Logo Clio
Service voyages
Service voyages
La Namibie
Le désert et les hommes
La Dame blanche
« ... Celui qui vous livre cet ouvrage revient du bout de l’Afrique où l’attendait, peinte au creux d’une roche depuis des millénaires, une très ancienne jeune fille. Eternellement elle y marche, jeune, belle et souple, d’une allure presque aérienne. Aux anciens jours, tous, parmi les siens, ont aussi marché, des siècles durant, et pas seulement les hommes, mais les oryx, les springboks, les autruches, les girafes, les éléphants et les rhinocéros que dirigeait sa magie. » ainsi l'abbé Breuil parlait-il au soir de sa vie, après avoir découvert dans les gorges du Tsisab, au cœur des monts du Brandberg, la « Dame blanche », au sein d'un fabuleux trésor de peintures rupestres, réalisées par les ancêtres des Bochimans et des Hottentots qui peuplaient l’Afrique australe avant que ne vinssent s’y installer les envahisseurs bantous. Ces chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire ont aussi laissé en Namibie, à Twyfelfontein, l’un des plus beaux ensembles de gravures rupestres de l’Afrique australe, figurant girafes, lions, antilopes, et le fameux Kudu dansant anthropomorphisé.

Le désert et le désert
Le nom Namib, signifie, en langage nama, « le grand néant ». La position de la Namibie sous le tropique du Capricorne, conjuguée à la présence, le long de la côte atlantique, du courant marin froid de Benguela, a donné naissance à un curieux désert où, s'il ne pleut jamais, les brouillards sont très fréquents, permettant ainsi, sur la frange littorale, à une végétation de lichens et de petits arbustes de prospérer, ainsi qu'à cette plante unique, la welwitschia, qui peut vivre plus de 1 500 ans. Le désert de Namib offre des paysages à couper le souffle : les dunes rouges de Sossusvlei, peut-être les plus hautes du monde avec leurs 300 mètres de hauteur, les vertigineux canyons asséchés de Kuiseb et de la Swakop. Plus à l'est, bien qu'aride, le Kalahari, exploré en 1849 par Livingstone, n'est pas vraiment un désert. Le fleuve Okavango, né dans les monts d'Angola, vient se jeter au Bostwana dans une vaste dépression endoréique, donnant naissance à une vaste zone de marais où se rassemble le gibier qui fournit durant des millénaires la provende des Bochimans.

Des animaux...
Si éléphants et girafes ont maintenant déserté le Kalahari, on peut toujours y rencontrer gazelles, antilopes, guépards et d'innombrables chiens de prairie, mais c'est plus au nord que l'on peut visiter l'une des plus vastes et plus riches réserves d'Afrique, le parc national d'Etosha, qui fut créé dès 1907. La présence d'un lac intermittent en son cœur en fait un lieu de migration privilégié pour des millions d'oiseaux, en particulier des flamants roses, mais attire aussi des hordes d'éléphants, de zèbres, de gnous, de springboks, d'oryx, de girafes, d'impalas suivis, naturellement de lions, de guépards... Il n'est pas rare non plus d'y apercevoir un grand koudou ou un rhinocéros.

...et des hommes
Les « premiers » habitants de la Namibie étaient des chasseurs-cueilleurs semi-nomades et des éleveurs dont les descendants directs sont les Bochimans – ou Bushmen – et les Hottentots, locuteurs d'une langue originale reposant sur des clics consonantiques, le koisan. S'ils ne représentent plus que 2 % de la population, ils en restent le symbole. Puis arrivèrent en Namibie, au début du Ier millénaire avant notre ère, les Namas et les Damaras. La côte namibienne fut abordée pour la première fois par le navigateur portugais Diego Cão en 1486, mais ce ne fut que durant le siècle suivant que l'on assista à la grande migration des Bantous ovambos, kavangos et hereros qui s'installèrent dans le pays et qui représentent aujourd'hui 75 % de la population namibienne.

Un épisode colonial
En 1824, sous la conduite de Jonker Afrikaner, un Oorlam, c'est-à-dire un homme issu de l'union d'un Boer avec une femme indigène, imposa, non sans difficulté, sa domination à l'ensemble des peuples de Namibie et fonda la cité de Windhoek. Cette période d'indépendance, marquée par l'arrivée de colons boers réfugiés du Transvaal, prit fin lorsque les Allemands s'emparèrent du pays pour en faire une colonie en 1884. Bien qu'elle s'achevât en 1918, la colonisation allemande marqua profondément le pays, dont l'allemand était encore une des langues officielles en 1990, et lorsque l'on visite Swakopmund, on pourrait se croire dans une station balnéaire de la Baltique !
Pour visiter la Namibie avec Clio
NA 50 - 15 jours

Ce voyage en Namibie vous entraîne dans un autre monde. Deux millions d'habitants se partagent cet immense territoire où le Gondwana s'est brisé il y a des millions d'années quand l'Afrique et l'Asie ... Découvrir ce voyage
Pour visiter la Namibie avec Clio
La Namibie, des premiers Bushmen à l'indépendance
par Bernard Lugan

Si l’appellation « Namibie » n’apparut officiellement qu’en 1968, sous l’égide de l’ONU, pour remplacer celle de « Sud-Ouest africain », le territoire qu’elle recouvre, bie... Lire l'article

 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter