Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Santiago
De l'épopée à la capitale
Inès de Suarez
Elle était âgée d'une trentaine d'années en 1537 lorsqu'elle arriva de son Extramadure natale, à la recherche de son mari, conquistador au service des frères Pizzare. Apprenant qu'il était disparu en mer, elle s'installa sur une petite encomienda, non loin de Cuzco, à l'époque où la lutte fratricide entre Pizzare et Diego de Almagro faisait rage. Pizzare fut vainqueur à la bataille de Las Salinas. Parmi ses fidèles se trouvait le téméraire Pedro de Valdivia dont l'épouse, Marina Ortíz de Gaete, était restée en Espagne : en 1539, Inès devint sa maîtresse. Ambitieux, Valdivia demanda au gouverneur du Pérou la permission de conquérir la « Nouvelle Tolède ». Paré du titre de lieutenant du gouverneur, il vendit ses terres pour financer une expédition vers le sud, les terres du Chili. Il quitta Cuzco en janvier 1540, avec cent cinquante hommes et Inès, sa « servante », dont Valdivia salua le courage quand « des hommes sont effrayés devant tous ces dangers ».

Santiago de la Nueva Extramadura
Après une très éprouvante traversée du désert d'Atacama et les attaques incessantes des Indiens Mapuche, ils arrivèrent en décembre 1540 dans la fertile vallée du Mapocho où Valdivia décida de fonder un établissement permanent. Malgré les envois de cadeaux aux caciques mapuche, ces derniers attaquèrent les Espagnols. Mais, près de succomber, ils furent sauvés par l'apparition dans le ciel d'un cavalier monté sur un cheval blanc, sabre au clair… saint Jacques ! Les Indiens s'enfuirent et, sur une éminence escarpée dominant la vallée, la colline de Santa Lucia, Valdivia établit, le 12 février 1541, un fortin : Santiago de la Nueva Extramadura était née. Valdivia partit ensuite à la recherche de mines d'or et, durant son absence, Santiago fut attaqué par le chef Michimalonco. Ce ne fut que grâce à l'héroïsme d'Inès, menant même, dit-on, la charge sur son blanc destrier, que la cité fut sauvée... Après avoir étendu ses conquêtes vers le sud et fondé la cité de Conception, Valdivia fut capturé par le chef de guerre mapuche Lautaro et exécuté en 1553.

De la ville coloniale...
La reconstruction fut effectuée rapidement et, dès 1558, une véritable cité voyait le jour, dessinée selon le plan en damier prévu, quelques années auparavant, par Pedro de Gamboa, ami d'Inès, dans la plaine, entre deux bras du rio Mapucho. Les parcelles furent occupées progressivement, mais la croissance de la cité, encore menacée un temps par les incursions des Mapuche, fut relativement lente durant la période coloniale, jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Santiago n'était alors qu'une capitainerie générale rattachée à la vice-royauté du Pérou. Cependant, la ville a conservé de remarquables témoignages de cette époque. La première cathédrale, achevée en 1561, construite d'adobe et de moellons, fut détruite par le séisme de 1647 puis à nouveau en 1730. L'impressionnant édifice de pur style néoclassique qui orne aujourd'hui la plaza de Armas, le cœur de la ville, ne fut totalement achevé qu'en 1800. En revanche, l'église San Francisco, construite par les indigènes pour les moines franciscains et consacrée en 1618, résista très bien aux séismes et demeure le plus ancien des édifices coloniaux du Chili. La construction du pont Calicanto, franchissant le rio Mapocho, construit en 1767 par le corregidor Zanartu, permit à la cité de s'étendre vers le nord et l'ouest. Trois ans plus tard, l'architecte italien Toesca Joaquin fut mandé pour construire le palais de la Moneda, aujourd'hui résidence présidentielle.

... à la capitale
Santiago ne souffrit guère des combats qui marquèrent la guerre d'Indépendance : la bataille de Maipu qui, en 1818, marqua la victoire définitive du libertador José de San Martin sur les troupes royalistes se tint aux limites extérieures de la ville. Santiago hérita alors du statut de capitale du nouveau Chili indépendant. Reliée par une route au port de Valparaiso, Santiago concentra dès lors une part non négligeable des richesses du pays. Les relations étroites du Chili avec l'Europe et, singulièrement, l'Angleterre, influencèrent l'architecture du XIXe siècle, donnant à la cité un aspect européen qui se mêle harmonieusement à l'héritage colonial. Il faut la découvrir en flânant de la promenade O'Higgins à la colline de Bellavista où l’on peut visiter l’étonnante maison du poète Pablo Neruda, puis monter en funiculaire jusqu’à la statue de la Vierge qui domine la capitale, comme le fit Jean-Paul II.
Découvrir Santiago avec Clio
TDM 90 - 28 jours

Ce nouveau tour du Monde exclusif Clio vous mène à la découverte des hauts lieux les plus exceptionnels de civilisations qui se sont épanouies depuis trois mille ans de l'Asie à l'océan Pacifique et à ... Découvrir ce voyage
Chronologie du Chili
Le Chili
Le lieu où finit la terre

Dans une Amérique latine qui a vu s'affirmer au cours de la dernière décennie l'émergence du géant brésilien, la mise en œuvre de l'expérience bolivarienne ...
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter