Logo Clio
Service voyages
Service voyages
La forteresse de l'Inca
Le plus célèbre et prestigieux des empires andins fut sans conteste celui des Incas. Il émergea au XIIIe siècle, se structura vers 1350 sous le règne d'Inca Roca qui établit sa capitale à Cuzco, et disparut sous les coups des conquistadors espagnols de Francisco Pizarro en 1532. Cependant, son histoire fut marquée à de nombreuses reprises par des querelles de succession qui poussèrent à la révolte les peuples tombés sous la domination de l'empire. C'est ainsi que, lorsque Viracocha Inca évinça de sa succession l'héritier légitime Kusi Yupanqui au profit de son second fils Urco, la puissante tribu des Chancas attaqua la cité de Cuzco. Viracocha et Urco s'enfuirent, mais Yupanqui réussit à défendre la cité et à mettre en déroute les Chancas à la bataille de Yahuar Pampa – « la plaine de sang » – qui vit le massacre de milliers de guerriers rebelles. Yupanqui reçut alors le titre impérial sous le nom de Pachacutec. Ayant constaté la vulnérabilité de Cuzco, il décida de renforcer les défenses de la ville en faisant édifier à deux kilomètres de celle-ci – à 3 700 mètres d'altitude, c'est-à-dire à 230 mètres au-dessus de la cité qu'elle devait protéger – une forteresse défendant l'accès à la vallée qui y conduisait. On disait que Cuzco affectait la forme d'un puma, animal sacré des Incas, et que la citadelle de Sachsahuaman en était la mâchoire. L'architecte Huallpa Rimachi fut chargé de sa construction. Il fallut quatre-vingts ans pour arriver au bout, sous le règne de Huayna Capac, de cette gigantesque entreprise. On estime que vingt mille hommes étaient présents sur le chantier, mobilisés grâce le système du mit'a – la corvée obligatoire – que les souverains incas imposaient aux paysans.

Un modèle d'architecture cyclopéenne
Citadelle entourée de puissants remparts à trois gradins, Sachsahuaman comportait une grande place centrale entourée de trois grands bâtiments, peut-être des tours. La tour Muyomarca qui devait servir de résidence pour l'Inca, celle de Paucamarca , dont la structure est en étoile, dédiée au dieu solaire, tandis que la dernière, Sullamarca avait vocation à stocker armes et vivres, accumulés pour faire face à un éventuel siège. Si ces ouvrages sont aujourd'hui complètement arasés, Sachsahauman reste un site impressionnant par la structure de ses remparts. Au nombre de trois, édifiés parallèlement sur une longueur de 360 mètres, percés de portes trapézoïdales, ils affectent un plan en zigzag et sont constitués de blocs cyclopéens de forme variée, soigneusement encastrés les uns dans les autres et pouvant peser jusqu'à 300 tonnes. Le plus grand de ces blocs mesure 8,2 mètres de hauteur sur 5 mètres de large et 4 mètres d'épaisseur ! Les archéologues discutent encore des moyens employés par les Incas qui, comme les Egyptiens contemporains des pyramides, ignoraient la roue, pour transporter ces blocs de pierre depuis la carrière qui se situait à une quinzaine de kilomètres du site. La technique qui leur permit aussi de tailler et d'ajuster ces pierres avec une exceptionnelle précision fournit également la matière à de vifs débats. L'Espagnol Sancho Pedro de la Hoz écrivait en 1533 : « Dans tout le pays, vous ne trouverez pas de murailles aussi magnifiques. [...] Ni l'aqueduc de Ségovie, ni aucune autre construction réalisée par Hercule ou par les Romains ne peut être comparée à celle-ci. »

Inti Raymi
Face à la forteresse, de l'autre côté d'une vaste esplanade, des sièges furent taillés dans un rocher de forme arrondie, sièges qui étaient, dit-on, occupés par l'Inca et sa cour lors des grandes cérémonies qui marquaient le solstice d'hiver, la renaissance du soleil, le dieu Inti, et l'année nouvelle chaque 24 juin. Interdite en 1572 par le vice-roi Francisco de Toledo, elle avait cependant été décrite auparavant par le chroniqueur espagnol Garcilaso de la Vega. C'est sur la base de cette description que, depuis 1944, une reconstitution est organisée chaque année à Sachsahuaman. Si elle attire les visiteurs, la fête de l'Intiraymi est avant tout ressentie comme une affirmation de l'identité des communautés Quechuas et Aymara et célébrée avec ferveur. Des milliers de personnes, en costume traditionnel, se rassemblent à Cuzco devant les vestiges du temple du Soleil, le Coricancha, pour se rendre sur l'esplanade de Sachsahuaman, en portant le personnage symbolisant l'Inca sur un trône d'or et d'argent, entouré de grands prêtres et de nobles, eux-mêmes vêtus de costumes rehaussés d'or et d'argent. Après le sacrifice rituel du lama blanc, dont on attend qu'il garantisse la fertilité de la terre, « l'Inca » prononce l'invocation au soleil, la musique s'élève et commencent alors les danses exécutées avec ferveur dans un impressionnant tourbillon de couleurs...
Pour visiter le Pérou avec Clio
PE 32 - 18 jours

Le Pérou, ce sont d’abord des paysages impressionnants, ceux de l’altiplano central, des sommets enneigés des Andes, des rives du lac Titicaca ou d’un littoral pacifique aux allures désertiques, ponctués ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter