Logo Clio
Service voyages
Service voyages
La basilique Saint-Marc
L'Orient en Occident
A la recherche d’un saint patron
Après la chute de l’Empire romain d’Occident, le Nord de l’Italie connut une histoire mouvementée, marquée par les invasions des Ostrogoths, la reconquête byzantine et la constitution de l’exarchat de Ravenne. A l’extrémité de ce qui est aujourd’hui le golfe de Venise, la cité maîtresse était Aquilée, mais elle succomba à l’invasion lombarde au VIIe siècle et la région fut ensuite soumise à l’Empire franc. Sa zone littorale, avec le port de Grado, resta en revanche sous influence byzantine. Bientôt, devant les assauts des Francs, les commerçants et marins qui maintenaient le contact avec Constantinople, se réfugièrent sur les îlots de la lagune. Venise était née, mais la rivalité avec Aquilée, maintenant étroitement liée à l’Empire germanique, poussa les Vénitiens à se doter d’un saint protecteur prestigieux et c’est ainsi qu’en 828, deux marchands vénitiens se rendirent à Alexandrie. Selon la tradition, ils y volèrent le corps de saint Marc au cours d’une épopée rocambolesque, cachant les précieux ossements dans un panier empli de viande de porc pour échapper au contrôle des officiers portuaires musulmans ! Les reliques de l’évangéliste furent reçues en grande pompe par le doge et installées non dans la cathédrale, mais dans la chapelle des doges, affirmant ainsi la dimension politique de cette translation.

D'une basilique à l'autre
Dès l’année suivante, le doge Giustiniano Particiaco fit un legs destiné à construire, sur le domaine de San Zaccharia, une basilique qui fut consacrée dès 832 ! Saint Marc fut alors solennellement intronisé saint patron de Venise et les armoiries de la ville s’ornèrent d’un lion, attribut de saint Marc, muni d’ailes. Cette première basilique était vraisemblablement un martyrium à plan en croix centrée, avec coupole, inspiré de l’architecture byzantine. Elle fut détruite par un incendie en 976, lors d’une insurrection populaire dirigée contre le doge Pietro IV qui était partisan de l’alliance germanique. Les doges qui lui succédèrent restaurèrent la basilique, mais Venise cherchant à affirmer son indépendance totale, il était intéressant, sur le plan politique, d’en faire la « Byzance de l'Occident » et, en 1060, le doge Domenico Contarini décida d'édifier une nouvelle basilique qui se démarquât de tout ce qui était fait jusqu'alors en Occident. La nouvelle basilique adopta donc une forme délibérément byzantine.

Une architecture inspirée de l'Orient
Achevée en 1094, la nouvelle basilique présente un plan en croix grecque, surmonté de cinq dômes, directement inspiré de celui de la basilique des Saints-Apôtres de Constantinople. Certainement réalisé avec la participation d'hommes de l'art byzantins, ce fut le premier édifice italien à être doté d'une coupole, forme qui connaîtra une brillante postérité !

Une décoration somptueuse
Dès l'origine, la basilique reçut également une décoration largement inspirée de l'art byzantin. Le sol, marqueté de verre et de marbre, reflète la douce lumière qui filtre par les petites ouvertures à la base des coupoles. Les mosaïques intérieures qui décorent toute la partie supérieure de la basilique – plus de 4 000 mètres carrés – furent réalisées jusqu'à la fin du XIIIe siècle. Mosaïques réalisées en tesselles de verre coloré ou enchâssant une feuille d'or ou d'argent, leur fond d'or valut à Saint-Marc le surnom de « basilique d'or ». Le programme iconographique, autour du Christ Pantocrator de l'abside, illustre des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, agrémentées d'éléments purement vénitiens. Derrière le maître-autel, la Pala d'Oro est une pièce d'orfèvrerie byzantine d'une facture et d'une richesse exceptionnelle, tandis que le jubé est un chef-d'œuvre du gothique vénitien dû à Jacobello et Pier Paolo dalle Masegne.

Une façade d'une richesse unique
Bien qu'ornée de mosaïques et par le groupe sculpté en porphyre des « Tétrarques » ainsi que par les quatre chevaux de bronze soustraits à l'hippodrome de Constantinople en 1204, la façade de Saint-Marc restait assez austère. Au XVe siècle, les coupoles furent, à l'extérieur, surmontées de nouveaux bulbes lui donnant une silhouette plus altière. Ses façades furent aussi profondément enrichies entre le XVIe et le XVIIIe siècle, mais en conservant le même esprit, comme en témoigne la remarquable mosaïque du Jugement dernier qui orne le tympan du grand portail, réalisée par Salandri en 1843.
Partir en voyage avec Clio
IT 10 - 4 jours

Jamais sans doute l’impressionnante châsse dorée que constitue la basilique Saint-Marc n’est aussi bien mise en valeur qu’à Noël, sous les lumières dansantes des milliers de cierges. Alentour, vous découvrirez ... Découvrir ce voyage
IT 101 - 4 jours

Nos rendez-vous artistiques à Venise vous proposent de retrouver la splendeur et tous les trésors de la cité des Doges, autour du palais qui fut le centre politique de la Sérénissime. Les ors miroitants ... Découvrir ce voyage
IT 56 - 5 jours

Palladio, à qui l’on doit San Giorgio et l’église du Rédempteur, fut appelé à concevoir pour l'aristocratie vénitienne les nombreuses villas qui, inspirées de Vitruve, ont imposé une architecture néoclassique ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter