Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Chichen Itza
Le dernier apogée des Mayas
Les Mayas au Yucatan
Bas plateau de calcaire corallien entre le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes, la péninsule du Yucatan présente des paysages contrastés du nord au sud. En effet, dans cette région chaude, les précipitations abondantes au sud y permettent le développement d'une forêt tropicale dense, mais, au nord, les pluies étant bien plus rares et le sol calcaire perméable, la végétation est celle d'une steppe à plantes xérophiles. Les traces archéologiques les plus anciennes de la civilisation maya remontent au IIe millénaire av. J.-C., quand apparurent les premiers sites de sédentarisation liés au développement de la culture du maïs, des pois et des courges. Un peu avant le début de notre ère, les Mayas manifestèrent une activité architecturale intense et les premières grandes cités commencèrent à apparaître dans les régions forestières méridionales : Tikal, Copan, Uaxactun, Palenque, etc. La population maya atteignit certainement plus de deux millions de personnes et, au Ve siècle, ses membres s'établirent aussi dans les régions arides du Yucatan grâce à la présence de puits karstiques naturels : les cénotes. Le nom même de Chi Chen signifie « bouches de puits ».

Chichen Viejo
Le site fut vraisemblablement fondé par les Mayas de la période préclassique vers le VIe siècle de notre ère comme l’attestent les monuments les plus anciens qui forment l'ensemble nommé Chichen Viejo – Chichen le Vieux – qui occupe la partie sud du site. La maison des Nonnes, la Casa colorada et l'église, ainsi que les nommèrent les conquistadores, le temple des Panneaux et le temple du Cerf furent vraisemblablement construits entre les VIe et Xe siècles et ressortissent du style maya puuc qui s'était développé dans la région d'Uxmal. Ces bâtiments de forme généralement rectangulaire sont caractérisés par une solide structure en blocage de pierre et de mortier, recouverte de fines plaques de pierres de parement sculptées de motifs variés : croisillons colonnades, grecques, masques au nez protubérant, peut-être représentation de Chac, le dieu maya de la pluie ou figuration de jaguars, aigles et serpents, emblèmes des castes guerrières.

Le Caracol
Non loin du cénote Xtoloc, qui alimentait la ville en eau potable, se dresse un étrange édifice, pratiquement le seul bâtiment circulaire de l'architecture maya. Doté d'un escalier en spirale, les Espagnols l'appelèrent « le Colimaçon », el Caracol. Il s'agissait certainement d'un observatoire astronomique, sa façade principale étant orientée exactement sur la position la plus septentrionale atteinte dans le ciel par la planète Vénus tous les huit ans. La construction du Caracol semble remonter au début du Xe siècle et sa conception présente un mélange de style maya puuc avec des éléments toltèques. Cette période fut en effet marquée par de profonds bouleversements dans l'origine reste encore hypothétique. Les grands centres mayas du Sud furent abandonnés au profit des cités du Yucatan qui furent elles-mêmes dominées par des envahisseurs venus du plateau mexicain, les Itza, sous la conduite de chefs toltèques.

La cité maya-toltèque
Chichen Itza devint alors la capitale d'un petit empire marqué par les conceptions religieuses, sociales et artistiques des Toltèques. C’est à cette époque que fut édifiée, recouvrant un temple dédié au seigneur jaguar, el Castilo – la grande pyramide de Kukulkan, le serpent à plume similaire au Quetzalcóatl des Aztèques – ainsi que le temple des Jaguars qui domine le jeu de pelote dont les bas-reliefs représentent les têtes tranchées des joueurs de l’équipe perdante (ou, selon certains spécialistes, celles des gagnants !). Ce fut certainement à cette période que fut introduite la pratique des sacrifices humains : le ventre plat des chac-mool, curieuses statues représentant une divinité à demi couchée, la tête perpendiculaire au corps, servait certainement à recevoir le cœur encore palpitant des sacrifiés. Les recherches effectuées dans le grand cénote sacré, au nord, ont livré également les restes d'une centaine de victimes humaines, mais aussi des disques d'or ciselés avec art témoignant de la fusion des deux cultures, toltèques dans leurs thèmes, mais mayas par la finesse de leur exécution.

Déclin
Au XIIIe siècle, Chichen Itza fut progressivement éclipsée par la nouvelle capitale, Mayapan. Vers 1450, après une période de guerre civile et de rébellion aristocratique, les cités mayas-toltèques du Yucatan furent abandonnées et la jungle reprit rapidement ses droits. Lorsqu'arrivèrent les conquitadores, les Mayas ne vivaient plus que dans des bourgs disséminés dans la campagne. Le site fut redécouvert puis fouillé dès la fin du XIXe siècle, en particulier par Edward H. Thompson, un Américain qui acheta l’ensemble du site en 1904.
Pour visiter Chichen Itza avec Clio
MX 32 - 16 jours

Du Mexique au Guatemala en passant par le site de Copán au Honduras, du haut plateau mexicain aux volcans du Guatemala, de la jungle du Petén aux terres arides du Yucatan, ce voyage vous offrira la découverte ... Découvrir ce voyage
Chronologie du Mexique
Le Mexique
Terre de tous les extrêmes

De tous les pays nés de la prodigieuse aventure ibérique, le Mexique est sans doute celui qui exerce sur les imaginaires européens la fascination la plus ...
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter