Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Les sanctuaires de Prambanan
et la magie du Ramayana
Les royaumes hindouisés d'Indonésie
Les plus anciennes traces écrites concernant les royaumes qui s'épanouissaient en Indonésie au premier millénaire de notre ère ne remontent qu'au VIIe siècle, lorsque la Chine impériale envoya des ambassadeurs au royaume de « Ho Ling », au centre de Java, et au royaume de « Ma La Yu » à Sumatra. Cependant, Ptolémée faisait déjà allusion aux îles de l'Inde transgangétique, mentionnant les noms de Iavadou – Java – et de Malayu – Sumatra. Les archéologues ont également découvert près de Palembang, à Sumatra, deux sites portuaires datant du Ier siècle, qui ont livré des objets provenant de Chine et d'Inde. C'est en effet à cette époque que les navigateurs indiens, poussés par l'importante demande romaine en épices exotiques, commencèrent à naviguer en suivant les côtes de l’Asie du Sud-Est jusqu’aux îles de la Sonde. Tributaires du régime des moussons, ils devaient rester la moitié de l'année sur place et emportaient donc avec eux tout leur système de vie et, en attendant le renversement des vents, mettaient des terres en culture. Ils édifiaient naturellement de petits autels pour leurs dieux et certains épousèrent des filles du pays. Ils étaient accompagnés de brahmanes lettrés qui introduisirent la religion brahmanique, l'usage du sanskrit comme langue de culture et popularisèrent les grandes épopées fondatrices du Mahabharata et du Ramayana. Le royaume du Fou Nan, qui occupait le Sud de la péninsule indochinoise au début de notre ère, fut le premier à être fortement marqué par la culture indienne et son exemple fut certainement suivi, dès le VIe siècle, par les petits Etats d'Indonésie. Du VIIIe au XIIIe siècle, l'empire thalassocratique de Srivijaya, dont le centre était au sud de Sumatra, fut la puissance dominante de l'archipel indonésien et étendit son influence sur une grande partie de Java dont il contrôlait les ressources en riz. Ce fut au début du IXe siècle que, sous l'autorité de la dynastie des Çailendra, convertie au bouddhisme, fut édifié le célèbre temple de Borobudur.

Le royaume shivaïte du Mataram
Les Çailendra ne régnaient cependant pas seuls sur Java. Le royaume de Mataram qui régissait le Centre et le Nord de Java sous la houlette de la dynastie des Sanjaya, était resté fidèle à l'hindouisme et plus particulièrement à la vénération de Shiva. En recoupant les diverses inscriptions retrouvées sur des stèles, les archéologues ont déterminé que la construction d'un grand temple dédié à Shiva fut entreprise par le roi Rakai Pitakan et achevée, en 856, sous le règne de Kayuwangi puis complétée au cours du Xe siècle par l'édification de nombreux temples annexes. Comme le sanctuaire, situé à quelque quinze kilomètres à l'Est, le centre de Jogjakarta, comporte une grande statue de Durga, l'une des formes de la parèdre de Shiva. Les habitants de la région l'appellent temple de Lorojonggrang, c'est-à-dire de « la mince jeune fille », mais il est plus connu sous l'appellation de temple de Prambanan, du nom du village limitrophe.

Un immense complexe hindouiste
Le complexe de Pramabana fut conçu comme un ensemble de 232 temples se répartissant sur une vaste aire entourée de quatre murs percés chacun d'une large porte et organisé selon un plan correspondant à trois carrés concentriques. Le carré central consiste en une terrasse plus élevée où se trouvent les temples majeurs. Au cœur s'élèvent seize temples. Si le plus impressionnant, haut de quarante-sept mètres, est naturellement consacré à Shiva, le site de Prambanan offre une configuration rare dans le monde hindouiste, car il est accompagné de sanctuaires consacrés aux deux autres divinités de la Trimurti, Vishnou et Brahma. Trois petits temples sont également consacrés aux « véhicules » de ces dieux : le taureau Nandi pour Shiva, l'aigle Garouda pour Vishnou et l'oie Hamsa pour Brahma. Les angles et les centres des côtés de la terrasse sont aussi dotés de temples plus petits. Le carré extérieur est ponctué de 224 petits temples répartis en trois rangées, de taille croissante de l'extérieur vers l'intérieur, certainement construits non par le roi, mais grâce aux donations des fidèles.

Le temple de Shiva
Chef-d'œuvre de l'architecture hindoue ancienne, le temple de Shiva illustre le style Vesara, combinaison entre le style Nagara classique du Nord de l'Inde et le style dravidien du Sud. Surmonté d'un imposant sikhara, tour en forme de pain de sucre, et fondé sur un plan qui suit le tracé d'un mandala, il veut représenter un modèle de l'univers selon la cosmologie hindoue. Il abrite quatre remarquables statues de Shiva, de sa parèdre Durga, de son fils à tête d'éléphant Ganesh, et d'Agastya, le fils de Mitra et Varuna. Le temple et ses galeries circumambulatoires sont abondamment décorés de sculptures et de frises figurant divinités et gardiens des quatre horizons ainsi que de nombreuses représentations d'oiseaux. Le temple de Vishnou est décoré d'une vaste frise racontant les exploits de Krishna, un des avatars de Vishnou, dans la version traditionnelle indonésienne du Kresnayana.

Le Ramayana
Le temple de Brahma, quant à lui, porte une série de bas-reliefs décrivant, en soixante-deux tableaux, le récit complet du Ramayana, tel qu'il fut transmis oralement en Indonésie vers le IIIe siècle. Durant des siècles, les cours des princes indonésiens assistaient à des représentations du Ramayana jouées par des marionnettes articulées traditionnelles javanaises en cuir, le wayang kulit. Ce fut au XVIe siècle que fut repris l'usage des représentations avec des acteurs humains, le wayang orang, tel que représenté sur les bas-reliefs du temple. Bien que le pays soit devenu très majoritairement musulman, la tradition est restée bien ancrée et, chaque année, de mai à octobre, le temple de Prambanan offre son magnifique décor à des représentations quotidiennes de ces ballets où plus de deux cents danseuses et danseurs, superbement costumés et maquillés, rivalisent de grâce au son du gamelan traditionnel javanais. Même si le spectateur occidental ne connaît guère l'histoire de Rama luttant contre le démon Ravana pour délivrer son épouse Sita, le spectacle, en particulier sous l'éclairage de la pleine lune, reste particulièrement envoûtant.
Partir en voyage avec Clio
ID 31 - 17 jours

Chapelet d’îles aux épices nées des feux de la terre au carrefour des mondes indien, chinois et mélanésien, l’Indonésie est un de ces lieux privilégiés où les cultures se mêlent harmonieusement plutôt ... Découvrir ce voyage
TDM 90 - 28 jours

Ce nouveau tour du Monde exclusif Clio vous mène à la découverte des hauts lieux les plus exceptionnels de civilisations qui se sont épanouies depuis trois mille ans de l'Asie à l'océan Pacifique et à ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter