Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Giuseppe Verdi
L'âge d'or de l'opéra italien
Emblème du génie musical italien, Giuseppe Verdi incarne l'âge d'or de l'opéra. Ses œuvres sont aujourd'hui programmées dans le monde entier et certains de ses thèmes sont devenus des incontournables de la musique lyrique, « la donna e mobile » (Rigoletto), les « Brindisi » de La Traviata ou la « Marche triomphale » (Aïda) constituant de véritables joyaux du chant.

La force d'un destin
Issu d'une famille modeste, Giuseppe est né en 1813 à La Roncole, près de Parme. Il est le fils de Carlo Verdi, aubergiste, et de Luisa, qui était fileuse. Après avoir fait preuve de dons artistiques précoces, il est admis, dès 10 ans, à l'école de musique de Busseto. C'est ensuite le riche et généreux commerçant Antonio Barezzi qui lui offrira la possibilité de poursuivre ses études à Milan. Pourtant, le conservatoire qui porte aujourd'hui son nom le refuse comme élève et le jeune musicien est alors contraint de prendre un maître en ville. Vincenzo Lavigna, compositeur et chef d'orchestre, se chargera ainsi d'enseigner la technique de l'écriture musicale au jeune Verdi pendant trois ans. Après ces débuts assez laborieux, Verdi devient en 1836 le maître de musique de Busseto et se marie avec Margherita, la fille de son protecteur. Mais les deux enfants nés de cette union périssent très jeunes dans des circonstances dramatiques. Terriblement éprouvés par ce deuil et accablés par les problèmes financiers, les Verdi s'installent à Milan.
Il était alors très difficile de mener une carrière de compositeur, la précarité du monde lyrique dans la première moitié du XIXe siècle ne garantissant que très peu d'espoir de succès ou de durée pour un artiste. Ecrit en 1839, son premier opéra, Oberto Conte di San Bonifacio, dans lequel la célèbre cantatrice Giuseppina Strepponi tient le premier rôle, saura néanmoins conquérir le public. Il signe alors un contrat avec le théâtre de la Scala de Milan qui l'engage pour plusieurs années. Mais cette heureuse perspective est vite assombrie par la mort de sa femme qui survient alors que le jeune compositeur n'a que 27 ans.
« Verdi a aimé et pleuré pour toute l'humanité » (Gabriele d'Annunzio). Doté d'un caractère énergique, combatif et d'une personnalité farouchement indépendante, le jeune musicien ne connaîtra cependant qu'une courte période de silence. Dès 1841, il compose Nabucco, un opéra qui sera représenté cinquante-sept fois en quatre ans, ce qui constitue un véritable record dans les annales milanaises. Sa réputation gagne alors toute l'Italie, et Verdi devient une figure de premier plan à Milan. Dès lors, les succès s'accumulent et les commandes affluent, selon une gestion avisée de sa carrière, le musicien étant habilement conseillé par sa compagne, la diva Strepponi.
C'est le début d'une série de triomphes, avec notamment sa trilogie populaire Rigoletto, Le Trouvère et La Traviata. Les Vêpres siciliennes et Don Carlos seront par la suite composés pour l'Opéra de Paris.
Au sommet de sa popularité, Verdi est devenu le chantre du Risorgimento. Profondément engagé dans la vie politique de son pays, il est libéral, nationaliste et sympathisant de Mazzini et de Garibaldi. Symbole du renouveau national, il sera considéré comme l'un des principaux représentants de la réunification de l'Italie. Il prêtera du reste volontiers son nom aux patriotes qui contournent la censure en couvrant les murs de « Viva Verdi », qui peut aussi signifier « Viva Vittoria Emmanuel Re d'Italia » !
Sa réputation de compositeur international lui vaudra enfin la commande d'une œuvre spéciale pour célébrer l'inauguration de l'opéra du Caire en 1871 ainsi que l'ouverture du canal de Suez, deux ans plus tôt : Aïda, l'ouvrage lyrique le plus populaire de Verdi.

Le repli
A partir de 1871, et durant les seize années qui vont suivre, il ne compose plus, à l'exception d'un requiem écrit à la mémoire de son ami, l'écrivain Manzoni. Il trouvera toutefois un regain d'inspiration dans le théâtre de Shakespeare qui le décide à reprendre la création lyrique. Il considère en effet le grand dramaturge comme un modèle de vie, de pensée et d'expression. Otello en 1887 et Falstaff en 1893 seront ses deux derniers opéras. Par la suite, Verdi ne quittera pratiquement plus sa maison. Malade et affaibli, il est emporté par une congestion cérébrale le 27 janvier 1901. Toute l'Italie est en deuil et les funérailles du grand musicien seront accompagnées par un chœur de neuf cents chanteurs, dirigés par un jeune chef d'orchestre en pleine ascension : Arturo Toscanini.
Personnage historique, Verdi apparaît aussi comme un compositeur moderne, son œuvre formant la synthèse de toutes les tendances de l'opéra italien. Héritier de la tradition du bel canto, il l'abandonnera progressivement au profit d'une expression vocale plus dramatique, pour répondre aux exigences du drame de la fin du XIXe siècle. Son dernier opéra, Falstaff, témoignera une dernière fois de ses stupéfiantes qualités de mélodiste, de sa finesse psychologique et de sa capacité unique à exprimer la spontanéité des émotions. Il livre ainsi, au terme de sa carrière, une parfaite association de la musique et du langage dramatique qui n'avait pas été réalisée en Italie avant Monteverdi. Autant de dons qui lui ont assuré l'immortalité.
Pour assister au Festival Verdi avec Clio
IT 103 - 3 jours

De la brillante cour ducale des Sforza à la Scala qui demeure la référence suprême en matière d'art lyrique, Milan à toujours su attirer et protéger les artistes qui ont laissé en héritage un patrimoine ... Découvrir ce voyage
IT 72 - 4 jours

Créé en 1913 à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Verdi, le festival d’art lyrique de Vérone s’est imposé comme l’une des plus importantes manifestations musicales européennes et, ... Découvrir ce voyage
IT 110 - 4 jours - du 22 au 25 mai 2013

Au sud de la baie de Naples, la côte Amalfitaine, classée au patrimoine mondial de l'humanité, vous offre ses sites spectaculaires dont le charme et le pittoresque demeurent irrésistibles. Vous séjournerez, ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter