Logo Clio
Service voyages
Service voyages
La dynastie des Zagwé
Le puissant royaume d'Axoum, dont les origines remontent au premier millénaire avant notre ère, connut son apogée entre le IIIe siècle, époque de la conversion au christianisme du roi Ezana, et le VIe siècle, apogée due au control du trafic de l'ivoire en provenance du Soudan et, grâce au port d'Adoulis, au commerce des épices dans le golfe d'Aden. La langue guèze et son écriture étaient devenues le moyen de communication de toute la région et s'implantait même, par une campagne d'évangélisation, au sein des tribus de langue couchitique, les Agaws, qui occupaient l'Est et le Sud de l'Ethiopie. La puissance d'Axoum déclina après l'invasion perse de 572, qui fut suivie, une trentaine d'années plus tard, par la prise du port d'Adoulis par les Arabes. Le royaume se délita au Xe siècle, période mal connue de guerres intestines. Le renouveau vint alors de la « maison de Zagwé », issue des Agaws, mais qui affirmait tenir sa légitimité d'un mariage avec l'une des dernières princesses axoumites. Cette ascendance, plus ou moins légendaire, fut cependant avalisée par l'Eglise éthiopienne, car les rois de cette nouvelle dynastie firent preuve d'une ferveur chrétienne sans faille. La dynastie dans son ensemble est d'ailleurs toujours considérée comme sainte, mais, parmi ces rois, l'un d'entre eux se détache avec éclat : Lalibela

« Les abeilles reconnaissent sa souveraineté »
Lors de sa naissance, un essaim d'abeilles vint, dit-on, former une couronne au-dessus du jeune prince... Les Zagwé avaient transféré le centre du pouvoir au sud d'Axoum, au cœur du plateau abyssin, hors d'atteinte des incursions musulmanes, à Roha, la ville qui prendra plus tard le nom de Lalibela. Les dates de son règne ne sont pas connues précisément, mais se situent à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. Quand il monta sur le trône, la Chrétienté occidentale était en plein émoi : le royaume de Jérusalem, cœur des Etats latins de Terre Sainte, venait de tomber aux mains de Saladin. Il était dès lors pratiquement impossible de s'y rendre en pèlerinage. Encore enfant, Lalibela avait entendu une voix céleste qui lui enjoignait de réaliser « dix églises d'une seule pierre ». Il les réalisera, les plaçant au cœur d'une nouvelle Terre Sainte abyssine : la rivière qui court au centre de la cité deviendra le Jourdain, une colline portera le nom de mont Thabor...

Dix et une églises
Il fallut vingt ans, comme pour le temple de Salomon, pour réaliser les églises rupestres qui font maintenant la célébrité de Lalibela. Vingt ans, ou certainement plus, passés à creuser, avec des moyens archaïques, dans le tuf volcanique rose à grain fin, de larges tranchées dans lesquelles furent réservées d'énormes blocs de roche, littéralement sculptés ensuite en forme d'églises. Biet Medani Alem, l'église du Sauveur-du-Monde, reproduit dans cette structure monolithique la cathédrale Notre-Dame-de-Sion d'Axoum détruite en 1535, avec son plan basilical dont les voûtes de plein cintre sont soutenues par vingt-huit piliers. Biet Emmanuel fut également inspirée du style axoumite et imite parfaitement un édifice construit, poussant le mimétisme jusqu'à représenter les extrémités des poutres de la « charpente » soutenant le toit. Certaines églises présentent des façades sobres où le seul thème décoratif est celui de la croix. D'autres, comme Biet Mikael, au contraire, s'ornent de statues de saints et d'anges. La plus impressionnante reste certainement l'église Saint-Georges, Beit Giorgys. A l'écart des autres, au fond d'un véritable puits creusé sur le flanc en pente douce d'une colline et auquel on accède par des tunnels latéraux, elle fut la dernière à être sculptée, la onzième, du vivant de Lalibela, grâce à l'aide miraculeuse de saint Georges ! En forme de croix grecque, son toit plat est élégamment décoré d'un jeu de croix emboîtées. L'intérieur des églises est très sobre, mais certaines d'entre elles sont décorées de ces peintures qui, bien qu'elles soient certainement postérieures à la construction des églises, ont l'éclat et cette fraîcheur unique qui caractérise la peinture éthiopienne qui est, par ailleurs, si bien représentée dans les églises alentour ou dans les monastères construits ultérieurement sur les îles du lac Tana. Les Zagwé furent renversés en 1270 par Yekuno Amlak, fondateur de la seconde dynastie solomonide, et la capitale transférée au sud, à Tegoulet, mais Lalibela reste encore aujourd'hui beaucoup plus qu'un musée : le lieu de fervents pèlerinages.
Visiter Lalibela avec Clio
ETH 50 - 13 jours

L’Éthiopie recèle un patrimoine historique exceptionnel en Afrique noire. Axoum était déjà, au début du premier millénaire avant notre ère, le centre d’une brillante civilisation. Instituée capitale de ... Découvrir ce voyage
ETH 60 - 19 jours

Véritable forteresse naturelle dominant la Corne de l'Afrique, le plateau éthiopien est aussi un précieux château d'eau commandant le régime des crues du Nil. Des conditions climatiques favorables en ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter