Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Passé et présent
Capitale du Rajasthan, Jaipur est aujourd'hui une cité à la vie trépidante. Une foule compacte emplit les rues où voitures et rickshaws se livrent sans cesse à un ballet hallucinant, s'entrecroisant en tous sens, se frôlant à quelques millimètres dans une presse indescriptible au milieu de laquelle se frayent leur chemin d'imposants chameaux attelés à des charrettes surchargées de paille, de tapis, de troncs d'arbres, de bidons d'essence... Parfois même, dominant la cohue, on aperçoit la silhouette massive d'un éléphant ! Au bazar Chandpole ou au bazar Nehru, à proximité des boutiques des joailliers et des négociants en pierreries qui forment l'aristocratie commerçante de la ville, entre les étals de saris et de sarwal khamis et les échoppes vendant des peintures sur soie, s'immiscent de petits kiosques à l'aspect délabré où l'on peut, sur des ordinateurs ultramodernes, se connecter à Internet : cohabitation de la tradition et du passé avec le futur, Jaipur n'échappe pas à cet aspect qui est devenu la marque de l'Inde d'aujourd'hui.

La terre des rois
Raja-sthan signifie « terre des rois » et son histoire est étroitement liée à celle des clans rajpoutes, indomptables guerriers qui forment encore aujourd'hui, bien que minoritaires dans la population de l'Etat, la classe dominante. Les premières dynasties rajpoutes apparurent au VIIe siècle et furent le rempart sur lequel se brisèrent les premières tentatives d'invasion arabe au IXe siècle. Les royaumes du Rajasthan résistèrent jusqu'au XVIe siècle à l'incessante pression exercée par le sultanat de Delhi. Seuls les Grands Moghols – Babur d'abord, puis Akbar le Grand – viendront à bout de la farouche indépendance des seigneurs rajpoutes. Après les avoir vaincus par les armes, Akbar conclut une série d'alliances matrimoniales et nombre de seigneuries rajpoutes devinrent, au XVIIIe siècle, les soutiens les plus sûrs de l'Empire moghol.

Le royaume d'Amber
Ce fut en particulier le cas du souverain de l'Etat de Dhundhar, dont la capitale se situait à Amber, qui, le premier, donna sa fille en mariage à l'empereur Akbar. Devenue « Mariam uz-zamani », la fille de Bihar Mal donna le jour au successeur d’Akbar, Jahangir. La ville basse d'Amber est dominée un imposant palais-forteresse de grès ocre doré auquel mène une rampe empruntée, aujourd'hui comme hier, par les éléphants. Une fois franchie la monumentale porte du Soleil – Suraj Pol – une seconde porte, la porte de la Lune, ouvre vers le temple de Krishna, caractéristique de l'architecture rajpoute du XVIe siècle, tout comme le pavillon des femmes – le zenana – ou le palais de Man Singh Ier, tandis que la Singh Pol, la porte du Lion, donne accès au diwan-i-khaz, splendide salle d'audience ou palais des miroirs, d'inspiration persane.

La ville de Jai Singh II
L'âge d'or du Rajpoutana commençait alors et l'art connut un essor sans précédent, brillante synthèse des traditions locales et de l'apport islamique. En 1727, Jai Singh, prince d'Amber, décida de fonder une cité nouvelle, non loin d'Amber, pour devenir sa nouvelle capitale. Philosophe, astronome, architecte, Jai Singh II détermina lui-même l'ordonnancement de la ville qui porta son nom : Jaipur. Parangon de l'urbanisme hindou, dont le plan en damier se calque sur la hiérarchie des castes, Jaipur est ceinturée d'une enceinte crénelée et offre encore aujourd'hui les spectacles flamboyants de son palais princier aux appartements somptueux ou de cette élégante façade, tendue comme un décor de théâtre, qui porte le nom imagé de Hawa Mahal, le palais des Vents. Quant au Jantar Mantar, l'observatoire astronomique que ce prince savant fit édifier non loin de son palais, il est, non seulement, une merveille de la science du XVIIIe siècle, mais aussi, par la pureté de ses lignes, digne d'une œuvre d'art contemporaine.

La ville rose
Les successeurs de Jai Singh II, tout aussi cultivés que lui, mais plus artistes, poètes et musiciens, ne cessèrent d'embellir la ville. Ram Singh II qui, au XIXe siècle, modernisa la cité de Jaipur, décida de faire peindre en rose tous les bâtiments de la ville en signe de bienvenue pour la visite du prince Albert en 1876... et c'est ainsi que Jaipur devint la « ville rose » que nous connaissons aujourd'hui !
Pour visiter Jaipur avec Clio
IN 36 - 15 jours

Entre le désert de Thar, le bassin du Gange et les steppes du Punjab, le Rajasthan est la province la plus romantique de l'Inde : ses châteaux et citadelles évoquent tout un passé de féodalité, au sens ... Découvrir ce voyage
IN 57 - 20 jours

Riche de ses citadelles, de ses palais et de ses temples, Le Rajasthan constitue le cœur du pays des Rajput hindouistes, mais n'en est pas moins proche des grandes réalisations de la civilisation indo-musulmane ... Découvrir ce voyage
Chronologie de l'Inde
L'Inde
De la tradition à la modernité

Avec une population qui a dépassé le cap du milliard d’habitants et avec son espace quasi-continental (3 287 590 km2), l’Union indienne apparaît d’ores ...
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter