Logo Clio
Service voyages
Service voyages
La légende osirienne
Les légendes du cycle osirien remontent aux origines de la religion égyptienne. Dans le mythe fondateur, Osiris est un roi ou un demi-dieu, fils de Nout. Il épousa sa sœur Isis et régna sur l’Egypte dans la bonté, enseignant aux hommes le respect des dieux, l’agriculture et la Mâat, “l’ordre juste du monde” et, sur son ordre, le dieu Thot leur apprit les arts et l’écriture. Mais son frère Seth, jaloux, invita Osiris à un banquet, l’assassina et le jeta, dans un cercueil, dans le Nil. Inconsolable, Isis partit, sous la forme d’une hirondelle, à la recherche du corps de son époux, le retrouva à Byblos et le rapporta en Egypte. Grâce à la magie, elle lui redonna vie assez longtemps pour concevoir un fils, Horus, mais Seth réussit à s’emparer du corps d’Osiris et le coupa en 14 morceaux qu’il dispersa. Isis partit à nouveau en quête des fragments de son époux, qu’elle retrouvera tous à l’exception du phallus, avalé par un poisson. Les restes d’Osiris furent ensevelis et sa tête conservée à Abydos... Dès lors, Osiris et Isis figurèrent dans toutes les scènes peintes dans les tombes, décrivant la “résurrection” dans l’au-delà, mais ces deux divinités ne faisaient pas l’objet d’un culte spécifique comme celui rendu au dieu Amon, par exemple.

La nouvelle Isis
De siècle en siècle, Isis acquit d’autres attributions. Déesse de la fertilité, de la protection maternelle, protectrice des malades, magicienne, elle se para aussi des attributs d’Hathor, de Nout ou de Sekhmet, devint la protectrice de Pharaon et la gardienne de l’ordre universel. Son culte devint dominant à la Basse Epoque. Les temples d’Isis se multiplièrent, un clergé abondant et puissant desservait les grands temples qui lui étaient consacrés, objets de grands pèlerinages.

Philae
Une île dont la forme rappelle celle de l’hirondelle dans l’archipel qui parsemait le cours du Nil large et paresseux en amont de la première cataracte, fut élue à l’époque du pharaon Nectanebo, au IVe siècle avant notre ère, pour édifier l’un des premiers temples consacrés à la seule Isis. Mais, lorsque le culte d’Isis devint prééminent sous la dynastie gréco-égyptienne, certainement en liaison avec le développement des religions à mystères centrées sur la notion de résurrection, Ptolémée II Philadelphe fit agrandir considérablement le temple. La conquête romaine ne mit pas un terme à sa prospérité, bien au contraire. Le culte d’Isis, devenue aussi la protectrice des marins, se répandit, à partir d’Alexandrie, dans tout l’Empire romain et Dioclétien dota richement le temple de Philae. Arrivant par le sud, après avoir franchi le kiosque de Nectanebo, une allée à colonnades menait aux premiers grands pylônes, flanquée de deux lions et deux obélisques de granit, portant le cartouche de Cléopâtre. Une fois passé entre le mammisi et les maisons des prêtres, se dressait les seconds pylônes qui donnaient accès au grand temple hypostyle aux sculptures raffinées et qui était décoré de magnifiques peintures.

Mort et résurrection
Quand l’Empire romain se convertit au christianisme et que l’édit de Théodose proscrivit toute autre religion, Philae devint le dernier refuge des adorateurs d’Isis et le demeura jusqu’en 535, quand l’empereur Justinien réussit finalement à en chasser les prêtres d’Isis, les derniers détenteurs des secrets des hiéroglyphes. Philae tomba alors dans l’oubli jusqu’à ce qu’elle suscitât l’intérêt des voyageurs et savants occidentaux. Au XIXe siècle, elle était encore dans un remarquable état de conservation et les peintures du temple avaient gardé toute leur fraîcheur, comme en témoignent les lithographies de David Roberts. Mais après la construction du premier barrage sur le Nil, le complexe de Philae fut submergé une grande partie de l’année, ce qui effaça toutes les peintures. La mise en eau du barrage Nasser menaça de submersion complète ce merveilleux témoignage de l’Egypte ancienne et ce ne fut que grâce à une importante mobilisation internationale sous l’égide de l’UNESCO que le temple, démonté pierre par pierre et reconstitué sur l’île voisine d’Aguilkiae vit sa résurrection...
Pour visiter L'île de Philae avec Clio
EG 38 - 12 jours

Cette croisière est un classique pour découvrir l'Egypte. Ce voyage de 12 jours vous permet une visite approfondie des sites majeurs de la vallée du Nil entre Louxor et Abou Simbel. Après un aperçu des ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter