Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Le nom de Capoue est indéfectiblement lié à un fameux épisode, devenu proverbial, des guerres puniques. En l'an 216 avant J.-C., l'armée carthaginoise d'Hannibal a franchi les Alpes avec ses éléphants et infligé une écrasante défaite aux Romains lors de la bataille de Cannes, livrée dans les Pouilles. Mais plutôt que de profiter de ce triomphe en allant sur le champ prendre Rome, affaiblie par ce désastre, Hannibal songe à donner du repos à ses troupes en attendant des renforts venus d'Afrique. Il s'installe donc pour l’hiver à Capoue où, selon le récite de Tite-Live, « les soldats carthaginois qui avaient résisté à toutes les souffrances succombèrent sous l'effet des plaisirs et des jouissances ». Au printemps suivant, leur armée alanguie est écrasée par Rome. Dès lors les « délices de Capoue » symbolisèrent les effets délétères du luxe et de la vie facile.

La rivale de Rome

Loin d'être un hasard, le malheur d'Hannibal est notamment dû à la richesse de l'une des villes les plus prospères et les plus luxueuses d'Italie. Située à une vingtaine de kilomètres au nord de Naples, l'antique Capoue correspond aujourd'hui à la ville de Santa Maria Capua Vetere. La légende veut qu’elle doive son nom à Capys, le grand-père d'Enée, et que le fils du héros troyen, fondateur de la ville, la nomma Capoue en hommage à son arrière-grand-père. Elle fut plus probablement fondée au IXe siècle avant J.-C. par les Etrusques, comme l'atteste la présence sur son territoire de nécropoles villanoviennes. Leur production de vases en bronze, de céramique et de parfums fait rapidement de la ville une place commerciale florissante et l’épicentre de la « Campania felix », l'heureuse Campanie. Au Ve siècle avant J.-C., menacée par l’invasion des Samnites venus des montagnes de l’arrière-pays, Capoue fait appel à Rome. Cette alliance met un terme à la domination des Etrusques, mais apporte à la ville, outre la victoire militaire, plus de prospérité encore. L’essor de son commerce progresse tout particulièrement au IVe siècle avant J.-C., avec la construction de la célèbre Via Appia, première route pavée de l'immense réseau routier romain, reliant Rome au sud de l'Italie et, de là, à la Grèce et à l’Orient par la mer. Forte de ses succès, la cité se voit désormais en rivale de Rome et, après la défaite de Cannes, se livre d’elle-même à Hannibal, saisissant cette opportunité de surpasser sa maîtresse. Sa trahison lui vaut la confiscation de son territoire et la privation de citoyenneté pour ses habitants, mais parce qu’elle était le grenier et le marché de la terre campanienne, elle échappe à une vengeance plus sévère et continue à mériter son surnom d’ « altera Roma », "seconde Rome", que lui attribue Cicéron.

L’amphithéâtre

La rivalité entre Capoue et Rome s'est également inscrite dans la pierre de l'amphithéâtre de la ville campanienne qui, par ses proportions et par la richesse de son architecture, est comparable au Colisée romain. Construit sous l’empereur Auguste ses dimensions de 176 mètres de long sur 144 mètres de large ne sont que légèrement inférieures à celles de son modèle. Ses quatre étages d’arcades, dont il ne reste aujourd’hui plus que trois, étaient ponctués de statues des divinités et entouraient cinq divisions de gradins pouvant accueillir jusqu’à 60 000 spectateurs. Le sol de l’arène, désormais béant, permet d’embrasser sans peine l’ensemble de son sous-sol, aussi vaste qu’elle, et conçu en un labyrinthe complexe de dix corridors. Bien qu’altéré par le temps et les pillages successifs, le gigantisme et la magnificence de cet amphithéâtre rappellent encore la célébrité de l’école de gladiateurs de Capoue, la plus grande de la République romaine, d’où Spartacus fomenta en 73 avant J.-C. la révolte des esclaves qui, pendant trois ans, ébranla l'Italie et fit trembler Rome.

Les secrets du Mithraeum

L'autre joyau antique de Capoue est son mithraeum souterrain, temple consacré au culte de Mithra, le dieu solaire iranien. Mis au jour en 1922, il fut bâti entre le IIe et le IIIe siècle et atteste du développement, favorisé par les conquêtes de l'Empire romain et les échanges commerciaux, des cultes orientaux dans la péninsule italienne. Comptant au nombre des sanctuaires dédiés à Mithra les mieux conservés, il est le seul en Italie à posséder des fresques encore visibles. Celles-ci recouvrent la totalité de sa salle rectangulaire à la voûte parsemée d'étoiles à huit branches bleues et rouges. Sa petite taille s'explique par la nature du culte rendu à Mithra : réservé aux hommes, secret et fortement hiérarchisé. Les fresques des murs latéraux représentent précisément des épreuves d'initiation. Celle du mur du fond, remarquablement bien conservée, est consacrée à l'épisode central et riche en symboles de l'histoire de Mithra : le sacrifice du taureau blanc. Vêtu d’un costume oriental et coiffé de son traditionnel bonnet phrygien, le jeune homme sacrifie la bête, incarnation de l’énergie de la nature, sur ordre d’un corbeau envoyé par le soleil. De son flanc percé jaillit alors du blé et du vin, aussitôt dévorés par un chien, symbole de l’humanité. Au pied du taureau apparaît également un serpent, figure du cycle de la vie, tandis que de part et d'autre de la scène, les deux compagnons de Mithra munis de torches représentent le lever et le coucher du soleil. Ce culte mystérieux qui perdura longtemps en Iran ne résista pas, en Italie, à l'expansion du christianisme. De même, la prospérité de l'antique Capoue ne survécut pas à la chute de l'Empire romain et aux pillages successifs des Vandales de Genséric, des Lombards puis des Sarrasins. Mais les découvertes archéologiques, récurrentes depuis le début du XXe siècle, ont désormais remis au jour les trésors de cette riche cité campanienne.
Partir en voyage avec Clio
IT 42 - 8 jours

La Campanie était, pour les Anciens, un paradis béni des dieux et Tacite regrettait que ses côtes si fécondes eussent été dévastées par la terrible éruption du Vésuve de 79, fatale à la douceur de vivre ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter