Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Saint-Pierre de Rome
De la basilique de Constantin à celle de Bramante et Michel-Ange
Monument d'une majesté et d'une force spirituelle incomparable, la basilique Saint-Pierre de Rome est l'édifice religieux le plus important de l'Eglise latine. Elle est la première des quatre basiliques majeures de Rome qui comptent aussi Saint-Jean de Latran, Sainte-Marie-Majeure et Saint-Paul-Hors-les-Murs. Inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité, elle est considérée comme la plus grande réalisation architecturale de son temps, l'œuvre de Rome par excellence, fabuleux reliquaire de son histoire et de son art.

« Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise. » (Evangile selon saint Matthieu)
En l'an 64 de notre ère eut lieu un immense incendie qui ravagea Rome. Néron en rejeta la responsabilité sur les chrétiens qui furent livrés par centaines au supplice dans le cirque de Caligula. La tradition place le martyre de l'apôtre saint Pierre en cet endroit. En 68 après J.-C., Constantin, le premier empereur chrétien, décida la construction d'une église sur ce lieu pour vénérer le tombeau du prince des apôtres. Il fit bâtir une vaste basilique classique comportant une nef de 103 mètres, un chœur, une abside et deux doubles bas-côtés. C'est là que Charlemagne, le roi des Francs, fut couronné empereur du Saint Empire romain au cours de la nuit de Noël de l'an 800.

L'œuvre des plus grands artistes de la Renaissance et du Baroque
Pendant le schisme d'Avignon au XIVe siècle, lorsque Rome fut abandonnée, la basilique, qui avait déjà plus de mille ans, menaçait de tomber en ruine. Le pape Jules II posa en 1506 la première pierre d'un nouveau sanctuaire dont l'édification dura plus d'un siècle, et à laquelle participèrent les grands architectes de la Renaissance et du Baroque. L'objectif était de reconstruire la plus grande église de la Chrétienté occidentale, héroïque, colossale et coiffée d'un immense dôme.
La « fabrique de Saint-Pierre » fut ainsi dirigée par les artistes les plus célèbres de l’époque : depuis Raphaël qui, aux environs de 1514, décida de transformer le plan initial en croix grecque de Bramante en une croix latine, à Antonio da Sangallo le Jeune et à Michel-Ange, sous le pontificat de Paul III, qui choisirent de reprendre le projet d’origine d'une qualité essentielle, pour lui donner une toute autre ampleur. Michel-Ange dessina notamment les plans de la coupole qui devait rivaliser avec celle conçue par Filippo Brunelleschi, un siècle plus tôt, pour la cathédrale Santa Maria del Fiore à Florence. Cependant, on doit surtout à Carlo Maderno l'aspect actuel du monument, l'architecte ayant choisi de revenir au plan basilical en croix latine, pour se conformer aux préceptes et aux rituels de la Contre-Réforme catholique. Il acheva aussi l'immense façade de la basilique, ornée de colonnes corinthiennes et d'un fronton central qui émerge d'un attique surmonté des statues du Christ, de saint Jean-Baptiste et de onze des apôtres.
Les travaux de la basilique se terminèrent par sa consécration solennelle sous le pontificat d’Urbain VIII en 1626. Enfin, Alexandre VII commanda, en 1656, au grand architecte baroque Le Bernin, le dessin et la réalisation du grand portique de la colonnade aux 140 statues qui encadre le parvis, avec, en son cœur, l’obélisque du Ier siècle avant J.-C.
Si Michel-Ange et Maderno étaient à l'origine d'une œuvre abstraite et dépouillée, le Bernin allait profondément marquer le cadre de la basilique en la décorant comme le plus magnifique des théâtres, insufflant dans ses nefs la force lyrique et triomphale de l'esprit baroque. Dans sa nef grandiose et ses onze chapelles, la basilique Saint-Pierre de Rome abrite également d'inestimables œuvres d'art, comme la Pieta de Michel-Ange ou l'immense baldaquin du maître-autel du Bernin.

Les grottes du Vatican et le tombeau de saint Pierre
Les grottes du Vatican, creusées en-dessous de l'église, renferment les tombeaux de rois, de reines mais aussi de nombreux papes depuis le Xe siècle. Mais le lieu le plus sacré demeure la sépulture de saint Pierre. En effet, les campagnes de fouilles archéologiques menées, dans les années cinquante, à l'initiative du pape Pie XII sous la crypte de la basilique, inaccessible depuis le IXe siècle, ont permis de retrouver la tombe de l'apôtre, consolidant ainsi fermement la tradition antérieure. Sous les autels superposés de Clément VIII, Calixte II et Grégoire le Grand, un modeste monument du IIe siècle, inséré dans les vestiges de la première basilique édifiée par Constantin a été découvert sur l'emplacement d'une tombe datée du Ier siècle. Il fut alors possible de lire sur l'un des murs le nom de Pierre griffonné en caractères grecs, avant de trouver, dans une cavité creusée en forme de niche, les reliques de l'apôtre.
Pour visiter la basilique Saint-Pierre avec Clio
IT 11 - 4 jours

L'Urbs, la Ville par excellence, capitale spirituelle des catholiques du monde entier, célèbre Noël comme nulle autre cité. Parsemée d'églises qui déclinent toute l'histoire de l'art chrétien, des premiers ... Découvrir ce voyage
IT 23 - 8 jours

C’est à travers un prodigieux patrimoine monumental et artistique que l’on peut redécouvrir, sur les rives du Tibre, l’histoire de l’Urbs, métropole d’un empire étendu de l’Atlantique à l’Euphrate, mais ... Découvrir ce voyage
A lire dans la bibliothèque de Clio
Le Vatican, son histoire et ses trésors
par Paul Poupard

De la tombe de Pierre sur laquelle se dresse la basilique Saint-Pierre, au successeur de Pierre dont la résidence a été érigée dans sa proximité immédiate, deux millénaires se sont inscrits en u... Lire l'article

 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter