Logo Clio
Service voyages
Service voyages
La mosquée de Soliman
Chef-d’œuvre de Sinan
Une longue tradition architecturale
Originaires d’Asie Centrale, les peuples turcs apparurent au premier plan de l’Histoire lorsqu’Alp Arslan, arrière-petit-neveu de Seldjouk, fonda l'empire des Grands Seldjoukides, centré sur la Perse. En 1071, il vainquit les Byzantins à Manzikert : les Turcs prenaient pied en Anatolie. Lorsque, l'empire s'affaiblit et se divisa, la branche anatolienne des Seldjoukides de Roum – roum pour « romain » puisqu'installés sur les anciens territoires des Romains – continua à prospérer autour de Konya. Ils étaient les héritiers d'une longue tradition architecturale initiée sur ces territoires par les architectes arméniens et byzantins, et construisirent de nombreux mausolées et mosquées, jouant savamment de l'alternance de pierre et de brique. Après que le royaume seldjoukide se fut effondré sous la pression des Mongols, la dynastie des descendants d'Osman, les Ottomans, allait progressivement, au départ de leur principauté de Brousse, imposer sa domination sur l'Anatolie. Les Ottomans reprirent l'héritage architectural des Seldjoukides, comme l'atteste la grande mosquée, Ulu Camii, de Brousse, avec sa grande salle de prière rectangulaire dont les travées sont surmontées d'une rangée de petites coupoles sur pendentifs.

Les Turcs à Constantinople
Après avoir déjà largement pris pied sur le continent européen, Mehmet le Conquérant s'octroya la gloire en s'emparant de Constantinople en 1453. Un sultan turc occupait le trône des Césars et des basilei ! Les grands sultans ottomans, de Mehmet à Soliman le Magnifique, eurent alors pour ambition de recueillir à la fois l'héritage musulman, persan et méditerranéen. Les architectes turcs furent toujours fascinés par la coupole, et une première tentative de la magnifier avait déjà été réalisée à Edirne, la première capitale européenne des Ottomans, dans la mosquée Üç Serefeli, mais elle était encore loin d'égaler la plus fantastique des réalisations byzantines qu'ils avaient alors devant les yeux : Sainte-Sophie.

Mimar Koca Sinan
Le « grand architecte Sinan » est né aux environs de 1489 dans une famille chrétienne – il se nommait alors Joseph  –, mais, recruté par les Turcs pour recevoir l'éducation des janissaires, il avait été fait musulman. Il fit d'abord carrière d'officier dans l'armée. Ses talents d'ingénieur et d'architecte lui valurent de construire, après nombre de forts et de ponts, une première mosquée à Alep, au cours de la campagne de Syrie. En 1539, il fut nommé architecte de la cour et commença à orner Istanbul de petites mosquées, de medersa, d'hôpitaux... En 1548, il acheva la réalisation de la mosquée Þehzade, qu'il considérait comme l'aboutissement de ses années d'apprentissage : son vaste dôme y est contrebuté par deux grandes demi-coupoles, elles-mêmes renforcées par une multitude de petits dômes adventices. Plus personne ne doutait encore qu'il fût le plus grand architecte ottoman.

Sainte-Sophie, tu es vaincue !
Voilà ce que pensa Soliman le Magnifique lorsque Sinan acheva, en 1557, la construction de la Süleymaniyé. Dédiée au prestigieux sultan, c'est, avec son dôme de 27 mètres de diamètre renforcé de deux demi-coupoles, la plus grande mosquée jamais construite dans l'Empire ottoman. L'équilibre de ses proportions est admirable et sa silhouette flanquée de ses quatre minarets altiers, qui se dresse sur la plus haute colline d'Istanbul, dominant la Corne d'or, est le symbole le plus marquant de la ville. On y pénètre par une cour pavée de marbre, ornée d'une fontaine d'ablutions – un þadýrvan – et entourée d'un portique dont les vingt-huit dômes sont supportés par des colonnes antiques. Mais c'est à l'intérieur que se révèle tout le génie de Sinan. Les massifs « pieds d'éléphants » qui supportent le poids du dôme se remarquent à peine et la coupole semble suspendue dans les cieux tandis que ses trente-deux fenêtres laissent la lumière inonder la salle de prière. Les poètes la tenaient pour l'achèvement de la splendeur et de la joie. L'esthète d'aujourd'hui y verra la cristallisation parfaite de lignes pures, immobiles et intangibles dans l'espace et le temps. Quand Sinan mourut en 1588, il avait encore réalisé d'autres chefs-d’œuvre, tels que la Selimiyé d'Edirne, la mosquée Rustem Pacha, sur les rives de la Corne d'or, la mosquée Sokollu Mehmed Pasha ou les remarquables cuisines du palais de Topkapi...
Partir en voyage avec Clio
TR 31 - 14 jours

Des côtes de l’Egée aux hautes terres de la Cappadoce, le territoire de l'actuelle Turquie a vu se succéder plusieurs grandes civilisations dont chacune a marqué de son empreinte les littoraux ensoleillés ... Découvrir ce voyage
TR 38 - 7 jours

Etablie sur le Bosphore, là où les rivages de l’Europe et de l’Asie se rapprochent, l’antique Constantinople, installée sur le site retenu près de deux millénaires auparavant par les colons grecs venus ... Découvrir ce voyage
Nos chronologies
La Turquie
De l'Asie Mineure ancienne à l'époque contemporaine

Anatolie (pays du Soleil levant) pour les Grecs, province d’Asie pour les Romains et Asie "mineure" pour les Byzantins, les terres – étendues du littoral ...
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter