Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Paphos
Où Aphrodite surgit de l'écume...
Sentinelle avancée de l'Europe, carrefour entre les civilisations de la mer Egée et celles du Proche-Orient, Chypre offre au visiteur près de huit millénaires d'art et d'Histoire. L'île du cuivre – kupros en grec – garde encore la première empreinte hellène, le souvenir de l'épopée d'Alexandre le Grand et les traces des Byzantins. Elle sera royaume latin pour trois siècles, un siècle vénitienne, trois siècles encore ottomane, puis britannique quelques décennies, et enfin grecque... et turque, prise dans un conflit que le temps apaise heureusement aujourd'hui. Cette destinée foisonnante est tout entière résumée à Paphos, sur la côte sud-ouest de l'île, où, dans d'admirables paysages marins, colonnes de marbre et mosaïques chatoyantes répondent aux murs épais d'une forteresse franque et aux coupoles rouge-brique des chapelles byzantines.

Petra tou Romiou
Tout séjour à Paphos devrait commencer ici, à Petra tou Romiou, haut rocher relié à la côte par un isthme étroit, là-même où la légende situe la naissance d'Aphrodite. La déesse de l'Amour serait née de l'écume, du sang et de la semence d'Ouranos – le Ciel –, émasculé par Chronos – le Temps. Jaillie des flots dans sa troublante nudité, Aphrodite serait venue s'installer dans son sanctuaire de Paphos, à quelques encablures de là, où un culte lui fut effectivement rendu dès les plus hautes époques.

Un grand pèlerinage de l'Antiquité
C'est à Palaia Paphos – l'Ancienne Paphos –, au centre de l'actuel village de Kouklia, que s'élevait le temple d'Aphrodite, auquel Homère fait référence dans l'Odyssée, où la déesse rencontra et aima Adonis. Ce sanctuaire fut un des plus célèbres de l'Antiquité et la ville qui l'entourait compta jusqu'à 20 000 habitants, enrichis par l'industrie du cuivre, cette matière indispensable à la fabrication du bronze. Sous la vigilance du grand-prêtre, maître des cérémonies, des processions partaient du bord de la mer en longues théories, à travers des jardins de lauriers-roses, jusqu'au temple où les mystères étaient célébrés la nuit. Contre une pièce offerte à la déesse, les fidèles recevaient une boule de sel et...un phallus, talisman garant d'une prospérité certaine ! Le temple était composé de plusieurs édifices construits entre l'âge du bronze et le début de notre ère. A l'origine, il était divisé en trois parties, celle du centre abritant une représentation d'Aphrodite, non pas comme on s'y attendrait sous les traits d'une belle et désirable jeune fille, mais comme une abstraction : un cône de pierre vert-de-gris, aujourd'hui à l'abri au musée de Paphos.

Nea-Paphos ou Paphos la Romaine
A quelques kilomètres de Kouklia, la Nouvelle Paphos était le port où débarquaient les pèlerins venus de tout le monde romain. Avec le temps, une véritable ville s'est érigée le long du rivage. Depuis quelques décennies, les archéologues ne cessent de l'explorer, révélant théâtres, temples et maisons particulières qui ont livré de merveilleuses mosaïques.
Au nord de l'agglomération, pourquoi ne pas commencer la visite par les tombeaux des Rois ? Dans un site qu'égaient des figuiers et des fleurs sauvages, c'est une nécropole qui remonte au IVe siècle av. J.-C., entièrement creusée dans le tuf. Des sortes de cours intérieures, s'apparentant au péristyle d'une maison privée, supportent, sur de solides colonnes, des architraves sculptées, comme s'il s'agissait d'un temple. Souvent, les chrétiens, fuyant les persécutions, trouvèrent refuge au pied de ces colonnes doriques.
En descendant vers le rivage, on rencontre les catacombes de Saint-Solomini, tombeau préchrétien transformé en église à l'époque byzantine. Peu après, une route conduit au phare qui surveille un petit odéon du IIe siècle, entièrement bâti de blocs de pierre taillés. Très bien restauré, il est aujourd'hui dévolu à des représentations théâtrales et musicales qui prennent une dimension et un charme particulier lorsqu'on y assiste depuis les gradins blonds de la cavea.
Juste à côté, il ne faut pas manquer de rendre visite à Dionysos. Sa maison, offerte aux vents, abrite des mosaïques aussi belles et célèbres que celles de Pompéi. On demeure stupéfait par l'habileté du dessin, la fraîcheur des couleurs, la richesse d'invention des artistes qui les réalisèrent aux IIe et IIIe siècles. Mouflons, tigres et lions bondissent dans des scènes de chasse. Splendide dans sa juvénile apparence, Dionysos enseigne la fabrication du vin au roi Ikarios. Apollon poursuit Daphné de ses assiduités, tandis que Zeus enlève Ganymède. D'étonnantes compositions géométriques, un régal pour l'œil, complètent cet ensemble exceptionnel, classé par l'UNESCO au patrimoine mondial de l'humanité.
En descendant vers la mer, on découvre la petite église Kryssopolitissa, aux proportions charmantes, qui détache sur le ciel d'un bleu profond sa petite coupole, dominant les restes entremêlés de basiliques paléochrétiennes qui gardent le souvenir, réel ou légendaire, de saint Paul.
De là, quelques pas suffisent pour rejoindre le port. A cheval sur la jetée, un cube crénelé protège la cité depuis le XIIIe siècle : c'est un fortin byzantin, reconstruit par la famille angevine des Lusignan qui fit de l'île son fief quand les croisés durent abandonner à tout jamais la Terre sainte lors de la perte de Saint-Jean-d'Acre en 1291. Détruit par les Vénitiens et rebâti dans la foulée par les Ottomans, il symbolise les longues années d'occupation de Paphos.

A la terrasse d'un des cafés qui s'abritent sous les merlons dorés de ce fortin, un vieil homme, chevelure blanche, costume noir, les traits burinés par le vent venu du large, semble perdu dans des souvenirs qui le ramènent peut-être aux années de gloire de ses ancêtres chypriotes.
Un parfum de citron flotte dans l'air, sans doute ces « citrons acides » qui séduisirent tant Lawrence Durrell...
Pour découvrir Paphos avec Clio
CHY 31 - 8 jours

Chypre offre les charmes d’une île ensoleillée, dont les dieux eux-mêmes ont reconnu la beauté : Aphrodite n’a-t-elle pas choisi d’y naître de l’écume des flots ? Intégrée à la longue histoire du Proche ... Découvrir ce voyage
Chronologie de Chypre
Chypre
Une île aux frontières de l'héllenisme et de l'Orient

« Morceau isolé du Taurus surgi de la mer » selon la belle formule de Paul Morand, Chypre est par sa superficie la troisième île de Méditerranée, après ...
Un article de la bibliothèque de Clio
Chypre à l’époque romaine
par Yann Le Bohec

Consacrée au cuivre et à Aphrodite, Chypre présente un grand intérêt qui tient également à sa position en Méditerranée orientale. Yann Le Bohec évoque pour nous les ressources et les atouts qu... Lire l'article

 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter