Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Le fort d'Amber
Puissance et raffinement
Non loin de Jaipur, gardant le pays des Rajas, le fort d'Amber dresse la masse de ses murailles de pierre dans un grandiose décor de confins montagneux. Oscillant entre le jaune et l'ocre selon les heures du jour, il personnifie superbement le pouvoir de ces princes rajpoutes qui, alliant ambition guerrière et délicatesse princière, dominèrent le Rajasthan jusqu'à une époque récente.

De Amber à Jaipur

Amber est une ville en creux. Elle est aujourd'hui tapie dans l'ombre de sa puissante voisine, Jaipur, la plus grande ville du Rajasthan. Mais celle-ci sait-elle qu'elle doit une partie de sa puissance à celle-là ? Au XIIe siècle, les membres d'un des trente-six clans des fiers et belliqueux Rajpoutes – de la caste hindoue des kshatriya, les guerriers, la deuxième en importance après celle des brahmanes – s'emparent d'une petite forteresse blottie dans les monts Aravallis. La dynastie des Kachwahas entame son ascension. Elle sera lente mais constante. Par sa situation dans l'Est du Rajasthan, Amber est la principauté rajpoute la plus proche de Delhi, et elle doit faire face à la pression toujours croissante des musulmans de l'Inde. Au XVIe siècle, les maîtres d'Amber, avisés, sont les premiers à reconnaître la puissance moghole. Bien leur en prend : ils deviennent les premiers Rajpoutes à être présentés à la cour d'Akbar. Ils le serviront, lui et ses descendants, sans faillir. Bientôt, la forteresse originelle ne correspond plus à la puissance atteinte par la dynastie. En 1590, Raja Man Singh Ier fait construire sur la colline un magnifique palais-forteresse, empruntant tout naturellement le style architectural moghol. Le siècle suivant est empreint de fastes et de raffinement. La période de gloire d'Amber prend fin quand Jai Singh II décide de quitter son palais fortifié pour fonder dans la plaine, à 11 kilomètres, une ville au plan orthogonal, transcription spatiale des recherches en géométrie dont est féru ce prince-astronome. Jaipur est née et sa renommée éclipsera désormais celle d'Amber.

Des éléphants-taxis

Si on le peut, c'est en fin d'après-midi qu'il faut découvrir Amber, quand la chaleur s'atténue et quand le soleil entame son déclin, en parant d'une chaude lumière ocre les murailles de la forteresse. Jaillissant des éminences qui surgissent brusquement dans la plaine, le palais s'étend au-delà de sa propre colline, jusque dans une vallée protégée de tous côtés par des montagnes déchiquetées. Défenses supplémentaires, des murs crénelés courent au flanc des pentes, dominées, sur les crêtes, par des tours de guet. Du haut de son trône, le maharaja rajpoute pouvait embrasser d'un regard d'aigle tous les environs et surprendre l'ennemi d'où qu'il vînt.
Aujourd'hui, c'est de manière bien plus pacifique qu'il convient de gagner Amber. Au pied des murailles, près d'un lac qui leur sert de piscine, des dizaines d'éléphants, somptueusement harnachés, attendent de vous emmener à l'assaut des murailles. Enhardis par la voix et les genoux de leurs kornaks, les lourds pachydermes entament l'ascension de la longue rampe qui serpente vers le fort. Un doux balancement régulier, auquel on s'habitue bien vite, pourrait presque entraîner à la somnolence. Ce n'est pourtant pas le moment de fermer les yeux ! Au fur et à mesure que l'on s'élève, se révèle le panorama sur le paysage des alentours : roches pelées ponctuées ici et là d'une rare végétation, montagnes qui virent au mauve avec le déclin du jour, agitation des hommes tout en bas, tandis que, là haut, par-dessus les têtes, les murs semblent prêts à vous engloutir... Dans un dernier effort, l'animal franchit le Suraj Pol, la porte du Soleil, et vous dépose, encore ébloui, dans la grande cour du Jaleb Chowk, entourée d'un mur crénelé.


Puissance extérieure, raffinement intérieur

Le contraste est total entre les formidables murs extérieurs et la délicatesse, végétale et minérale, qui prévaut à l'intérieur du fort. Celle-ci commence dès la porte de l'Eléphant, Ganesh Pol, entrée d'honneur voulue par Jai Singh afin d'enrichir la façade des appartements privés du palais. L'influence moghole est ici manifeste : des peintures murales très colorées, représentant des motifs floraux indiens et des dessins ordonnés, accompagnent Ganesh, le dieu porte-bonheur. Surplombant un petit jardin à la rigueur toute géométrique, les salles expriment le raffinement ultime des styles moghol et hindou, et sont parmi les plus belles du Rajasthan. Sur les murs prédominent le vert clair, le rose, le bleu, le jaune. D'élégants cyprès verts contrastent avec des fleurs minuscules, rappel de l'excellence des miniaturistes indiens. Des décors plus amples déploient des scènes de chasse et de guerre, thèmes favoris des Rajpoutes. Le diwan-i-Khas, ou salle des audiences privées, constitue le sommet de l'ensemble. Une galerie aux arches festonnées, décorée de fleurs et de papillons, ouvre sur le décor de montagnes par des fenêtres en dentelles de marbres d'une finesse arachnéenne, transformant la dure lumière extérieure en une pénombre apaisante. A côté, une petite salle est comme le saint des saints du palais. C'est le Sheesh Mahal – le Palais des miroirs. Ses murs, incrustés de marbre et d'une multitude de miroirs, composent un décor d'une richesse inouïe. Et quand la lumière pénètre dans cet espace, on a l'impression d'être au cœur d'un immense diamant qui scintille. D'autres merveilles vous attendent, car le palais est un véritable labyrinthe de salles, de couloirs, de jardins où, parfois, chante une eau précieuse. Depuis les terrasses, on ne se lasse pas de contempler l'ingénieuse configuration de la forteresse, et toujours, les crêtes irisées des montagnes. Il faut pourtant redescendre car, non loin, Jaipur mérite elle aussi votre visite. Lentement, le fort d'Amber se laisse gagner par la nuit, cette nuit indienne si douce et si mystérieuse, qui vient masquer pour quelques heures la gloire de pierre des maharajas rajpoutes de Kachwaha.
Pour visiter le fort d'Amber avec Clio
IN 36 - 15 jours

Entre le désert de Thar, le bassin du Gange et les steppes du Punjab, le Rajasthan est la province la plus romantique de l'Inde : ses châteaux et citadelles évoquent tout un passé de féodalité, au sens ... Découvrir ce voyage
IN 57 - 20 jours

Riche de ses citadelles, de ses palais et de ses temples, Le Rajasthan constitue le cœur du pays des Rajput hindouistes, mais n'en est pas moins proche des grandes réalisations de la civilisation indo-musulmane ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter