Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Shanghai
La Chine ouverte sur le monde
Le dragon économique de la Chine
Si vous êtes allés à Shanghai il y a quelques années, ne dites pas que vous connaissez Shanghai ! Depuis que Teng Hsiao-Ping entreprit, âgé de 88 ans, son « voyage du Sud » où il relança la politique d'ouverture économique, la Chine se transforme à pas de géants, mais, quelle que soit la rapidité avec laquelle les villes se modernisent et se transforment, elles restent toujours loin derrière Shanghai, vitrine de la Chine du futur. Mégalopole de dix-neuf millions d'habitants, Shanghai est la plus grande ville de Chine. Centre financier majeur de l'Asie-Pacifique, Shanghai réalise aujourd'hui plus de 5 % du P.I.B. chinois et son port comptabilise un cinquième des exportations du pays. Peu de ces « nouveaux Chinois » qui ont su s'enrichir pour constituer une classe privilégiée songeraient un seul instant à vivre ailleurs qu'à Shanghai, la ville où réside tout ce qui compte dans le monde économique, artistique et culturel chinois.

La porte ouverte sur le monde
La région qui s'étend sur la rive gauche du Huang Pu, non loin de l'estuaire du Yang Tse-Kiang, marécageuse et sujette aux inondations, ne comptait guère, au VIIe siècle, que quelques villages de pêcheurs. Sous la dynastie des Song (960-1126), une petite ville se développa à Shanghai, grâce à sa position privilégiée de port en eau profonde. Un poste de douane y fut établi et le commerce commença à prendre son essor. Au début du XIIIe siècle, les incursions de Mongols poussèrent de nombreux Chinois du Nord à se réfugier au sud du pays et Shanghai vit alors sa population augmenter considérablement et la ville fut désignée comme siège d'un comté du Kiang-sou. Durant la dynastie des Ming (1368-1644) et jusqu'au milieu du XIXe siècle, Shanghai se consacra essentiellement à la production et à l'exportation du coton, ainsi qu'au filage de la soie. Cette activité textile prenait déjà des dimensions industrielles puisqu'en 1750, elle employait déjà vingt mille ouvriers. Entérinant la défaite chinoise dans la guerre de l'opium, les Britanniques imposèrent, au traité de Nankin en 1842, l'ouverture de Shanghai au commerce européen. En quelques années, les Anglais, les Français et les Américains prirent possession de zones qui leur étaient réservées dans la ville, les « concessions » où ils bénéficiaient de privilèges d'extra-territorialité et ils y multiplièrent les banques, et maisons de commerce. Les Japonais vinrent les rejoindre en 1895. Lorsque Canton fut menacée par la révolte des Taiping, Shanghai, maintenant sans rivale, devint le plus grand centre commercial d'Asie et commença à développer une industrie à grande échelle, grâce à sa main-d'œuvre à bas coût.

L'effervescence politique
L'existence d'une classe ouvrière et la présence de nombreux intellectuels expliquent la naissance à Shanghai, en 1921, du Parti communiste chinois, mais ce fut là aussi que, en pleine guerre civile, de nombreux communistes furent exécutés en 1927 par l'armée nationaliste de Tchang Kaï-Chek. Après l'occupation japonaise durant la seconde guerre mondiale et la victoire de Mao Tsé-toung, Shanghai reprit progressivement son essor et récupéra sa place prépondérante dans l'économie chinoise, grâce, entre autres, à l'apport de capitaux des Chinois de la diaspora.

La cité du futur
Si le quartier dit de la « vieille ville chinoise » a, en partie, conservé son aspect traditionnel, si la maison de thé Huxing est restée identique à elle-même depuis 1855, si le jardin mandarinal Yu rappelle les temps de paix et de sérénité, si le Bund garde encore des traces architecturales de la période coloniale, si le musée de Shanghai permet de remonter les millénaires grâce à sa collection unique de bronzes anciens, c'est dans les quartiers modernes que bat maintenant le cœur de Shanghai. La rue de Nankin n'a rien à envier aux plus modernes quartiers de Tokyo. Des cinq mille tours que compte la ville, les plus spectaculaires ont jailli du sol dans le quartier de Pudong, sur la rive opposée de la rivière, avec la tour Jinmao, le World Financial Center qui culmine à 492 mètres, sa tour de télévision… Son train à sustentation magnétique prouve encore la modernité de la ville. La récente exposition universelle de Shanghai qui a vu 180 pays installer des pavillons rivalisant d'originalité et de technologie, était bien à l'image de cette cité qui est certainement l'une des plus dynamiques du globe.
Pour découvrir Shanghai avec Clio
CH 31 - 18 jours

Notre circuit classique pour découvrir l'une des plus grandes et des plus anciennes civilisations du monde. A la visite des deux des plus grandes cités de Chine, Pékin et Shanghai, emblèmes futuristes ... Découvrir ce voyage
CH 51 - 13 jours

Malgré l’immense barrage édifié sur son cours, le Yang Tsé Kiang se fraye toujours un spectaculaire passage à travers les monts avant de déboucher sur la vaste plaine qu’il fertilise de ses limons : il ... Découvrir ce voyage
Nos chronologies
La Chine
Des origines au réveil de l'Empire du Milieu

Au moment où elle s’impose comme la deuxième puissance économique du monde, au bout de trente ans d’une mutation impressionnante dont l’accomplissement ...
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter