Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Le Liceu de Barcelone
Miroir de la bourgeoisie catalane
On voit se développer, au début du XIXe siècle, dans la ville la plus dynamique et la plus riche d'Espagne, une bourgeoisie éclairée qui s'inspire des modèles culturels alors en vogue au-delà des Pyrénées. A la différence d'autres Etats européens où la construction d'un opéra et la formation des chanteurs sont pris en charge par le roi – comme c'est le cas à Naples et au San Carlo –, la monarchie espagnole n'a pas de politique culturelle dans la grande métropole catalane. C'est alors qu'un comité de bourgeois amateurs de théâtre et de chant réussit à réunir les fonds nécessaires, et que le Liceu peut voir le jour, mais sans loge royale...

Un théâtre en société par actions

La solution financière repose sur la mise en place d'une société commerciale : le Liceu lui même. Le comité décide en effet la vente de mille actions, chaque détenteur se voyant garantir, au théâtre, une place correspondant à son investissement. La construction est entreprise au centre de la Rambla, avenue de prestige et lieu de promenade et de parade de la bonne société Comtale. Le 4 avril 1847, le « Gran Teatre del Liceu » est inauguré avec la représentation d'une pièce de théâtre et avec l'exécution d'une cantate. Le premier opéra y est présenté le 17 avril avec Anna Bolena de Donizetti. La programmation mixte sera, pendant de nombreuses années, la règle et inclura danses, concerts et zarzuelas destinés à la satisfaction des goûts très éclectiques de ce premier public d'actionnaires.
En 1861, un premier incendie détruit la salle et la scène, mais le modèle actionnarial permet en un an la reconstruction de l'édifice par l'architecte Oriol Mestres. Le nouveau Liceu ouvre donc ses portes le 20 avril 1862 avec I Puritani de Bellini. Dès lors, la programmation témoignant de l'évolution des goûts, fait la part belle aux opéras italiens et aux ballets. Verdi est l'auteur le plus représenté à côté des Français Gounod, Bizet et Massenet.

Vers la reconnaissance internationale

1883 voit la première représentation de Lohengrin et les premières polémiques, avant que Wagner devienne très populaire. L'ouverture catalane au répertoire allemand et aux grandes œuvres européennes marque aussi le début des succès internationaux des chanteurs formés au Liceu.
L'arrivée en Europe de Diaghilev et la découverte des ballets russes à Barcelone en 1917 ouvre la porte à l'opéra russe – Moussorgski, Rimski-Korsakov... – qui vient enrichir le répertoire du Liceu et pour lequel de grands chanteurs internationaux tels que Fedor Chaliapine se produisent sur sa scène.

Le Liceu cible des anarchistes

La Barcelone au tournant du siècle ce sont les formidables travaux d'urbanisme de l'Eixample (l'Extension), les réalisations de Gaudi pour le banquier Güell, la reconnaissance internationale lors des grandes Expositions universelles de 1888 et 1929, la présence de jeunes artistes comme Picasso, Miro, mais aussi les tensions sociales et les attentats anarchistes dont l'un d'eux – perpétré au Liceu devenu le symbole de l'oligarchie industrielle et financière – fait vingt morts.
Après la nationalisation du « Teatre » en 1936 puis le retour à son ancienne administration à l'époque franquiste, la création en 1981 d'un consortium ayant à sa tête le président de la Generalitat (Gouvernement autonome de Catalogne) et le maire de Barcelone entérine la modernisation de l'institution. La saison est étendue de fin septembre à début juillet. Le Liceu, qui accueille et crée des représentations de qualité internationale, est désormais devenu l'une des plus grandes scènes mondiales d'art lyrique.

Le nouveau Liceu.

Un incendie détruit une nouvelle fois la salle et la scène en 1994. La création d'une fondation et la cession de la propriété aux administrations publiques permettent la reconstruction et la réouverture du Liceu le 7 octobre 1999, mais aussi sa modernisation, puisque le cercle du Liceu, club masculin créé sur le modèle anglais en 1847 par la plupart des actionnaires fondateurs du « Teatre », ouvre ses portes aux femmes en 1995 en même temps qu'il cesse d'être propriétaire. L’endroit n'en demeure pas moins un lieu emblématique de l'histoire culturelle de la bourgeoisie catalane et le dépositaire de riches collections dont certaines décorent les nombreux salons de style moderniste. Le public apprendra avec bonheur que l'accès depuis la Rambla a échappé à l'incendie de 1994. Et c'est ainsi qu'ont été conservées et restaurées les décorations de style néo-Renaissance ainsi que les marbres prestigieux du hall d'entrée et de l'escalier, ainsi que le superbe salon aux Miroirs (Salo dells Miralls).
La salle, entièrement reconstruite, en forme de fer à cheval, s'inspire directement de la Scala de Milan. Son acoustique est remarquable. Sur six niveaux, sa capacité de 2 300 spectateurs en fait l'un des plus vastes espaces d'opéra d'Europe. Ces dimensions et les améliorations techniques qui ont été apportées permettent les mises en scène les plus somptueuses.
Pour visiter Barcelone avec Clio
ES 101 - 4 jours - du 5 au 8 juin 2013

La richesse artistique de Barcelone puise sa source dans les fresques romanes du Musée national d'Art catalan et dans le coeur médiéval de la cité au Barrio Gotico. Elle fut le théâtre d'une explosion ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter