Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Le Danube
La ceinture de l'Europe
Des profondeurs de la Forêt noire aux eaux de la mer du même nom, près de trois mille kilomètres de rives ont toujours appartenu à une dizaine de pays. Pour pouvoir faire vivre ensemble tant de peuples, de langues, de coutumes et de religions, pour harmoniser les ambitions souvent exacerbées de tant de capitales européennes, qu'elles se nomment Vienne, Bratislava, Budapest ou Belgrade, il fallait bien un fil conducteur. Celui-ci, c'est le Danube.


Dans les reflets du plus long miroir d'Europe

Le fleuve a toujours été au cœur de l'histoire européenne. Au début de notre ère, il protège l'Empire romain des « barbares » installés à proximité de ses rives, et les camps fortifiés du limes sont à l'origine de la plupart des villes d'aujourd'hui. Cinq cents ans plus tard, le Saint Empire romain germanique s'affirme, et devient celui des Habsbourg après cinq nouveaux siècles, jusqu'à ce que Napoléon Ier, vainqueur à Austerlitz, le fasse éclater en 1806. Depuis, les deux guerres mondiales et les soubresauts de l'effondrement du bloc communiste ont une nouvelle fois remodelé la carte de l'Europe. Mais le Danube n'en a cure, il s'écoule toujours en majesté, trait d'union entre les Etats.
En Autriche, le fleuve devient baroque et rococo. L'abbaye de Melk se dresse en figure de proue, vêtue de la traditionnelle façade « jaune Marie-Thérèse ». Dans l'abbatiale, les voûtes peintes, garnies de coquilles, de fleurs et de guirlandes enrubannées, célèbrent le règne de la ligne serpentine et du trompe-l’œil. Toute la culture de l'Occident chrétien figure sur les rayonnages de la « bibliothèque des anges »... Cent mille livres en plein ciel. Passé le défilé de la Wachau où l'âpreté des paysages trouve son apaisement dans la douceur fruitée du vin blanc local, la capitale de l'Autriche apparaît bientôt, tirée vers le ciel par l'aiguille du Stefansdom. A Vienne, le Danube passe à quelque distance de la ville, comme s'il voulait s'excuser auprès des mânes de Johann Strauss de n'être que si rarement bleu. Car le Danube, on s'en souvient ici, donne son nom à une valse. Est-ce pour cela qu'il tourne aussi souvent ? Pourtant, de méandre en méandre, son louvoiement l'entraîne inexorablement vers l'est.


L'Orient au bout de la rue

« L'Orient ? Mais il commence à Vienne, au bout de ma rue », se plaisait à dire le chancelier Metternich. Le bout de la rue, c'est Bratislava la slovaque, que les maisons habillées de teintes pastel font ressembler à une Prague en miniature. Un peu plus loin, le fleuve, par un coude majestueux, s'oriente au sud et entre dans Budapest. A mi-chemin de la source et du delta, la ville tisse avec le fleuve un espace d'une rare harmonie. Longtemps, Buda, sur sa colline, a regardé en chien de faïence Pest, sur l'autre rive, plate et accessible. Il a fallu les progrès techniques du XIXe siècle pour que d'audacieux ouvrages unifient la ville et fassent sa fortune. Puissamment ancré dans le limon du fleuve, le pont des Chaînes semble inviter les bateaux à poursuivre leur parcours vers la mer encore lointaine. Et à la nuit tombante, quand la colline illuminée répond à la splendide façade ajourée du Parlement, la cité prend les allures d'une rhapsodie de Liszt.
Ballottée par l'Histoire entre conquérants ottomans et résistants Habsbourg, Belgrade garde dans sa chair de pierre les stigmates de ces luttes séculaires. Au confluent de la Save et du Danube, la forteresse de Kalemegdan dresse toujours ses murs au-dessus de la « ville blanche » (Belo-Grad en slave). Elle est aujourd'hui un grand parc où il fait bon se promener dans la douceur des soirs d'été, suivi par les notes vives d'un violon tzigane...

Petit à petit, le ciel et le fleuve ne forment plus qu'une seule étendue, lumineuse et blanche. C'est le delta, royaume des oiseaux et des mammifères aquatiques. La nature règne en maître, mais les hommes ne sont pas absents, comme les Lipovènes, vieux-croyants russes qui trouvèrent ici, au XVIIe siècle, un refuge pour leur foi. Ils entretiennent les étroits chenaux qui fragmentent le grand fleuve en une ramification impressionnante. Enfin, fatiguées sans doute d'une si longue route, les eaux du Danube trouvent leur repos éternel dans la mer Noire. Ecoutons Claudio Magris, dans Danube, livre culte pour tous les amoureux de la Mitteleuropa : « Je me mets en route vers la mer, curieux de voir l'embouchure, de tremper la main et le pied à l'endroit où les eaux se mêlent […]. Mais le canal s'écoule, léger, tranquille et sûr de lui, vers la mer, et il n'est plus canal, endiguement, régulation […] "Fa que la morte mia, Signor, la sia como l'scora de un fiume in t'el mar grando" dit un vers de Biagio Marin. Fais, ô Seigneur, que j'entre dans la mort comme le fleuve se jette à la mer. »
Au fil du Danube avec Clio
CF 40 - 15 jours

A bord de nos très confortables bateaux 4 Ancres, vous verrez défiler au fil des rives du Danube toute l’histoire de l’Europe centrale et de ses peuples - Thraces, Magyars, Germains ou Slaves. Vous découvrirez, ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter