Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Salamine
Naissance et renaissances
Lorsqu’il revint de Troie, le meilleur archer grec, Teukros, fils de Télamon, fut exilé en Attique par son père, le roi de l’île de Salamine, pour ne pas avoir ramené avec lui son neveu ni son frère Ajax. Il s’établit alors sur la côte orientale de Chypre, où il fonda, vers 1100, une cité à laquelle il donna le nom de sa patrie d’origine « Salamine » mais aussi, comme l’atteste le sanctuaire consacré à Zeus, le culte qui y était honoré. Il épousa Euné, fille de Kinyras, le premier roi de Chypre. De là, les alliances historiques fondamentales entre Athéniens et Chypriotes.

Un port actif

Dès le XIe siècle, Salamine est une véritable cité, comme le prouvent le rempart découvert à proximité de la mer et les restes d’habitat. Elle bénéficie de plus d'un afflux de population de la ville voisine d’Enkomi, détruite en 1075 avant J.-C. par un tremblement de terre. Une situation favorable, un port naturellement bien dessiné, et le commerce actif du cuivre, du blé, de l’huile et du sel font de Salamine, pendant dix-huit siècles, la plus importante des cités commerçantes de Chypre, une situation d'autant plus assurée qu'au IXe siècle avant J.-C., les Phéniciens viennent s’installer à Kition, en vue d'intensifier les échanges.
Dès l’époque archaïque, Salamine, capitale de l’île, connaît son âge d’or. La nécropole royale offre au regard du voyageur médusé des squelettes de chevaux sacrifiés dans le couloir qui mène aux chambres funéraires. Celles-ci sont emplies d’un mobilier d’apparat, d’objets sculptés en ivoire et de bijoux réalisés en or et en argent exposés aujourd'hui au musée de Nicosie. Une de ces tombes, particulièrement vaste, fut utilisée ensuite comme église.
Au VIe siècle, le roi Evelthon de Salamine reçoit le titre de gouverneur de l’île, au nom du pharaon égyptien. Il est le premier, en 530 avant J.-C., à frapper monnaie à Chypre. Salamine va ensuite jouer un rôle essentiel dans le conflit entre Perses et Grecs. En 500, les Chypriotes se rangent aux côtés des cités grecques d’Ionie révoltées contre les Perses. A Salamine, le roi Gorgos, favorable aux Perses, est détrôné par son frère Onesilos attaché à la cause grecque et soutenu par les cités de l’île, sauf Kition et Amathonte. La rébellion est vaincue par les Perses. Onesilos est décapité sur ordre du roi d’Amathonte, et sa tête fichée sur une pique à la porte de la ville. Gorgos est réinstallé sur son trône.
Au début du IVe siècle, la flotte athénienne qui met fin à l’hégémonie de Sparte part du port de Salamine et le roi Evagoras contribue largement à la victoire d’Athènes. Il reçoit la citoyenneté athénienne, on lui érige une statue et Isocrate lui consacre un ouvrage. Son ambition politique le pousse à annexer les différentes cités de l’île ce qui le conduit à unifier Chypre pour la première fois de son histoire.
Son fils, Pnytagoras, roi de Salamine, combat aux côtés d’Alexandre le Grand lors du siège de Sidon. Après sa victoire définitive sur les Perses, le souverain macédonien donne à Pnytagoras la souveraineté sur Tamassos, cité prospère du centre de l’île.
A l’époque hellénistique, Chypre devient une province de l’Egypte ptolémaïque administrée par un stratège nommé par le souverain lagide et résidant à Salamine. Ce personnage commande aussi la marine égyptienne, ce qui confirme l’importance que l'on accordait alors au port chypriote. A l’époque romaine, Paphos devient la capitale de l’île. Eloignée du pouvoir politique, Salamine poursuit son développement culturel, économique et urbain. De nouveaux quartiers sont créés. Jouxtant l’agora, l’une des plus grandes du monde antique, le temple de Zeus fait partie des trois sanctuaires de Chypre où l'on pouvait demander l’asile. Le gymnase est un complexe impressionnant, doté en son centre d’une superbe palestre complétée, sur les côtés, de piscines rectangulaires et d'espaces de bains décorés de statues, de marbres, de fresques et de mosaïques. Construit à l’époque d’Auguste, le théâtre de Salamine est le plus grand de l’île. Il peut accueillir 15 000 spectateurs.

L’autocéphalie de l’Eglise de Chypre
En 45, Paul et Barnabé, venus d’Antioche, abordent à Salamine afin de propager la Parole de Dieu. Barnabé devient le premier évêque de Salamine, où il est né et où il mourra. On ignora longtemps ce qu’il advint de son corps.
Au Ve siècle, Barnabé apparaît en songe à l’archevêque Anthemios pour lui indiquer le lieu de sa sépulture, non loin de Salamine. L’archevêque y conduit les membres de son clergé. Ils découvrent une tombe contenant le corps intact du saint tenant sur sa poitrine l’évangile autographe de Matthieu dont il ne se séparait jamais. L’archevêque prit l’évangile, referma la tombe et fit voile vers Byzance. Il offrit l’évangéliaire à l’empereur Zénon, et lui demanda de défendre Chypre contre Antioche. Zénon dota largement Anthemios afin qu’il édifiât une église sur le lieu de sépulture de Barnabé. Puis il reconnut officiellement l’autocéphalie de l’Eglise de Chypre, en accordant à l’archevêque les privilèges de l’empereur. Les fresques de l’église Saint-Barnabé racontent cet épisode.

Constantia

Détruite par les tremblements de terre du IVe siècle, Salamine est aussitôt reconstruite et refondée par l’empereur Constance II, fils de Constantin, sous le nom de Constantia. Métropole chrétienne de Chypre, la cité redevient capitale. Cette nouvelle ère d’opulence voit un spectaculaire développement architectural. Un vaste ensemble basilical de pèlerinage, Kampanopetra, est destiné à abriter les reliques de la Vraie Croix du Christ apportée dans l’île par sainte Hélène, la mère de Constantin. En contrebas de l’abside, le pavement en opus sectile est superbe. Plus loin, la basilique Saint-Epiphane est une des plus grandes du monde paléochrétien.
La cité est encore brillante aux temps de Justinien, qui renouvelle l’autocéphalie de l’Eglise de Chypre et continue d’embellir les monuments chrétiens. La partie de la ville qui entoure la basilique Saint-Epiphane est consolidée et rebaptisée Nea Justinianopolis.

Les raids arabes en 647 ravagent la cité qui sera abandonnée au VIIIe siècle, après de nouveaux séismes. Les derniers habitants s’installent à Famagouste.
Partir en voyage avec Clio
CHY 31 - 8 jours

Chypre offre les charmes d’une île ensoleillée, dont les dieux eux-mêmes ont reconnu la beauté : Aphrodite n’a-t-elle pas choisi d’y naître de l’écume des flots ? Intégrée à la longue histoire du Proche ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter