Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Saint Nicolas
Et les traditions de l'Avent
Saint Nicolas, évêque de Myre, protecteur des pauvres et des enfants, ignorait qu’il allait devenir l’un des personnages les plus populaires d’Orient, mais aussi d’Europe et, grâce à un de ses avatars, familier de presque tous les enfants du monde…


Saint Nicolas, un saint de chair et d’os

Nicolas naquit à Patara en Lycie, l’une des régions du Sud de l’Anatolie. Exemple de charité envers les plus pauvres et les enfants, la tradition rapporte bien des anecdotes à son sujet ; ainsi, un jour, il jette par la fenêtre de la maison de son voisin ruiné trois sacs d’or pour lui permettre de doter ses filles et éviter ainsi qu’elles aient recours à la prostitution… Voici comment il devint, vers l’an 300, évêque de la cité voisine de Myre, sur les côtes anatoliennes de la Méditerranée. Trois grands épisodes de sa vie vont assurer sa renommée : Un jour, il sauve trois jeunes gens accusés par un juge corrompu d’avoir organisé une émeute près de sa cité ; il arrache l’épée du bourreau et exige la reprise du procès où sa plaidoirie les innocente ; une autre fois, il obtient une baisse des impôts de Myre après une audience accordée par l’empereur Constantin lui-même, et c’est au cours de cette même visite à Constantin qu’il innocente les trois officiers accusés à tort d’un complot contre l’empereur… Selon Emile Mâle, le sauvetage de ces trois officiers de Constantin a été répété à l’infini dans l’iconographie byzantine qui, représentant le saint disproportionnellement grand par rapport aux autres hommes, a fait passer ceux-ci pour les enfants de la légende ultérieure… et c’est ainsi que serait née la légende de la résurrection par le saint de trois enfants, précédemment tués et découpés en morceaux par un boucher, la tour de la prison devenant un saloir.
Lorsqu’il décède le 6 décembre, il ne s’écoule guère de temps pour qu’il soit acclamé “Saint” avec, comme fête, ce 6 décembre qui vit le jour de sa dormition. Sa tombe devint un centre de pèlerinage : ses ossements avaient la particularité de suinter une huile parfumée que les pèlerins emportaient aux quatre coins de la Méditerranée. C’est ce baume qui va relancer “la vie de Nicolas”. En effet, à l’arrivée des Sarrasins en Orient, les chrétiens sont dispersés, les sanctuaires ruinés et les reliques en danger… Devançant les Byzantins, quelques marchands de Bari qui voulaient assurer le prestige de leur cité et concurrencer Venise “et ses reliques de saint Marc”, vont “emporter”, sous le nez des gardiens grecs et de leurs maîtres musulmans, les reliques du saint évêque, et débarquent triomphalement le 9 mai 1087 dans le port de Bari où ils sont accueillis par la population en liesse : en quelques mois, il est décidé de construire une basilique pour accueillir les reliques du saint : Saint Nicolas de Bari est né, et c’est le pape Urbain II lui-même qui consacre la crypte de la nouvelle église en 1089.


Saint Nicolas à la conquête de l’Occident

Nicolas était désormais en Occident… mais Bari, qui était alors sous le contrôle des Allemands, fit que la réputation des reliques – et une partie des reliques elles-mêmes – se répandit dans le monde germanique, faisant de la Saint-Nicolas l’une des fêtes les plus prestigieuses du Nord de l’Occident. Dans ces régions, depuis le Moyen Age, partout ou presque, la fête de saint Nicolas, s’appuyant sur la légende dorée, se chargea de nombreuses coutumes et devint l’un des événements les plus importants de l’année pour les enfants. Afin de commémorer la dotation des trois jeunes filles, les enfants reçoivent une orange à la Saint-Nicolas, anciennement appelée pomme d’or. Et, de plus en plus, un homme déguisé en saint Nicolas avec son manteau rouge, sa mitre imposante et ses gants aussi blancs que sa longue barbe, circule dans les rues des grandes villes, sur le dos de son âne, accompagné du père Fouettard, en distribuant des friandises et des cadeaux aux enfants.
Un Avent revisité
L’on dit parfois que l’Avent et le temps de Noël ont été paganisés à l’époque moderne… cela est dû sans nul doute à la confusion qui se fit depuis des siècles entre la Saint-Nicolas et Noël car, alors que l’Avent était liturgiquement une période pénitentielle de préparation à la Nativité avec ses traditions propres dont, notamment, ses couronnes et ses bougies qui préfiguraient la lumière à venir, la fête de saint Nicolas était, en quelque sorte, “déjà Noël”, d’où le glissement qui fit de la Saint-Nicolas comme une préfiguration des fêtes de Noël, et de l’Avent la continuation des festivités liées au saint… que l’on transforma un jour en “père Noël” via les Hollandais et les Etats-Unis puisque se sont les Hollandais qui exportèrent au XVIIe siècle la fête de Saint-Nicolas à la Nouvelle-Amsterdam qui, par déformation, devint “Santa Claus” notre actuel “Père Noël”.


Des marchés de Noël...

Ils sont devenus au fil des siècles les lieux de célébration les plus manifestes du temps de l’Avent. Leur tradition est ancienne : le premier marché de Noël en terre germanique fut organisé à Dresde dès 1434. Jadis confinés aux plus grandes villes, ils envahissent aujourd’hui les pavés des petites cités et des villages. Pour l’occasion, les rues se parent de sapins décorés de boules ou de rubans, elles s’illuminent de guirlandes et accueillent sur les plus vastes places des dizaines de chalets souvent d’architecture traditionnelle qui proposent des accessoires pour votre sapin, des santons, de l’artisanat en tout genre, sans oublier les jouets en bois, incontournables en Alsace ou en Allemagne. Partout, on se réchauffe d’un climat parfois rude autour d’un vin chaud parfumé à la cannelle, on déguste les spécialités de pain d’épices en Allemagne, de chocolat en Belgique ou les fameux bretzels alsaciens, petits fours sucrés confectionnés pour l’occasion. Les crèches s’invitent peu à peu dans les vitrines, et il arrive de croiser encore une crèche vivante, avec de vrais moutons... mais, ici, on est très attaché à la tradition : vous n’y verrez donc pas le petit Jésus qui n’y prend place qu’après les douze coups de minuit le 24 décembre...


... pour tous les goûts

Pour que vous puissiez goûter un peu à l’avance à la magie de Noël, nous organisons quelques voyages dans des lieux particulièrement attentifs à perpétuer ces traditions. Autour de la Saint-Nicolas, Bruges et Gand illuminent leurs créneaux flamands en l’honneur du saint, ajoutant encore à l’atmosphère romantique de leurs canaux. A Salzbourg, deux des endroits emblématiques de la ville de Mozart, la place de la cathédrale et celle de la Résidence, accueillent sapins et chalets. Munich n’est pas en reste, avec son Christkindlmarkt installé au pied du somptueux hôtel de ville néogothique qui prend pour l’occasion des airs de fête. Prague, la “perle de Bohême” se fait encore plus belle qu’à l’accoutumée, proposant un artisanat du bois dont la qualité a depuis longtemps dépassé les frontières de la ville aux cents clochers. Sur cinq implantations, Zurich accueille le plus grand marché de Noël d’Europe, animant les places et les quais de son beau lac. Nous avons associé Lille et Liège, qui célèbrent tout à la fois saint Nicolas et Noël dans une effervescence truculente. Vous tenez-là de nombreuses occasions “toutes uniques !“ de découvrir avec nos conférenciers les merveilles culturelles de ces endroits associés au moment festif de l’Avent.
Partir en voyage avec Clio
AU 101 - 3 jours

La ville où naquit Mozart en 1756 sur les rives de la Salzbach organise chaque année plusieurs manifestations musicales prestigieuses. Ces rendez-vous s'accompagnent de la découverte de la « Rome des ... Découvrir ce voyage
BL 60 - 3 jours

En 1419, le duc de Bourgogne Philippe le Bon transfère la capitale de ses états dans la ville flamande de Bruges. Déjà florissante, cette région devient le centre d'un des pouvoirs les plus affirmés d'Europe. ... Découvrir ce voyage
RT 100 - 4 jours

Capitale magique de l’Europe pour les uns, théâtre de toutes les métamorphoses pour les autres, Prague réunit tous les styles, toutes les écoles, tous les courants artistiques européens. Scrupuleusement ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter