Logo Clio
Service voyages
Service voyages
La Barcelone de Gaudi
Espagne
L’intérêt porté à la Sécession viennoise ou à « l’art nouveau » tel qu’il s’exprime en France dans les premières années du XXe siècle a fait trop souvent oublier ou sous-estimer la place qui revient à Barcelone dans la genèse des formes nouvelles qui témoignent des grandes mutations consubstantielles au XXe siècle.

C’est dans la grande métropole catalane qu’Antonio Gaudi i Cornet (1852-1926) reçut du comte Eusebio Güell, son principal mécène et commanditaire, la mission d’aménager, à la périphérie de la ville, un parc où l’architecte de la Sagrada Familia allait réaliser l’une de ses créations les plus fantastiques. A l’origine, le projet était tout autre : une fois le domaine viabilisé à l’issue de travaux qui demandèrent plusieurs années, il fut décidé de le diviser en soixante lotissements pour y installer une cité-jardin, mais l’opération se conclut sur un échec financier complet et l’entreprise initialement prévue fut abandonnée en 1914.

Quatorze ans plus tard, c’est un jardin public que l’on décida d’aménager, ce qui fournit à Gaudi l’occasion d’une création tout à fait originale. Parmi les structures alors réalisées, la plus spectaculaire demeure l’escalier à deux volées menant à un grand portique constitué de quatre-vingt-six colonnes doriques. Creuses, ces colonnes recueillent l’eau qui ruisselle du toit avant d’être acheminée vers une citerne alimentant les deux fontaines adoptant respectivement la forme d’un iguane et celle d’une tête de serpent, toutes deux rehaussées d’un revêtement en céramique polychrome. L’entrée principale du parc est gardée par la maison du portier, une construction en pierre enjolivée de céramique et culminant dans une tour d’allure insolite surmontée d’une croix à quatre bras. A l’intérieur du parc, on ne trouve que deux bâtisses : la villa « témoin » prévue quand il était question d’installer une cité- jardin, longtemps habitée par Gaudi lui-même, et la maison de l’un de ses amis, la seule personne qui y acheta un lot de terrain. Les principales promenades du parc sont soutenues par des arcades ou courent sur des viaducs s’appuyant sur des colonnes inclinées, dont chacune présente une forme différente. Ces galeries, qui présentent l’allure de grottes, permettent au visiteur de se protéger de la pluie et de l’ardeur du soleil. Certaines colonnes, qui supportent des vasques plantées de fleurs, n’ont, en revanche, qu’un rôle purement ornemental et constituent des exemples réussis d’intégration de l’architecture dans le milieu naturel.

Construite sur le Paseo de Gracia, la Casa Milà fut commencée en 1906 et achevée en 1910. Elle constitue la dernière réalisation – tout à fait exceptionnelle – de Gaudi dans le domaine de l’architecture civile. L’édifice se compose d’un sous-sol, de cinq étages, tous différents, et de mansardes. La structure, très simple, est constituée de pilastres en pierre, en terre cuite ou en fer et de traverses métalliques. Les seuls murs sont des murs extérieurs car l’intérieur n’est divisé que par de légères cloisons délimitant des espaces polygonaux souvent asymétriques destinés aux pièces d’habitation. Animée par un mouvement onduleux à rythme horizontal et enrichie par les entrelacs de fer forgé des balcons, la façade en pierre grise imite une falaise sous-marine. Tous les plafonds des pièces intérieures sont modelés dans le plâtre et présentent des dessins en relief inspirés de la morphologie animale ou de motifs végétaux et sont tous différents les uns des autres. La fantaisie visionnaire de Gaudi se manifeste dans les grandes cheminées et les puits de ventilation qui peuplent le toit en terrasse de la Casa Milà : ils apparaissent comme des personnages ou des monstres issus d’une vision surréaliste, et ce, bien que l’architecte n’ait eu aucune intention de réaliser des représentations anthropomorphes et qu’il ait travaillé exclusivement à partir de variations sur les thèmes du paraboloïde, de l’hélicoïde et de l’hyperboloïde, le tout traité en couleurs neutres.
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter