Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Palenque
Une cité maya ressuscitée au coeur de la jungle
Les mayas révélés
« Au moment où fut abattue la dernière cloison, j’eus l’étrange sentiment de pénétrer dans le temps, un temps qui s’était arrêté il y a six cents ans. Étrange sentiment en vérité auquel n’était sans doute pas étrangère la pensée que la crypte était restée telle qu’elle était depuis tant de siècles, à l’exception des stalactites et des stalagmites construits par l’eau, et que nos yeux étaient les premiers à découvrir ce qu’avait vu le dernier prêtre maya en s’en allant... ». C’est en ces termes que l’archéologue Albert Ruz l’Huillier relate dans quelles conditions fut réalisée à Palenque, en juin 1952, l’une des plus fantastiques découvertes survenues dans l’aire culturelle maya. Le site avait été auparavant reconnu dès la fin du XVIIIe siècle par l’alcalde du bourg voisin de Santo Domingo accompagné par un architecte italien, Antonio Bernanconi, qui employa pour la première fois en 1784 le nom de Palenque, qui signifie "palissade" et constitue la traduction approximative du nom indigène Otulum signifiant "maison fortifiée". Le site peut fut signalé dans l’Histoire du Nouveau Monde de Juan Bautista Munoz publiée peu après. Bâtie sur les collines de la partie nord du Chiapas, presque à la frontière de l’Etat mexicain du Tabasco, Palenque apparaît comme l’un des premiers sites archéologiques qui nous ont permis de mieux connaître la civilisation maya. Chargé d’explorer les ruines en 1787, José Antonio del Rio dégagea avec un peu trop de zèle la végétation recouvrant les monuments, qui furent gravement endommagés, et il fallut attendre 1822 pour voir son rapport de fouilles publié à Londres, ce qui permit à l’Europe de découvrir l’existence de cet ensemble de ruines qu’avait cependant déjà signalé Humboldt dans son célèbre Voyage en Amérique équinoxiale. Plusieurs voyageurs vinrent visiter les lieux au cours des années 1830 et le président mexicain Antonio Lopez de Santa Anna peut affirmer « que les temples et les monuments de Palenque sont dignes d’être comparés aux pyramides d’Egypte. » John Lloyd Stephens et Frédérick Catherwood puis le Français Désiré Charnay se rendirent ensuite sur place et contribuèrent à populariser l’existence de cette cité mystérieuse perdue au coeur de la jungle. De nombreux autres archéologues vinrent étudier ces vestiges majeurs de la civilisation maya mais c’est à Albert Ruz L’Huillier que revint de réaliser la découverte la plus spectaculaire, qui suscita un engouement pratiquement comparable à ceui qui avait accompagné, une trentaine d’années plus tôt, la découverte du tombeau de Toutankhamon.

Le temple des inscriptions
L’édifice le plus imposant, le Grand Palais, se dresse au centre de la ville, construit sur une plate-forme artificielle et doté d’une tour de guet de plusieurs étages. Les autres monuments remarquables sont le Temple du Comte et celui des Inscriptions, ainsi baptisé en raison du nombre d’épigraphes sculptés sur ses murs. Il faut ajouter, disposés autour d’une place, le temple de la Croix, celui du Soleil et celui de la Croix feuillue. C’est dans le temple des Inscriptions, daté de la fin du VIIe siècle, qu' Albert Ruz L’Huillier remarqua, dans le sol du sanctuaire installé au sommet du monument de vingt et un mètres de haut, une dalle "suspecte". Une fois soulevée, celle-ci révéla l’existence d’un escalier dont le dégagement fut très long. Quarante-six marches plus bas, un palier ouvrait sur un autre escalier de vingt et une marches conduisant à plus de vingt-quatre mètres de profondeur. Le dégagement d’un mur permit d’accéder à une sépulture collective abritant six squelettes dont celui d’une femme. Un peu plus loin, l’enlèvement d’une autre dalle permit d’accéder à une crypte surmontée d’une voûte en encorbellement contenant un sarcophage de pierre long de trois mètres, large de deux et haut d'un, fermé par un couvercle décoré d’un bas-relief formé d’un motif central encadré d’une frise de signes astronomiques symbolisant le Soleil et les planètes. Le sarcophage contenait les restes d’un personnage auquel était consacrée la crypte. Un homme de grande taille âgé d’une quarantaine d’années dont le corps avait été enveloppé dans un suaire portant de nombreux bijoux et un fabuleux masque en jade rehaussé de lamelles de coquillages et d’obsidienne qui avaient permis de figurer les yeux. Le crâne était ceint d’un diadème formé de quarante-deux disques en jade, avec un pendentif représentant Zotz, le dieu chauve-souris. Les blocs de pierre soutenant le sarcophage étaient décorés de reliefs en stuc figurant peut-être les Neuf Seigneurs de la Nuit et du Monde souterrain. Cette découverte a placé Palenque au tout premier rang des grands sites mayas et a rendu sa visite incontournable pour tous ceux qui souhaitent découvrir cette civilisation étrange, disparue pendant plusieurs siècles de la mémoire de l’humanité.
Pour visiter Palenque avec Clio
MX 32 - 16 jours

Du Mexique au Guatemala en passant par le site de Copán au Honduras, du haut plateau mexicain aux volcans du Guatemala, de la jungle du Petén aux terres arides du Yucatan, ce voyage vous offrira la découverte ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter