantique
Contrairement à Hanoi ou Saigon, la ville de Hué est lovée dans un petit bassin entouré de montagnes verdoyantes et traversée par le Song Huang, la "Rivière des Parfums" qui lui confère un charme indéniable. Gialong voulut que sa capitale soit toute chargée de symboles. Son premier acte fut d'y faire transférer les autels de ses ancêtres, de la ceinturer de fortifications à la Vauban percée de dix portes, mais il fit surtout appel à des mandarins férus de géomantique chinoise pour aménager la cité. Hué est entourée de cinq collines qui symbolisent les cinq éléments (bois, feu, air, métal, eau). La colline sud joue le rôle de "l’Ecran Royal" qui protège des influences magiques néfastes.

Le centre du pouvoir
Orientée selon les points cardinaux, sur la rive gauche de la rivière, la cité impériale est organisée selon les trois cercles concentriques du pouvoir : la "citadelle", domaine de la hiérarchie mandarinale, la cité impériale, domaine de la famille impériale et des conseils dynastiques, et la cité Pourpre, domaine réservé de l'Empereur. Chacun de ces cercles était lui-même divisé selon l'axe est-ouest, respectant le Yang et le Yin : d'un coté les services de l'empereur, des Princes et des mandarins militaires, de l'autre, celui des femmes et des concubines. Mais aujourd'hui, lorsque l'on franchit l'imposante porte, surmontée du Pavillon des Cinq Phénix, on trouve un vaste parc où se dressent le palais de la Paix suprême, ancienne salle du trône, le hall des mandarins, les temples des ancêtres et quelques délicats pavillons, mais rien ne subsiste de la cité pourpre, sauf les neuf urnes dynastiques de bronze sculpté qui sont de véritables chefs-d'œuvre. En effet, la cité impériale de Hué fut le théâtre de combats d'une extrême violence en 1968, lors de la grande offensive du Têt.

Les mausolées impériaux
Selon la tradition héritée de la Chine, c'était le culte des empereurs défunts qui devait assurer la pérennité de la dynastie. Les tombeaux impériaux, véritables "palais" calqués dans leur conception sur le ceux des vivants, s'échelonnent le long de la Rivière des Parfums, de l'amont vers l'aval selon l'ordre des règnes. Ils permettent de suivre pas à pas l'évolution des styles architecturaux, depuis celui de Gia Long et de Minh Mang, très chinois dans leur conception, au parc paysager admirable qui sert d'écrin au tombeau de Tu Duc. Quant à l'étrange éclectisme du tombeau de Khai Dinh, vietnamisation presque surréaliste d'un surprenant néo-baroque européen, il traduit l'influence prépondérante de la France qui avait alors établi son protectorat sur l'Annam.

Une ville attachante
Hué perdit son statut de capitale lors de l'abdication du dernier empereur Bao Dai en 1945. Même si la ville a souffert durant la guerre du Vietnam de sa proximité avec le 17e parallèle, elle a échappé à la croissance frénétique qui s'est emparée de Saigon puis d'Hanoi et compte aujourd'hui moins de 400 000 habitants. Ville universitaire qui est considérée à juste titre comme la capitale intellectuelle du Vietnam, Hué allie le charme d'une ville provinciale avec le prestige propre aux anciennes capitales et la séduction des anciennes villes coloniales. Pagodes chargées d'histoire comme le temple Hôn Chen ou la pagode Tu Dam, hautement symboliques comme la pagode de la Dame céleste Thien Mu, maisons coloniales et cathédrale Notre-Dame, achevée en 1942 en style franco-vietnamien, marché Dong ba, l'un des plus traditionnels du Vietnam, la silhouette d'une suprême élégance des étudiantes qui portent encore l'ao dai... tout concourt à faire de Hué l'un des séjours les plus attachants du Viet Nam.
Pour visiter Hué avec Clio
CV 32 - 16 jours

Longtemps considérée comme la perle extrême-orientale du défunt empire colonial français, l’Indochine réunissait alors, du fait des hasards de l’Histoire, des mondes et des peuples différents, en une ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter