Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Asinou, la perle du Troodos
La montagne parfumée
Au cœur de Chypre, le massif cristallin du Troodos culmine au mont Olympe, à près de deux mille mètres, montagne riante d'où descendent de douces vallées peuplées de pins d'Alep, de séquoias et de cèdres parfumés où prospèrent également arbousiers, chênes méditerranéens, mimosas et orangers. Au détour d'un chemin, blottis au milieu de vignes en terrasses, apparaissent de petits villages qui semblent sortis droits d'une aquarelle. Si, dans l'Antiquité, le Troodos se signalait surtout par ses mines de cuivre, celles-là même qui firent la richesse de Chypre, et par ses sources thermales si prisées des Romains, ce fut surtout à l'époque byzantine que le cœur montagneux de Chypre prit de l'importance. Christianisée très tôt par saint Paul et les apôtres Marc et Barnabé, terre d'élection de saints hommes et d'ermites, son église fut déclarée autocéphale au concile d'Ephèse, en 431. A cette époque, la population se répartissait essentiellement sur les côtes, associant pêche et agriculture, mais, du VIIe au IXe siècle, la multiplication des incursions arabes poussa les habitants à se réfugier dans les zones montagneuse pour se préserver des razzias et les villages ainsi fondés ne furent pas désertés lorsque Chypre réintégra l'Empire byzantin après sa reconquête par Nicéphore Phocas en 965.

La floraison artistique byzantine

Durant les siècles qui suivirent, le massif du Troodos vit se multiplier les petits monastères et de modestes églises à l'architecture d'inspiration byzantine, toutes simples mais pleines de charme. Edifiées sur le plan classique à croix grecque et munies d'un narthex, elles sont surtout remarquables par leur décoration intérieure. La tradition cypriote de la décoration fut toujours particulièrement vivace. Même lors de la période iconoclaste, instaurée en 730 lorsqu'un édit promulgué à Constantinople par Léon III l'Isaurien, interdit toute représentation, les peintres de Chypre continuèrent à orner les églises de fresques réalistes. Chypre accueillit d'ailleurs de saints hommes qui soutenaient les iconodoules – les défenseurs des images – tel saint Lazare de Chypre qui s'y réfugia en 832 avant d'y mourir, quelques années avant le rétablissement du culte des icônes en 843. S'il ne reste rien à Chypre des peintures de cette époque, il n'en est pas de même de celles des églises qui y furent édifiées entre les XIe et XVe siècles. Loin des fastes de la métropole, les décors de mosaïques à fond d'or sont rares à Chypre, mais, si la symbolique, les codifications des couleurs et le plan de la décoration imposée par l'orthodoxie est respectée, les peintres qui exécutèrent les fresques firent preuve d'une imagination et d'une fraîcheur d'inspiration qui donne tout son prix aux églises du Trodos.

La Panaghia Phorviotissa Asinou

Nichée dans une vallée boisée, bien à l'écart du village de Kato Koutraphas, l'église d'Asinou est l'une des plus remarquables. Sanctuaire d'un monastère disparu au XVIIe siècle, l'église d'Asinou fut édifiée au XIIe siècle puis remaniée au XIVe. De construction simple, surmontée d'un toit massif, son aspect extérieur est austère, mais dès que l'on pénètre à l'intérieur, on comprend qu'elle soit considérée comme la perle du Troodos. Entièrement peinte, elle renferme des cycles décoratifs qui s'échelonnent de 1106 à 1620. Les fresques les plus anciennes se trouvent dans l’abside et autour de la travée occidentale. Les représentations de Saint Constantin et sainte Hélène et la Dormition de la Vierge, sur le mur sud et au-dessus de la porte ouest, comptent parmi les chefs-d'œuvre de la fresque byzantine. On peut aussi admirer le réalisme de la figure du donateur, le magistros Nicéphore, offrant l'église à la Vierge. La Mère de Dieu en majesté de la conque du béma, qui date du XIIIe siècle et le magnifique Saint Georges à cheval du XIVe, montrent que, malgré l'évolution du style, les peintres cypriotes n'avaient rien perdu de leur talent...
Pour découvrir le Troodos avec Clio
CHY 31 - 8 jours

Extraordinaire musée inondé de soleil, Chypre illustre l’histoire de la Méditerranée orientale. Ce voyage vous permet d'explorer la partie sud de l'île, mais de faire également une incursion dans la région ... Découvrir ce voyage
Chronologie de Chypre
Chypre
Une île aux frontières de l'héllenisme et de l'Orient

« Morceau isolé du Taurus surgi de la mer » selon la belle formule de Paul Morand, Chypre est par sa superficie la troisième île de Méditerranée, après ...
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter